Pourquoi j'ai décidé de consacrer le reste de ma vie à la lutte contre le VIH et les hépatites.

Publié par Baboon le 26.04.2009
1 857 lectures
Préambule :
Parce que je vais bien. Parce que j'ai la chance d'aller bien. Quel rapport avec ce titre me direz-vous ? Et bien si vous me consacrez un peu de votre temps pour la lecture de ce blog, vous  découvrirez progressivement les raisons qui me poussent à raconter mon histoire.
Commençons par la phrase choc, le « spoiler » comme on dit au ciné ou à la télé : Je suis séropo ET gay.
Bon, ok comme phrase d'accroche on fait mieux, c'est même d'une banalité affligeante. Je vois d'ici vos regards interrogatifs et désabusés : « encore un qui va nous raconter son malaise, son mal-être, ses soucis, on connaît ça par coeur (pour ceux que ça intéressent) ou on s'en tape (pour ceux qui s'en tapent vraiment).
Ben non, c'est justement tout l'objet du début de cette écriture. Comme le l'ai écrit en première phrase, je vais bien. Je sais que je suis contaminé depuis 1992, en étant persuadé avoir été contaminé en 1991. Depuis cette date je sais que  je suis coinfecté avec le virus de l'hépatite B également.
Et ma vie ne pas si mal.
Alors, Oyez, oyez brave gens, êtes-vous prêt à lire l'histoire d'un mec qui se sent à l'aise dans ses baskets avec ces virus dans le corps et qui ne va pas essayer de vous faire pleurer sur son sort ?
En fait, je pourrais faire le choix de ne publier ces posts que sur les sites spécialisés destinés aux gens vivant avec un de ces virus, histoire de rester « entre nous ». Mais ça va être de suite considéré comme une leçon d'espoir, de courage ou d'abnégation. Et ça, je n'en ai pas besoin. Alors je fais le choix de le publier sur mon blog public (que je n'ai pas alimenté depuis très longtemps parce que je n'avais plus grand chose d'intéressant à partager), ce sera repris automatiquement sur Facebook (donc vous imaginez à quoi je m'expose) et bien sûr je vais le publier sur Seronet.
En fait je veux faire mon « coming-out » virologique. Pour montrer aux gens concernés qu'on peut se servir de cette « merde » comme moteur de vie et aux autres que je ne suis pas différent d'eux s'ils ont la chance d'avoir échappé à ça jusqu'à présent.
J'utilise à dessein le terme « merde » parce qu'il ne faut pas se leurrer : ça n'est pas un compagnon de vie confortable ou sociable.
Mais je l'ai promis, je ne geindrai pas sur mon sort puisque JE VAIS BIEN.
Bien dans tout les sens du terme : mes résultats me laissent penser à une espérance de vie quasi identique aux gens non contaminés, j'ai un environnement familial et amical qui est et a toujours été  là dans toutes les phases d'acceptation du virus (je n'utilise pas « maladie » volontairement puisque je ne suis pas malade), j'ai la chance d'avoir la capacité de travailler et d'avoir un job passionnant : je ne suis donc pas exclu socialement.
En fait, ceci est une tentative, simplement. J'espère que l'interactivité offert par le web 2.0 va permettre de susciter des réactions par rapport à cette volonté de témoignage.
Clairement, je vais me faire insulter, charrier dans le meilleur des cas, discriminer parce que encore trop souvent le cas des personnes séropos. Cependant j'espère bien aussi pouvoir susciter chez vous de l'intérêt et que vous m'encouragiez à aller plus loin dans mon récit : les péripéties sont nombreuses si on repart de l'enfance jusqu'à maintenant.
Il reste maintenant à savoir ce qui va intéresser les lecteurs. Un ordre chronologique pur peut-être fastidieux, voire chiant.
Alors je vous laisse le choix : mon enfance et la découverte de mes préférences sexuelles, mon désastreux coming-out, ma contamination par excès de confiance, l'impact sur mes vies professionnelles (oui il y en a eu quelques unes), la préparation à la mort avant les trithérapies et le réapprentissage de la vie après, ma lutte actuelle (Cf. le titre du Post), ma relation au préservatif... les sujet ne manquent pas et vos réactions ou commentaires seront mon guide pour la sélection du prochain post.
J'ai décidé de raconter, je n'ai rien à cacher. Je m'expose et suis prêt à assumer les conséquences qui vont avec.
Et qui sait, si vous me poussez assez loin dans le délire littéraire qui commence à me titiller, j'en ferais peut-être un ouvrage papier à l'instar d'une de mes amies très chère qui a publié il y a quelques temps, une fiction sous forme de blog mais basée sur un vécu qu'on a souvent partagé.

Commentaires

Portrait de frabro

ça fait du bien de lire ça !

J'attends la suite avec une impatience non dissimulée !

Bises

François 

Portrait de domilito

      @+  Be zoo  ompeuti Fushia Raleurs     Salu Baboon!!!    Byen SUR!!! les TEMOY Gn'Ages y z' hynthereze!!!

Portrait de nathan

Je kiffe beaucoup les mecs en Marcel, sincèrement. Je trouve ça très sexy.
Portrait de CAROLE

comment vas tu depuis tout ce temps, je t'embrasse Caro