Possible contraction du VIH

Publié par Devotchka le 28.01.2020
381 lectures

Bonjour, j'hésite depuis plusieurs jours à écrire ici, mais je ne trouve nul part ailleurs où échanger. Je suis une femme dans les débuts 30 aine en couple depuis 11 ans et demi avec un homme fin 30 aine. Nous avons des enfants ensemble. J'ai toujours plus ou moins su qu'il avait des rapports sexuels non assumés avec des hommes. Dès le départ de notre relation j'avais d'ailleurs précisée que j'étais bi et que j'étais à l'aise s'il l'était aussi. J'ai aussi souvent dit à propos de l'infidélité que personne n'avait le controle sur ce que l'autre fait, mais qu'au moins il faut se protéger, toujours, sans exception. En souhaitant quand même qu'aucune trahison n'ait lieu. Mais ce monde n'est pas parfait et il a effectivement eu des relations avec hommes. J'ai été mise au courant il y a 2 ans et demi. Nous avons beaucoup parlé. Il assure ne pas être gay, mais avoir des "compulsions" (je soupconne des abus dans sa jeunesse) et que cela se produisait seulement lorsque nous avions une énorme dispute (il a des problèmes de gestion de la colère et sortait "prendre l'air" dans ces moments-là). J'ai toujours eu un gros doute qu'il avait revu des hommes depuis 2 ans et demi. Nous avons vécu une de nos plus grandes crises cette automne au point où j'ai exigé qu'il prenne un apartement. Mais au final il est toujours ici et comme le sexe a toujours été intense entre nous et probablement ce qui nous a toujours le plus rapproché, nous n'avains jamais cessé d'avoir des rapports. Or dernièrement je trouvais qu'il semblait ne pas aller bien alors j'ai poussé pour qu'il voit son médecin de famille. Il l'a vu le 7 et elle lui a fait passer plein de test (il doit meme passer un test d´emphysème bientôt) mais voilà que nous commencions à craindre un cancer que sa docteure le rappelle pour le voir le plus rapidement possible. Nous étions très inquièt et il tenait à ce que je l'accompagne, j'y tenais aussi. c'est le 21 janvier dernier, assis devant le medecin que nous apprenions qu'il est séropositif. Ce fut un très grand choc, pour les deux. Je ne l'ai jamais vu dans un tel état, il se déteste et prie pour que je n'aie rien. Je lui ai redemandé de me dire la vérité par rapport au condom et il dit qu'il jure avoir toujours exigé le condom. Mais comme il est "receveur" dans les relations homosexuel, je ne suis pas rassurée sur le fait qu'il ait vraiment pu voir, toujours, ce qu'il en etait du fameux condom. Je n'ai pas 56 options. Je suis peut-être naïve de le croire, mais j'ai beaucoup de mal à l'imaginer être irresponsable à ce point alors qu'il est hautement hupocondriaque en partant. Le jour même de l'annonce, sa docteur m'a fait passer des prises de sangs dont le résultat sera transmis à mon propre médecin de famille. Sa secretaire m'a d'ailleur appellé le jour même pour me dire que les deux medecins avaient communiqué entre eux pour l'échange d'information, pour que mon medecin poursuive avec moi avec tous les infos en main. Notre dernière relation sexuel remonte au debut janvier, 3 en tout dont une soirée torride au jour de l'an. Mais une relation m'inquiète particulièrement. Au travaille le 20 decembre il s'est coupé profondément sur un doigt et se plaignait le surlendemain que ca ne semblait pas vouloir guerir. Le soir même nous avons vu et avons fait l'amour. Dans le feu de l'action il a inséré le fameu doigt dans mon vagin et ensuite nous avons terminé la relation vaginale complète. Le lendemain j´ai commencé une vaginite et je lui ai demandé s'il s'etait lavé les mains la veille. Et ensuite nous avons pensé à sa blessure au doigt et avons mis ça sur le compte d'un microbe de sa blessure. 24 heures après alors que je voulais mettre eu canestan, mes règles décollaient. Alors je dois avoué que la peur est immense. Lorsque la secretaire de mon medecin m'avait appellé le jour même de l'annonce de la s+ de mon conjoint elle avair fixé toute suite un r-v pour le 4 fevrier. Mais depuis je suis quasi certaine qu'il a reçu mes résultats vendredi ou hier et je n'dors plus, ne mange plus, je pleure et j'ai envie de vomir (à cause de l'anxiété). 

