UN TRAITEMENT: JE NE SAIS PAS...

Publié par julian le 24.03.2009
2 542 lectures

Depuis que je suis adolescent, voire depuis l'enfance, j'ai malmené mon corps: je l'ai mutilé, vendu, privé de nourriture, lui ai administré des substances nocives, etc.

 

Pourquoi tout cela? Je l'ignore. Il s'agit probablement d'un comportement auto-punitif, en réponse à un possible sentiment de culpabilité, résultant peut-être lui-même de l'image de mauvais fils qui m'a été renvoyée par mes parents, lors de mes tendres années, de notre culture judéo-chrétienne, de mes gènes, bla, bla, bla... Je ne suis sûr de rien. Peu importe!

 

Ce qui est certain, ce soir, c'est que je ne sais pas si je veux me traiter, face au VIH. Cela peut sembler extrêmement choquant, indécent, on ne peut plus déraisonnable, et ainsi de suite.

 

Quoiqu'il en soit, je m'interroge à ce propos. Je sais que si je souhaite vivre relativement longtemps et jouir d'une qualité de vie réputée satisfaisante, je dois opter pour un traitement. Cependant, désiré-je véritablement vivre mieux et longtemps?

 

Le fait que cette question s'impose à moi, me renvoyant à la gueule mon mal-être et mon bien maigre désir de prendre soin de moi, me rend malade: pourquoi ne suis-je pas comme "ces gens", équilibrés et attentionnés à leur propre égard, que ce type de questions n'effleurerait en aucun cas?

 

Pourquoi?

 

Commentaires

Portrait de lea-mûre-trans-seroplus

c'est juste con.

Ici la pluspart se battent pour vivre, à l'arrachée,

et tu nous envoies tes états d'âmes bidon!

tu te trouves interessant?

tu as vu beaucoup de gens mourir du Sida quand y'avait pas les médocs?

tu vois, tu me rends violente! qu'est-ce qui m'a foutu un animal pareil!

ça s'est injecté toutes sorte de merde et ça fait la fine bouche devant des médicaments!

allez...un petit effort. une marche et puis l'autre... et une cuillérée pour faire plaisir à papa...

Portrait de julian

Bonsoir Léa,

Je te réponds, non pas pour me justifier, car je ne te dois aucune explication.

Je te réponds, dans l'espoir que tu te remettes en question, pour ce qui est des propos que tu viens de tenir, me concernant.

Ton commentaire comporte des représentations erronnées: par exemple, je ne me suis jamais injecté quoi que ce soit. Ensuite, tu t'es permis de me juger à plusieurs reprises, en parlant de mes "états d'âme bidons" ou en écrivant que je, ou plutôt, "CA fait la fine bouche", entre autres. Enfin, ce qui rejoint mes deux précédentes observations, tu m'as manqué de respect, en m'infantilisant: "allez... un petit effort. une marche et puis l'autre... et une cuillérée pour faire plaisir à papa..." et en me traitant d'"animal", notamment.

Mais de quel droit te permets-tu de me parler comme ça? Qui crois-tu être? Apprécierais-tu qu'on te traite de cette façon? Que l'on te juge, pour tes choix, pour ton ressenti, ton orientation sexuelle, etc.? Que l'on refuse de t'écouter, quand tu exprimes ton mal-être? Que l'on minimise ce dernier? Tu as le sentiment que ce type de commentaire est aidant?

Pour finir, j'ai vu l'un de mes amis mourir du sida. Et un autre de mes amis est en échappement thérapeutique.

Bonne soirée à toi.

Portrait de marty

Salut Julian,

 

J'espère que tu changeras d'idée, moi aussi j'y ai pensé avant de commencer

mon traitement... heureusement j'ai fait le bon choix... car ca fait déja 12 ans

que j'ai débuté et je suis encore là! MERCI la vie! ... je suis indétectable et mes cd4

sont à 1040 alors je suis en super forme. C'est sûr qu'il y a certains  effets secondaire

mais il y a plus de bon côtés. Je te souhaite bonne chance mon copain...

 

                                                             solidairement Marty 

Portrait de jean-rene

Non, Julian, il faut simplement que tu apprennes à t'aimer.
C'est un long chemin mais ça vaut le coup de l'emprunter, je t'assure.

Moi, je ne suis pas encore parvenu au bout mais je me sens déjà mieux.

