SOS info Delstrigo

Publié par lusitanien le 19.10.2019
92 lectures

Bonjour

suite a des problemes de compatibilité avec mon traitement actuel (Tivicay-Truvada) mon  infectio m'as prescrit

 Delstrigo 100mg/300mg/245mg  une nouvelle conbinaison récente...

 est ce que quelqu'un en prends cette nouvelle tri est as eventuelement des retours positifs (ou pas) de ce nouveau 

 traitement...

 

 merci d'avance de vous partages qui me seront tres utiles.

 

 j.

Commentaires

Portrait de jl06

Jamais entendu cosé de ton nouveau médoc ... Cool

ImpressionDELSTRIGO (doravirine, lamivudine, ténofovir disoproxil), association d’antirétroviraux

INFECTIOLOGIE - Nouveau médicamentAVIS SUR LES MÉDICAMENTS - Mis en ligne le 27 mai 2019Nature de la demandeInscription

Intérêt clinique important dans le traitement de l’infection par le VIH-1 chez les patients ayant une charge virale faible ≤ 100 000 copies/mL, lorsqu’un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INNTI) est indiqué et que l’utilisation de la rilpivirine n’est pas appropriée, mais pas d’avantage clinique démontré dans la prise en charge de ces patients.

 

  • La doravirine est un INNTI,  disponible en forme libre (PIFELTRO) ou en association fixe (DELSTRIGO).

  • DELSTRIGO a l’AMM dans le traitement des adultes infectés par le VIH-1 sans preuve antérieure ou actuelle de résistance à la classe des INNTI, à la lamivudine ou au ténofovir.

  • C’est une option thérapeutique chez les patients dont la charge virale est ≤ 100 000 copies /mL, lorsqu’un INNTI est indiqué et la prescription de  la rilpivirine non appropriée, notamment pour des raisons d’interaction médicamenteuse.

  • DELSTRIGO n’a pas de place dans la stratégie thérapeutique actuelle des patients en échec virologique et des patients dont le virus est résistant aux autres inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse.

Service Médical Rendu (SMR)

Important

Le service médical rendu de DELSTRIGO est important uniquement dans la population de l’AMM restreinte aux patients ayant une charge virale faible = 100 000 copies/mL, lorsqu’ un INNTI est indiqué et que l’utilisation de la rilpivirine n’est pas appropriée.

 

Amélioration du service médical rendu (ASMR)

V (absence)

Compte tenu :

  • de la démonstration de la non-infériorité de la doravirine (INNTI) par rapport au darunavir/ritonavir (IP) ou à l’éfavirenz (ATRIPLA) en termes d’efficacité immuno-virologique après 96 semaines de traitement, chez des patients naïfs sans antécédent de mutation de résistance à la doravirine, aux INNTI et aux médicaments associés,
  • de l’absence de comparaison de la doravirine à la rilpivirine, molécule actuellement recommandée en première ligne lorsqu’un INNTI est indiqué,
  • de la faible barrière génétique de la doravirine, dans un contexte où il existe des alternatives thérapeutiques, notamment dans la classe des INI avec une barrière génétique élevée, telles que le dolutégravir et le bictégravir,
  • des incertitudes sur son efficacité chez les patients ayant une charge virale élevée (CV> 100 000 copies/mL),

la Commission considère que DELSTRIGO n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) dans la stratégie de prise en charge des patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1).