Pour Info

Publié par le 28.06.2008
443 lectures
 

GAYS – Discriminations

Mardi 22 avril 2008

Lien : http://www.libération.fr (avec source afp)

 

La ministre de l'Intérieur

a décidé de "suspendre" l'expérimentation du logiciel de police et de gendarmerie

jugé discriminatoire par des associations.

 

 

"Mineur en fugue", "sans domicile fixe", "personne âgée", "permanent syndical", "membre d'une secte", "transsexuel" ou "homosexuel"...

Ces rubriques devaient figurer dans le futur logiciel Ardoise, destiné à alimenter un futur fichier commun police-gendarmerie .

 

Ce dernier devait mettre en évidence un certain nombre de données et de profils, classés par rubriques et destinés, selon ses concepteurs, à "cerner" la victime ou le présumé auteur des faits.

 

Mais face à l'ire des associations, qui le jugent discriminatoire, Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, a décidé de "suspendre" l'expérimentation de ce logiciel de police.

La ministre a également souhaité réfléchir à la pertinence des critères retenus pour ce logiciel au regard des besoins d'enquêtes.

 

"La ministre a entendu les craintes qui se sont manifestées en raison de (ces) critères", a déclaré le cabinet ministériel. Mais, dans le même temps, MAM souhaite prendre en compte "les besoins opérationnels" des services de police et de gendarmerie.

 

Place Beauvau, on précise que Michèle Alliot-Marie a entamé "une réflexion, avec l'expertise de la direction centrale de la police judiciaire, pour réétudier ces points et leur éventuelle pertinence réelle avec les besoins des enquêtes".

Il doit s'agir de "corréler les besoins de la police et de la gendarmerie avec le respect des libertés individuelles".