Portrait de ecceomo

j'entends ta colère

les mots de julian t'ont fait réagir

 

mais il n'y a pas à juger

si Julian ressent ce qu'il écrit, il a conscience même que cela peut être " choquant " ...

 

Il exprime cela parce que en le disant il espère avancer, et toi, je crois aussi que par ta réponse tu souhaitais secouer le cocotier. Je sais que tu ne lui veux pas gratuitement du mal... mais le résultat n'est pas celui que tu aurais souhaité en lui mettant un coup de pied au cul. La différence de génération ne nous autorise pas comme vieux à dire au plus jeune ce qu'il doivent faire de leur vie.

 

son questionnement est cohérent, ce n'est pas le Traitement qui est en cause mais lui par rapport à lui même, comment peux tu mieux savoir ce qu'il doit ressentir au fond de lui...

 

Julian,

en disant ... Pourquoi ... tu prends un bon départ.

après il est utile de te faire aider par une écoute professionnelle car aucune réponse extérieure ne sera efficace. C'est toi qui en mettant à plat tout ce qui te reste coincé au travers du gosier qui trouvera LA bonne voie, celle qui t'appartient.

(groupe de parole, psychologue...)

 

moi, une amie m'a aidée au fond du trou, en me demandant non pas d'exprimer toutes les bugs mais d'abord l'inverse, tout ce que je pourrais rêver. ... (même les choses les + irréalistes) puis de reprendre dans mon réel ce qui merde pour m'y attaquer 1 par 1 en sachant quelque part que j'étais capable de désir, comme une toute petite lumière dans mon noir intérieur. 

 

bon courage, et te souhaite de trouver l'étincelle de désir qui te ferra voir la vie autrement. Elle est souvent absurde mais il n'y a qu'elle.

 

En attendant, je ne connais pas ton bilan, et ne sais pas quel est le degré d'urgence du traitement. Essaie tout de même de le prendre, pour laisser ouverte d'autres portes plutôt que dès maintenant t'avouer vaincu... la trithé, ça marche pour le plan biologique du corps, le support charnel a ton être. dans tous les cas, ce corps , tu vas en avoir besoin .

 

bon courage 

 

solidairement vous 2 

 

 ecceomo

Positivement / / De passage avant compostage

Portrait de Seroserio

Je te comprends très bien, Julian, et c pas pr faire de la lèche ou quoi que ce soit du genre. Je suis un peu comme toi, auto-destructeur. Mais à un bien moindre degré, je pense, et j'esp !

Mais, bon, mon "ami",tu l'auras compris en substance ds tous mes posts, qu'ils te soient adressés ou non, qu'il ne fo pas etre trop égoiste ou égocentrique non plus.

Si tu ne vx pas de toi-mm, soit ! Mais tu es unique, et il y a certainemt qqn qui a cruellemt besoin de toi. Tu verras, qd tu l'auras enfin trouvé, tu ne pourras pas résister à la magie de cette personne. Et c'est 100% naturel !

Tes parents t'ont mal aimé, ok ! Et tu ne trouves rien d'autre de mieux à faire que recopier le mm schéma en privant toute gentille personne (mâle ou femelle, comme tu voudras) de ta protectrice affection ? pourquoi blâmer tes parents alors  si toi non plus tu ne vx pas rendre qqn heureux ?

A moi, pr commencer, tu fais bcp de mal, comme tu le vois. Je crois trouver un ami, mm cyber, osef !, et paf ! je me rends compte qu'il vt en finir plus vite... Demain, il n'y aura p-e plus personne pr me sauver moi-mm !

 Allons, Julian, stp... la vie est djà assez dure comme ça, avec tous ces connards autour ! Si ts les gentils gars se découragent encore plus vite, s'en vont plus tôt que nécessaire, s'ils font rien à leur petit niveau pr palier à la misère générale...

Ensuite, tu manques un peu de respect au travail de "l'homo-medicus". Qd tu penses aux heures qu'il passe à tenter de sauver des vies ! Tlm lutte pr sa survie, mm la plus insignifiante des bactéries... C'est le moindre respect que l'on doive à la Vie.

Tu es très certainemt généreux, sinon tu n'aurais pas apprécié mes textes...

Alors :

Une femme enfante ds la douleur et avec bcp de risques... Comme elle, donne-toi vraîmt à l'Autre, sous ttes ses formes, quelle que soit son sexe, son espèce, sa race... Partage avec cette femme les risques inhérents à l'existence, ds un univers où bcp est possible et souvt par chance ou accident..