 

Sa docteure estimait la contamination à il y a environs 3 mois alors nous avons eu plusieurs relations sexuelles vaginales complètes dans son pic de contagions. Pour info : il a commencé Biktarvy hier et a deja plusieurs effets secondaires. Je ne le culpabilise pas, il se déteste tellement assez comme ça. En ce moment il se déteste et ne sait pas s'il va passer à travers si mes resultats s'avèrent positif. À ses yeux il n'y a rien qu'il pouvait me faire de pire que je sois obligé de payer pour ses mensonges (d´avoir ses relations avec d'autres hommes). Mais c'est fait, c'est fait. Même si je test negatif je vais probablement demeurer une lectrice assidus de ce forum question de pouvoir le soutenir. 

Merci tellement de m'avoir lu. Je me sens si seule.

Commentaires

Portrait de Devotchka

Tellement désolée pour les fautes de frappes et cie. Je me relis et je trouve cela intense. j'ai du mal à me concentrer depuis une semaine et les yeux me brulent.

Portrait de Philippe Hème

Bonjour,

Je viens de lire votre message et je me permets d'y répondre.

Il me semble important de prononcer certains mots (qui sont souvent oubliés) quand une personne apprend sa séropositivité. Ils peuvent vous être utile tant pour vous (dans l'attente de votre résultat) que pour votre compagnon.

En France, en 2020, un diagnostic de séropositivité est synonyme d'espoir ! Vous pouvez respirer, car tout va bien se passer :

Dès le diagnostic, le traitement commence et de nos jours il est incroyablement efficace : en quelques semaines, le virus est contrôlé. On dit que la charge virale devient "indétectable". Cela signifie que le VIH est comme "désactivé". Avec deux effets très importants :

- Vous êtes et restez en bonne santé. Vous n'êtes pas malade. Votre espérance de vie est identique à celle d'une personne séronégative.

- Vous ne pouvez plus transmettre le VIH (même sans préservatif) ! C'est le principe Indétectable = Intransmissible.

- Vous pouvez avoir des enfants, sans aucun risque de leur transmettre le VIH.

- Votre vie continue et elle sera aussi longue, belle et riche qu'avant : on vit et on vieillit très bien aujourd'hui avec le VIH.

Les traitements actuels sont très efficaces et très peu contraignants : très vite, on ne prend plus qu'un seul (petit) comprimé, une fois par jour. On commence même en France à alléger les traitements : certains ne le prennent que 4 jours par semaine. Dans peu de temps, on pourra bénéficier d'une injection qui sera efficace pendant 2 mois !

Les traitements n'ont plus d'effet secondaire pour la plupart des personnes séropositives. Au démarrage, des troubles existent (ils sont beaucoup psychosomatiques - mais ils existent quand même). Mais en très peu de temps, ces désagréments disparaissent.

C'est donc un espoir de connaître sa séropositivité (plutôt que de l'ignorer) car c'est grâce à cette information que l'on peut commencer son traitement, qui donne l'assurance de vivre en bonne santé, bien, longtemps, et sans aucun risque de transmettre le VIH à qui que ce soit.

Peut-être que vous n'entendrez pas ces messages positifs tout de suite. Mais il est important que vous les ayez en tête. Ce n'est pas un drame, en Frace, en 2020, de vivre avec le VIH.

Il reste que la nouvelle est toujours difficile à surmonter, justement à cause de toutes les vieilles idées que l'on a en tête (souvent fausses de nos jours, car la vie avec le VIH a beaucoup changé ces denières années).

On peut aussi très bien comprendre la culpabilité que peut ressentir votre compagnon. Même si vous êtes vous-même très inquiète, il vous faut absolument l'aider et le soutenir. Il n'a rien fait de mal. Aucune personne séropositive n'a rien fait de mal ! Il s'agit d'un virus, rien d'autre. Le VIH n'est pas réservé à certaines personnes, ou à certains comportements, ni même à une orientation sexuelle. Ce n'est pas un virus de l'homosexualité. La culpabilité que doit ressentir votre compagnon est certainement immense. Il a absolument besoin de vous pour la surmonter.

Vous pouvez surmonter cette nouvelle à deux plus facilement. C'est très important de savoir que le VIH n'est qu'un virus parmi d'autres. Il n'est pas plus que cela. Et il se gère très bien aujourd'hui : on vit avec le VIH, qui devient une "infection" chronique totalement asymptomatique (on n'en ressent aucun effet sur la santé). C'est très important de comprendre cette réalité de la vie avec le VIH aujourd'hui.

