Réponse de l'Institut Pasteur - Criminalisation du VIH en Grèce

Publié par bernardescudier le 02.09.2014
1 561 lectures

La présidente de l’Institut Pasteur tient a assurer de son soutien les associations de lutte contre le sida et a rappeler qu’ en tant que presidente du conseil d administration de l’ Institut Pasteur, elle condamne fermement les depistages effectues par le Centre Hellénique pour le controle des maladies et la prevention ( KEELPNO) dirigé par Mr Papadimitriou en Grece.

 

Des que l’Institut Pasteur a eu connaissance de cette campagne, et bien que l’Institut Pasteur Hellénique ( IPH) n’ait en aucune manière été associé à ces depistages, l’Institut Pasteur  a adresse plusieurs courriers aux autorites grecques, à la direction de l'IPH, ainsi qu’au président de son conseil d’administration pour leur faire part de leur inquiétude.



Par une lettre adressée au Ministre de la santé, Mr Adonis Georgiadis, le 10 juillet 2013, la Directrice générale rappelait notamment que tous les Instituts Pasteur du réseau international étaient tenus de s’engager à mener des programmes de recherche dans le respect des regles éthiques internationales au service des populations les plus vulnérables.

 

Le combat contre le VIH et la lutte contre toute forme de discrimination vis-à-vis des personnes vivant avec ce virus, faisant partie de cet engagement, la Directrice générale de l’Institut Pasteur a exprimé sa profonde inquiétude quant à la participation de Mr Papadimitriou au conseil d’administration de l’Institut Pasteur Hellénique.



Dans le meme temps Mme Françoise Barré Sinoussi, lauréate du prix nobel pour la découverte du virus du sida, dénonçait fermement et publiquement ces agissements lors de la cloture de la 7ème Conférence internationale sur la Pathogénèse, la Prévention et le traitement du VIH. La Présidente de l’Institut Pasteur rappelle que Mr Escudier a été informé de ces démarches, qui sont hélas restées lettres mortes malgré une dernière lettre adressée le 12 juin 2014 par Mme Françoise Barré Sinoussi à Mr Voridis, actuel ministre de la santé.

La volonté des autorités grecques de maintenir Mr Papadimitriou, dans ses fonctions au sein du conseil d’administration de l’IPH ( Institut Pasteur Hellénique) constitue un point majeur de préoccupation dans la relation avec cet institut de droit local.

 

Dans ce contexte, le directeur général de l’Institut Pasteur, Christian Brechot, a adressé deux nouvelles lettres au secrétaire d’état à la recherche ainsi qu’au ministre de la santé grecque, sous couvert de l’ambassade de France à Athènes, avec pour objectif de dénoncer la convention de 2008 entre l’Institut Pasteur et les ministères de tutelle grecs concernant l’Instituteur Pasteur Hellénique, et de ré-ouvrir, à cette occasion, le dialogue sur l’avenir de cet Institut en Grece. La question de la participation au conseil d’administration de l’IPH sera clairement posée.



Par ailleurs l’ambassadeur voit le ministre de la santé grec, Mr Voridis, à la rentrée et abordera également le sujet ….


 Ps - Remarques : J'espère que cette réponse de l'Institut Pasteur ne constitue pas une déclaration d'intentions.  Nous tenons à faire remarquer que l'ambassadeur s'est manifesté par son ignorance du dossier, et son souci de tempérance diplomatique.



Bernard Escudier