Réflexions confinées...

Publié par frabro le 26.03.2020
363 lectures

Avec plusieurs ami(e)s séropos et anciens dans ce statut, nous échangeons sur la situation en période d'épidémie de covid-19 et ne pouvons nous empêcher de faire des parrallèles avec ce que nous avons connu tout au long de l'épidémie à VIH. Quelques exemples flagrants :

  • L'appel au dépistage systématique, réclamé massivement sur tous les réseaux sociaux. Outre que nous n'avons pas le matériel nécessaire, il faudrait dépister tout le monde à un rythme très régulier pour que ça serve à quelque chose... Dépister en cas de suspicion, pourquoi pas, encore que les symptômes sont suffisemment connus pour que le traitement pusise être engagé sans dépistage. Alors le dépistage systématique, pour quoi faire ?
  • La ruée sur le "traitement miracle". Combien de fois n'a-t-on pas entendu crier victoire face au VIH avec des pseudos vaccins et des pseudos traitements qui ne sont jamais arrivés ? La recherche sur le virus VIH a été très rapide, la découverte de traitements performants a été plus longue. Si, aujourd'hui, il y a beaucoup de possibilités différentes et des adaptations personnalisées, celà à pris plus de 20 ans ; et combien d'entre nous on subit les effets désastreux de l'AZT surdosé dans les années 80/90, les effets secondaires persistant même après l'arrêt du traitement au Zérit, les effets désatreux chez certains au niveau du psychisme d'autres molécules mal évaluées et mises trop vite sur le marché ? Alors, quand j'entends qu'il faut mettre un maximum de personnes sous traitement anti-covid avec une association de médicaments qui ne sont pas des antiviraux et dont l'effet bénéfique n'est toujours pas confirmé, je doute...
  • Les gestes barrière : en matière de VIH, ils ont fait leurs preuves dès le début. Je les pense nécessaire, comme le lavage des mains, la distance de sécurité, la désinfection de certains objets pouvant être contaminés. Mais pourquoi vouloir asperger tout l'espace public d'eau de javel plus ou moins diluée comme on le fait déjà dans certaines villes ? faut-il rappeler le désastre environnemental que ça va produire ? et là encore, il faudrait le faire tous les jours...
  • la protection des soignants : vraiment indispensable face à un virus très transmissible et à la contagiosité avérée. Nous avons aussi connu au début de l'épidémie les soignants en costume de cosmonaute pour entrer dans les chambre des séropos. Mais pour le covid 19 c'est absolument nécessaire. Pourquoi le matériel manque-t-il à ce point ? Il n'est pas temps d'en chercher les responsables, l'urgence est ailleurs. mais la question se posera. Après...
  • les "populations à risque" : pour nous c'était les 4 H...maintenant, ce sont les vieux, les gros, les personnes atteintes de pathologies diverses devenant des comorbidités. Bien entendu, si notre système immunitaire n'est pas restauré, nous sommes en première ligne. Je pense aux personnes non dépistées pour le VIH et qui sont immunodéprimées sans le savoir et donc des cibles de choix pour le covid19...

Conclusion provisoire : soyons prudents, restons chez nous le plus possible, continuons à respecter nos traitements, adoptons les gestes barrières quand nous sortons, et surtout ne cédons pas à la panique ambiante et aux effets de foule. Normalement, nous y sommes déjà entrainés, mais qui sait...

Prenez soin de vous... et des autres !

Solidairement,

 

François

Commentaires

Portrait de mohican

Merci François.

Portrait de Lowie

Merci frabro de nous rappeler que ce n'est pas la première fois que nous sommes confrontés à ce problème de peur panique face à un virus inconnu.Un peu plus de civisme pourrait éviter la catastrophe mais sommes nous suffisamment assez disciplinés pour accepter un certain confinement?Certains crient déjà à l'atteinte des libertés individuelles de tout un chacun de circuler librement dans notre pays ; sacré Gaulois.