Il faut attendre vos résultats avec tout cela en tête. Et les attendre sereinement. J'espère très sincèrement que vous n'avez pas contracté le virus. Mais si c'est le cas, mieux vaut le savoir. Et ce n'est pas la fin de tout. Bien au contraire.

J'espère que ces quelques informations vous aideront à mieux comprendre la réalité du diagnostic de séropositivité aujourd'hui. Il faut que ces bonnes nouvelles prennent place dans votre tête, car c'est exactement le reflet de la vie avec le VIH aujourd'hui.

Prenez soin de vous et de votre compagnon.

Philippe

Portrait de Pierre75020

J'ai peu de choses à ajouter au post de Philippe sinon vous souhaitez comme lui une très belle vie avec ou sans le VIH.J'ai aussi connu ce moment difficile de l'annonce d'autant que j'étais en séroconversion avec une forte fièvre et une très grande fatigue mais j'ai surmonté très vite et j'ai retrouvé mon entrain et mes forces pour lire, voyager, faire du sport. Le VIH est devenu un rituel matinal , la prise de l'unique cachet et rien de plus. Les résultats de mes analyses ont toujours été encourageants voir apaisants, nous sommes mieux suivis médicalement que bien d'autres personnes. Mes pensées amicales pour vous et votre compagnon.

Portrait de Surfeur

Bonjour, apres lecture de votre écrit dont il se dégage beaucoup de désarrois, (ce que je comprends très bien, je suis porteur du HIV depuis bientôt 30 ans) je ne peux que tenter de vous rassurer, si la contamination est avéré il faut que vous sachiez quaujourdhui on peut très bien vivre avec ce virus, bien et longtemps  même quasiment normalement, le seul inconvénient est de penser à prendre sa pilule tous les jours, croyez moi ce n'est pas pire que d'avoir du diabète ou d'autre maladie qui sont parfois bien plus handicapante, voilà pour l'aspect physique , la ou ça se complique un peu c'est du côté psychique, cette maladie comme les cancers par exemple renvoies systématiquement à la mort, ce qui en soit est parfaitement effrayant et insupportable et pourtant nous sommes tous destinés à cette fin tôt ou tard, cela prend un peu de temps mais vous parviendrez, avec un peu de réflexion personnelle et en faisant les bonnes rencontres, à accepter  cette situation et vous reprendrez le cour normal de votre vie, ce que je vous souhaite vivement. Courage, dite vous que vous auriez pu attraper une leucémie ou vous auriez pu être la passagère d'un avion qui se serait écrasé, vous êtes toujours en vie, le HIV est parfaitement controlé aujourdhui, il suffit juste d'être vigilant et d'y mettre un peu de soi, c'est peu être même l'occasion, si je puis dire, de voir la vie sous un autre angle, soyez forte vous y arriverez j'en suis sûr. Amicalement 

 

 

Portrait de Devotchka

En fait, le VIH je le prends déjà beaucoup mieux que lui. Ce qui me fait beaucoup de peine c'est davantage la trahison dans le couple. Je reçois mes résultats demain mais je dois passer d'autres prises de sang pour les relations qui dataient de moins de 4 à 1 semaines au moment des premieres prises de sang. Pour sa part à lui, les effets indésirables du médicament commencent à s'estomper, mais la fatigue persiste. 

merci pour vos bons mots ♥️

Portrait de Cosette

Bonjour,

Votre message m'a poussée à m'inscrire sur le site que je suis par ailleurs depuis l'hiver dernier, période où nous avons découvert la séropositivité de mon compagnon. Et tous les témoignages y sont tellement honnêtes et respectueux que cela fait du bien. Je me retrouve un peu dans votre expérience. J'ai appris les aventures de mon ami avec des hommes en février dernier et je suis tombée des nues. Nous avons aussi des enfants. Tout a été chamboulé. Lui ne pensait pas être contaminé car il se protégeait, m'a-t-il assuré. J'ai du insister pour qu'il fasse les tests. Quelle chaîne d'angoisse. J'ai craint pour moi mais les résultats ont été bons. Je vous le souhaite également de tout coeur. Je sais que de mon côté, encaisser une trahison et une contamination aurait été extrêmement difficile à supporter. Pour autant, la situation reste compliquée, au bout d'une petite année. 

Je vous souhaite beaucoup de courage, à vous et votre famille