suite de "ma last chronique non parue sur le site de "Le Monde"

Publié par nikita le 17.01.2009
184 lectures

Alors vous dire que pour moi la communication est interpellante n’est pas un vain mot !

Ah oui ! Je refuse de reprendre la trithérapie que m’a prescrite le médecin du MIST revu lundi en consultation. Je sais ce dont mon organisme a besoin. Je l’ai déjà expérimenté durant 4 années. Mais il ne le sait pas encore. Chut ! De toute façon, j’irai faire la prise de sang prévue dans 20 jours et je ne sais pas encore si je lui dirai que je n’ai pas repris le traitement. REYATAZ 300 + TRUVADA + NORVIR. 3 cp par jour au lieu des 5 précédemment. Mais l’un d’eux peut jaunir le blanc de l’œil. M’en fout, il existe des gouttes bleues. Et puis avec mon opération de la cataracte et un décollement de rétine le jour où j’allais signer les papiers du divorce chez le notaire (sur l’autoroute c’est arrivé !) j’ai de beaux yeux tout clairs et un peu vert-bleu. Pers quoi !

Parmi  ces trois médocs, l’un doit obligatoirement être entreposé au frigo. Heureusement que mes filles –qui sont indépendantes et ‘le savent’- n’habitent plus chez moi. Elles auraient eu une drôle de surprise en voyant des boîtes de médoc à côté du camembert.

Mais ceci est une autre histoire.

 

Je suis Nikita52. Nikita en référence au film de Luc Besson. L’imposte au bout du couloir était colmatée, mais Nikita a réussi à s’en sortir. 52 c’est mon année de naissance. Mon surnom d’enfant c’est babar. Comme pour Obama. Et en PNL (Programmation Neuro Linguistique – autre méthode de bonne communication et de mieux-être que j’ai aussi expérimentée, mais très rapidement, je me suis toujours vue comme une matriarche qui conduisait son troupeau de sœurs, tantes et filles. Les autres pachydermes, juste de temps à autre. Ne me demandez pas pourquoi !

 

Car si les femmes n’ont pas de couilles, elles sont bien obligées de penser avec leur cervelle. Je me suis soignée à ma façon. L’humour étant aussi parfois l’expression du plus profond désespoir (Guy Bedos) et comme tout ce qui ne te détruit pas te grandit (Nietzsche avant qu’il ne se suicide), alors asta la vista, no lo sé, et surtout, surtout : bien sincèrement.

 

Commentaires

Portrait de panam75019

le norvir doit etre conservé à une température inferieure à 25° afin d'eviter que les capsules ne collent entre elles, pas du quoi fouetter un camenbert non !!
Portrait de Marbouillat spirit

pas evident lorsque tu pars en voyage ! pour ma part experience du kaletra gelules ( avt les comprimés ) ,chaudes ,tiedes  molles,cela me renforçait mes nausees , En Thailande ,à Bangkok ,pas de problemes 'frigo ), dans le nord ,petits hotels locaux , bon marché ,du charme ,mais pas de frigo ; Plus de 30 degrés , j'avais quelques angoisses d'intoxication ; et on ne peut pas ''changer de traitement quand il marche bien juste pour le confort , certains medicaments sont une veritable contrainte selon ce que tu' vis ' Je n'ai jamais supporté la vue des boites de medicaments dans le frigidaire ,pasplus que la couleur orange ( malgré mon attirance pour le zen ) au petit dejeuner , Heureusement c'est terminé