Repeindre le plafond

Publié par pascal1969 le 05.12.2009
481 lectures

 

Il y a une quinzaine de jours, j'étais de fort méchante humeur. Le lendemain, je devais commencer les travaux de peinture dans la chambre d'une amie et je ne cessais de me reprocher de n'avoir pas été juste avec moi-même sur ce coup-là. En clair, je me disais que j'étais encore dans une situation social délicate avec du travail personel par-dessus la tête pour m'en sortir et qu'au lieu de faire ce que j'avais à faire, j'allais passer beaucoup de temps et d'énergie à faire du travail pour une autre, et gratuitement par-dessus le marché. Enfin, pas tout à fait gratuitement puisque ce travail se ferait par l'intermédiaire d'une association d'échanges de services et de savoirs, un Service d'Echange Local, (SEL) pour celles et ceux qui connaissent. C'est très pratique car cela permet de tisser des liens, de rencontrer des personnes positives qui sont dans une démarche solidaires et de faire sans échange d'argent, de nombreux échanges. Néanmoins, dans ma situation, quelques monnaies sonnantes et trébuchantes seraient les bienvenues. Donc je ralais.

 

Le matin, c'était le 11 novembre, je me réveille curieusement d'une furieuse bonne humeur et je sens que tout est juste.

 

Toujours dans le cadre du SEL, je vais honnorer mon rendez-vous du matin et offrir une séance de libération des mémoires et un massage puis je pars à mes travaux de peinture. Pendant que je prépare tout le matériel, je laisse vagabonder mon mental à sa guise et l'observe repasser en revue la conversation de la rencontre avec cette amie. Je me souviens alors avoir remarqué les photos d'Amma sur les mur de la chambre à repeindre et avoir déclaré que pour ma part, je préférais Mère qui avait fondé Auroville.

 

Tout le monde n'est pas sensé connaitre Amma et Mère alors j'explique un peu. Amma est une femme indienne assez célèbre qui vient régulièrement en France et qui est sensé représenter un des aspects de la Mère divine. Mère quant à elle, est une femme française née à Paris qui a passé la plupart de sa vie avec le yogi indien Sri Aurobindo et qui a fondé en 1968 une ville internationale, Auroville, à 10 km de Pondichéry. Mère représente aussi une incarnation de la Mère divine d'ailleurs une médium lui a confirmée qu'elle avait autour de la tête une courronne de 12 étoiles. Sri Aurobindo disait d'elle, qu'elle était née libre.

 

Bref ! Amma est Mère sont deux êtres réalisés. Je reprends le fil de mon histoire. Mon amie me dit qu'elle connait bien Mère car sa formatrice est très branchée sur le sujet et avec un grand sourire, elle me taquine en disant que c'est Mère qui m'envoie chez elle.

 

Je repense à tout cela et en me mettant au travail, je me souviens aussi que Mère expliquait la véritable fonction du mental. Le mental en l'homme n'est pas un outil de connaissance mais un outil d'organisation. La connaissance vient d'un plan de conscience plus haut que le mental. Mère était toujours très concrète dans ses explications, elle disait que le mental devait être comme une surface blanche est plane afin de refleter fidèlement la lumière qui vient d'en haut. C'est cela la connaissance. La connaissance, c'est la transcription d'une Lumière qui vient d'en haut. Le mental n'est pas fait pour réfléchir au sens où on l'entends traditionnellement mais réfléchir au sens optique du terme.

 

Or; ce qu'il se passe à l'extérieur dans nos vies est TOUJOURS en résonnance avec ce qu'il y a à l'intérieur. Ca, les gens ont toujours du mal à l'avaler et ils remettent régulièrement la faute et la responsabilité de ce qui leur arrive sur l'extérieur, le hasard, le destin, la fatalité, la malchance mais ce n'est pas vrai. Il n'y a jamais de hasard. Alors j'ai compris qu'en peignant le plafond en blanc Mère voulait me donner l'expérience du silence mental, l'expérience de la surface blanche au-dessus de la tête. Alors j'ai remercié et j'ai commencé le plus consciencieusement du monde mon travail spirituel. Et effectivement, tout au long de mon travail, la tête était dans ce silence intérieur. Expérience qui s'est aussi renouvelée à plusieurs reprises dans la semaine.

 

Mère a dit que le chiffre 11 était le chiffre du progrès et nous étions le 11 novembre. 

 

A suivre pour de nouvelles aventures.