Séromédecin

Publié par frabro le 17.07.2011
899 lectures

 Molière m'inspire ces jours-ci...Merci encore à mon pote Jean-Baptiste de me préter ses scènes !

MARTINE : Elle dit ces premières lignes bas.
Ah! que le Ciel m'inspire une admirable invention pour me venger de mon pendard!
Haut. 
Vous ne pouviez jamais vous mieux adresser pour rencontrer ce que vous cherchez; et nous avons ici un séronaute, le plus merveilleux homme du monde, pour les maladies désespérées.

VALÈRE : Et de grâce, où pouvons-nous le rencontrer?

MARTINE : Vous le trouverez maintenant vers ce petit forum que voilà, qui s'amuse à couper du bois.

LUCAS : Un médecin qui coupe du bois!

VALÈRE : Qui s'amuse à cueillir des simples, voulez-vous dire?

MARTINE  : Non : c'est un homme extraordinaire qui se plaît à cela, fantasque, bizarre, quinteux, et ce que vous ne prendriez jamais pour ce qu'il est. Il va vêtu d'une façon extravagante, affecte quelquefois de paraître ignorant, tient sa science renfermée, et ne fuit rien tant tous les jours que d'exercer Séronet les merveilleux talents qu'il a eus du Ciel pour la médecine.

VALÈRE : C'est une chose admirable, que tous les grands hommes ont toujours du caprice, quelque petit grain de folie mêlé à leur science.

MARTINE  : La folie de celui-ci est plus grande qu'on ne peut croire, car elle va parfois jusqu'à vouloir être battu pour demeurer d'accord de sa capacité; et je vous donne avis que vous n'en viendrez point à bout, qu'il n'avouera jamais qu'il est médecin, s'il se le met en fantaisie, que vous ne preniez chacun un bâton virtuel, et ne le réduisez, à force de coups, à vous confesser à la fin ce qu'il vous cachera d'abord. C'est ainsi que nous en usons quand nous avons besoin de lui.

VALÈRE : Voilà une étrange folie!

MARTINE : Il est vrai; mais, après cela, vous verrez qu'il fait des merveilles.

VALÈRE  : Comment s'appelle-t-il?

MARTINE : Il s'appelle « * »; mais il est aisé à connaître : c'est un homme qui a une large barbe noire, et qui porte une fraise, avec un habit jaune et vert.

LUCAS : Un habit jaune et vert! C'est donc le médecin des perroquets?

VALÈRE : Mais est-il bien vrai qu'il soit si habile que vous le dites?

MARTINE : Comment? C'est un homme qui fait des miracles. Il y a six mois qu'une séropositive fut abandonnée de tous les autres médecins : on la tenait morte il y avait déjà six heures, et l'on se disposait à l'ensevelir, lorsqu'on fit venir de force l'homme dont nous parlons. Il lui mit, l'ayant vue, une petite goutte de je ne sais quoi dans la bouche, et, dans le même instant, elle se leva de son lit, et se mit aussitôt à se promener dans sa chambre, comme si de rien n'eut été.

LUCAS  : Ah!

VALÈRE : Il fallait que ce fût quelque goutte d'or potable.

MARTINE  : Cela pourrait bien être. Il n'y a pas trois semaines encore qu'un jeune enfant de douze ans tomba du haut du clocher en bas, et se brisa, sur le pavé, la tête, les bras et les jambes. On n'y eut pas plus tôt amené notre homme, qu'il le frotta par tout le corps d'un certain onguent qu'il sait faire; et l'enfant aussitôt se leva sur ses pieds, et courut jouer à la fossette.

LUCAS : Ah!

VALÈRE : Il faut que cet homme-là ait la médecine universelle.

MARTINE : Qui en doute?

LUCAS  : Testigué! voilà justement l'homme qu'il nous faut. Allons vite le chercher.

VALÈRE : Nous vous remercions du plaisir que vous nous faites.

MARTINE : Mais souvenez-vous bien au moins de l'avertissement que je vous ai donné.

LUCAS : Eh, morguenne! laissez-nous faire : s'il ne tient qu'à battre, la vache est à nous.

VALÈRE : Nous sommes bien heureux d'avoir fait cette rencontre; et j'en conçois, pour moi, la meilleure espérance du monde.

 

"*" : là je vous laisse choisir le pseudo approprié, fusse le mien !  Mort de rire

J'ai mis en italique deux ou trois mots changés, ajoutés ou soulignés pour les besoins de notre cause.

 

François, gruik malgré lui 

Commentaires

Portrait de Ferdy

j'aime tes détournements François ! celui-ci semble venir en écho à un forum qui tourne autour de la dissidence, et on se réjouit ...de ces belles aberrations,

bises,

Ph.