procto, condylome et HPV

Publié par Rimbaud le 29.08.2017
2 053 lectures

Le proctologue se plante de numéro et laisse un message quasi incompréhensible sur mon portable croyant parler à l’infectio. J’ai tout de même compris ces mots qui m’ont saisi : « c’est douteux, c’est pas franc ». Je n’aime pas le doute et je pense être d’une totale franchise. Voilà de quoi foutre en l’air une journée, d’autant qu’il précisait vouloir me revoir à six mois et non dans un an pour refaire les prélèvements. L’idée de devoir à nouveau me retrouver le postérieur en l’air, le cul grand ouvert à gratter tout ce qu’il peut gratter me réjouit d’avance.

Ni une, ni deux, pas de bol pour lui, c’est sa ligne privée qui s’est affichée. Je le rappelle… il est embarrassé… « attendez, je consulte votre dossier… oui, euh… je peux vous rappeler dans dix minutes, je suis en consultation ? ». C’est un rapide et c’est tant mieux (il engrange un max en dépassements d’honoraires pourtant mais l’immeuble est archi luxueux, une vraie forteresse, digicode, double porte, ascenseur qui cause, marbre, et j’en passe!). Finalement, il m’explique qu’il a n’a rien vu à l’œil nu mais qu’il a peut-être bien dégommé un condylome en faisant le prélèvement ; que le HPV oui, tous les séropositifs l’ont, qu’on ne peut rien faire, mais qu’on se revoit en décembre pour refaire les analyses. Merci, au revoir.

Google est notre ami à tous. Le HPV, 70% des gens l’ont ou l’ont eu, pas de quoi s’inquiéter. Les condylomes ne sont pas tous cancéreux, loin de là, pas de quoi s’inquiéter. C’est comme mes micro-nodules finalement… Mais bordel, à force de laisser planer des incertitudes de tous les côtés, je vais devenir dingue. Je déteste l’incertitude et tout ce qui n’est pas clair ! Tout ça est profondément anxiogène et j’ai besoin d’oxygène ! Vite, qu’on m’emmène en réa, j’y suis pas encore allé ! 

Commentaires

Portrait de Cmoi

Des examens fréquents et complets permettent un dépistage précoce des maladies, et parfois de plus grandes chances de guérison. Mais ça ne convient pas à tout le monde, et je ne me vois pas en rat de laboratoire, scruter de tous côtés, avec des fausses alertes comme dans ton cas. De l'oxygène tu vas en trouver, et ailleurs qu'en réa ça j'en suis sûr. 

Portrait de Rimbaud

Ca va, je supporte encore, j'ai essayé de mettre un peu d'humour pour changer de l'opéra italien ;) et puis ça va se calmer, c'est le grand check up initial mais bon, flippant un peu pour quelqu'un qui n'a pas mis les pieds chez le doc pendant quinze ans lol

Portrait de Exit

Mon infectio m'avait aussi prescrit un RDV pour aller voir un proctologue... 

La lettre est passée à la poubelle.

J'ai un ami gay qui avait eu un ou des condylômes et qui avait dû se le(s) faire bruler, puis ça avait repousser, bref c'était vraiment pas top.... Puis doit maintenant retourner régulièrement etc... 

Alors que très rare sont les condylômes qui sont cancéreux, la plupart sont inoffensifs et se guérissent d'ailleurs sans avoir recours à une quelquonque chirurgie. Perso, je n'irai voir un proctolgue uniquement le jour ou je sens quelque chose de bizarre à l'anus pas avant... 

Portrait de Cmoi

Il y a dans tes textes un juste dosage de récit, de lyrisme, et d'humour, qui non seulement me donne du plaisir mais de nouveau le goût de la lecture. On verra bien si je trouve un peu de temps pour ça, je n'en ai déjà pas assez (mais je crois que c'est surtout l'envie) pour la musique qui normalement est mon métier. En attendant je continuerai à me promener par ici. 

Portrait de Rimbaud

C'est beau quand un texte rencontre un lecteur. C'est toujours émouvant. Merci.

Portrait de VihBe

Quant à consulter un protologue sachant que je suis contaminé (au vih ), je n'en veux pas : mon intimité ne peut être violée Choix personnel tout comme un examen clinique appronfondi comme disent les spécialistes et ben non j'ai pas voulu et on a respecté ma décision , ce qui est normal .

Pour les autres Mst la prise de sang suffit anti-corps hpv , toxoplasmoses alors pas d'exploration anale non merci..... même si j'ai des polypes +++ suite à des analyses des selles ... alors programmation d'une coloscopie annulée aussi  .

Pour terminer je me souviens ici même qu'un "seronet" m'a déclaré que j'avais pas le choix d'accepter la maladie .

Après plus d'un an j'ai pas changé d'avis , nonosbtant la prise de mon cachet violet certes pas mon ami , Triumeq que je prends deux fois par semaine (2/7).Je me porte bien n'est ce pas ce qui est le plus important , des examens non merci je suis malade je le sais cela me suffit....la liberté c 'est de choisir ....et le fait de ne as changer d'avis n'est en rien preuve d'imbécillité .

Je me suis fait tirer les oreilles par un médecin parce que j'ai pas signalé que j'étais séropositif .... "ah bon ! j'avais oublié docteur !" ... Autant coller une étiquette sur mon front "VIH" ! C'est mon choix de ne rien dire ....

Portrait de Rimbaud

Bien sûr qu'on a le choix, tu as raison et c'est hyper important. Mon infectio ne me fait que des propositions mais j'accepte à chaque fois, c'est mon côté soumis. MDR Plus sérieusement, j'ai tellement abusé avec la clope pendant 20 ans et je n'allais jamais voir de doc... donc là j'ai décidé de changer parce que je sens la cata arriver, pis ça me fait du bien qu'on s'occupe de moi. Bon après, ça n'empêche pas que je regarde toute cette médecine avec un oeil très décalé et extérieur, comme au spectacle. Mais je suis bien d'accord, on peut s'en passer je pense.