Quand l'indifférence tue

Publié par jl06 le 26.01.2022
370 lectures

Le photographe René Robert est mort à Paris dans l'indifférence

Sorti pour se promener dans les rues de la capitale, le photographe de 84 ans est resté inerte au sol durant neuf heures, sans aide ni secours.

 CHRISTIAN HARTMANN VIA REUTERS Le photographe René Robert a passé neuf heures sur sol, sans que personne ne lui vienne en aide (photo d'illustration).

Un drame qui suscite la consternation. À 84 ans, le photographe René Robert est décédé d’une hypothermie après être resté allongé par terre plusieurs heures en plein Paris, apprenait-on il y a quelques jours, sans la moindre intervention des passants, visiblement indifférents à son sort.

Ce mardi 18 janvier, ce photographe suisse à la renommée internationale pour ses photographies portant sur la danse flamenco est mort à même le sol d’une rue passante de Paris, comme le relate RTL. C’est sans doute suite à un malaise, alors qu’il sortait de son domicile pour faire une promenade, que l’octogénaire est tombé sur le trottoir avant de rester neuf longues heures durant, inerte et sans le moindre secours.

Une “mort atroce” selon le journaliste et ami du photographe Michel Mompontet qui a relaté sur Twitter les derniers instants de René Robert. “En hypothermie, il n’a pas pu être ramené à la vie. Durant 9 heures aucun passant ne s’est arrêté pour voir pourquoi ce monsieur gisait sur le trottoir. Personne”, s’est-il indigné sur le réseau social.

  

Comme il le raconte, c’est un sans-abri qui est venu le premier vérifier l’état de santé du photographe gisant sur le trottoir de la rue de Turbigo. Mais malgré l’aide de cet homme, les secours n’ont pas été en mesure de réanimer le photographe.

D’après Actu Paris, les pompiers de la capitale ont confirmé un appel à 5h30 du matin, pour un homme “allongé au sol, avec un traumatisme crânien et du sang”. Transporté à l’hôpital “en urgence absolue”, sa mort aura été confirmée quelques heures après par les médecins. 

Cette situation terrible a inspiré un commentaire sur les réseaux sociaux et un édito sur franceinfo à l’ami du photographe qui a invité chacune et chacun à prendre le temps de s’arrêter, ne serait-ce qu’“un instant” pour aider son prochain dans ce genre de situation.

  

Revenant sur le parcours et la carrière de son ami, il lui a rendu un vibrant hommage: “René Robert était un grand, un très grand photographe”. Le journaliste a terminé son édito par une simple question laissée en suspens: “La rue de Turbigo. Le plein Paris, la ville lumière, les bars, les restos. L’humanité, si inhumaine, et cette question: comment a-t-on pu en arriver là?”.

Commentaires

Portrait de jl06

 in et off, heure par heure, tout le festival Flamenco - midilibre.fr

Portrait de jl06

Loli Lerida, gitane du groupe Triana Pura, lors de la Vela de Santa Ana, à Séville<br />
 (René Robert)

Israel Galvan lors de sa prestation au festival de Flamenco de Nîmes, le 14 janvier 2015<br />
 (Jean-Louis Duzert)

René Robert Les Flamencos - photos René Robert - FlamencophilInterview de René Robert réalisée par Isabelle Jacq pour Musique AlhambraInterview de René Robert réalisée par Isabelle Jacq pour Musique Alhambrainterview de René Robert - photographe, aficionado de flamenco - YouTubepepa cortes y pepe contreras. flamenco gitano. - Acheter Cartes Postales et  Photos de Chanteurs et Chanteuses et Groupes dans todocoleccion - 146729334

Portrait de jl06

Vive émotion après la mort du photographe fribourgeois René Robert dans le froid d'une rue de Paris

Après une chute, le photographe, connu pour son amour du flamenco, est resté neuf heures par terre près de la place de la République avant d'être secouru. Il est décédé à l'hôpital

René Robert. Image du site flamencophil. — © PFSHDLV
Le Temps avec ATSPublié samedi 29 janvier 2022 à 11:21
Modifié samedi 29 janvier 2022 à 11:22 

Il a passé neuf heures sur un trottoir après une chute, sans personne pour l'aider. La mort par hypothermie du photographe fribourgeois René Robert, connu pour ses portraits du monde du flamenco, provoque une vague d'émoi.

L'accident s'est produit dans la nuit du 18 au 19 janvier: l'artiste, 85 ans, se promenait près de la place de la République lorsqu'il a trébuché et fait une chute mortelle vers 21h30.

Son ami et journaliste français Michel Mompontet a raconté l'incident à France Info. Un sans-abri a appelé à l'aide le lendemain à 6 heures du matin. Robert a été transporté à l'hôpital, où il est mort peu après d'une grave hypothermie.

Le chagrin et l'incrédulité

Cette tragédie provoque de vives réactions, à plus forte raison sur Twitter dans une France en campagne électorale. En Suisse, Le Matin a titré sur cette «la triste mort» «en pleine rue à Paris». Le correspondant du Guardian note que ce décès «a provoqué le chagrin, la colère et l’incrédulité en France et au-delà». Le journal anglais met le drame en lien avec le fait qu'il «y a de nombreux sans-abri à Paris», et que cette mort «pose la question de la décence humaine fondamentale».

«Un fait divers qui attriste aussi bien pour la fin tragique de la victime, que ce qu'elle dit de notre société», juge Le Figaro.

Cité par le Courrier internationalEl Pais rappelle que la mort de ce photographe «qui a dépeint les grandes stars du flamenco contemporain», «aurait pu être une statistique, une de plus sur les 500 personnes qui meurent chaque année dans les rues des villes françaises, solitaires et sans défense». Mais le journal note qu'il n’était pas sans abri, et avait une carrière professionnelle reconnue. «Grâce à cela, ses amis ont fait connaître les circonstances dans lesquelles il est décédé», et «son histoire a eu un impact au-delà du cercle des amis et de la France».

Il avait commencé dans la mode et la publicité

René Robert, né le 4 mars 1936 à Fribourg, a commencé sa carrière de photographe dans le domaine de la publicité et de la mode, avant de se faire connaître par ses clichés de danseurs de flamenco.

Ses images, toujours en noir et blanc, ont exalté l'art du flamenco pendant plus de 50 ans en photographiant des artistes comme Paco de Lucia, Fernanda de Utrera, ou Pastora Galván pour ne citer qu'eux.

Les portraits du photographe René Robert, réalisés de 1967 à 2009, ont fait l'objet de nombreuses expositions à travers l'Europe. L'une d'entre elles a été organisée à Rome à l'initiative de l'Institut Cervantes. Ses photos ont été rassemblées dans plusieurs ouvrages.