Serais-je en train d'écrire en vain, pr rien ? Tu es mon public, unique, et sans toi je ne suis plus.

Portrait de milodemavie

J'ai eu aussi ce questionnement Ju...
Je me suis dis que je n'allais pas le prendre ce traitement...

Parce qu'après tout ma vie était foutu, j'avais plus qu'a préparer ma mort...
Puis la vie reprend le dessus
Tu veux vivre encore de beaux moments avec ton cher et tendre et lui aussi...

Alors les conseilleurs ne sont pas les payeurs...

Je sais que débuter un traitement c'est RUDE !
6 semaines à comprendre pourquoi j'avais mal partout...
6 semaines à surveiller de ce qui était un effet secondaire de ce qui était un rétablissement de mon corps...

Mais c'est toujours mieux mes 850 CD4, 900 répliques 65 kilos que 200 CD4, Charge Virale Incalculable et 55 Kilos....
plus de candidose non plus donc les aliments ont de nouveau un vrai gout...

Mais cela reste ton choix...
Je me suis rattaché moi à l'idée de vivre et honnetement plus le virus prend de la place et moi c'est facile !
J'aurai pas pu supporter de continuer à vivre et de supporter les maladies opportunistes...

Alors peut être que dans 15 ans on me dira mais monsieur, La lypo c'est du aux médicaments que vous avez eu en 2009, que votre aspect "Papy" c'est lié également et vos reins...

Mais en 15 ans la recherche peut également progrésser (regardes les chinois font un essaie Phase2 sur un vaccin) demain on nous dira peut être qu'un nouveau traitement est en essaie pour éradiquer completement cette toute petite partie de nous...

Penses à nos "Ainées" qui n'avaient pas d'échéance autre que 6 mois ...
C'est pas facile d'exprimer tout ce que j'aurais envie de te dire...

Mais bats toi ! T'es encore plus jeune que moi alors t'as encore plus de belles choses à vivre !

Accroches toi ! Dis toi que nous serons là dans les moments difficiles comme dans les joies :)

Tu sais où me trouver bonhomme !

Portrait de romainparis

Lorsque j'ai dû prendre mon 1er traitement, je ne me suis pas posé la question : j'étais amoureux. La question s'est posée quand je ne suis pas mort... et je me la pose toujours, non pour une histoire de vivre, mais pour une histoire de qualité de vie.

Je crois que tu devrais commencer ton traitement puisque tu pourras toujours voir ce qu'il se passe ensuite et aviser en conséquence. Si tu n'as rien à perdre, alors pourquoi ne pas rajouter de nouvelles expériences dans ta vie ?

Romainparis, survivant malgrè lui.

Portrait de panam75019

Le succés, on cherche tous le succés, en tout cas je cherche le succés, alors le succés du traitement contre le VIH/SIDA c'est d"être acteur de ce traitement, alors toutes nos bonnes raisons, toutes nos tentatives pour te convaincre resteront vaines si TU n'es pas prêt, le traitement existe tu le sais, donc ce n'est pas ça qui est en cause.

Maintenant j'entend pleinement ce que tu exprime que tu dis qu'on t'a renvoyer l'image du mauvais fils et que de ce fait tu sois en souffrance d'image, mais toi comment te vois tu ? Pour ma part je suis trop souvent le bon fils, le bon frère, le bon, le bon, le bon, bref je pue la bonté et à force ça m'ecoeure alors oui j'ai besoin parfois de ne plus être le bon mais ma victime c'est toujours moi, pourtant j'ai choisi de vivre avec mes contradictions, mes oppositions, mais depuis peu, depuis mon entrée en thérapie contre le VIH, toutes les thérapies, lol, j'ai aussi pris le parti de ne plus survivre, je vis à cause des malgrés comme on dit alors fait ton chemin, ne nous écoute pas, décide, et ce que tu décideras t'appartiens, nous ne pouvons qu'être solidaire quoiqu'il arrive, tu as vu des mains se tendent ici, à toi de les saisir ou pas.

Portrait de lea-mûre-trans-seroplus

trouve effectivement qu'elle y est allée un peu fort.

Le message de Julian m'a d'autant plus perturbé qu'il y a quelques jours un vieil ami, même pas séropo, est venu m'emm...avec ses velleités suicidaires. Et je lui ai fait un scandale. Depuis on dirai qu'il va mieux.

Moi je ne suis pas bonne soeur. Je préfère Nietzsche et l'écoute musclée à l'écoute compatissante et "non-jugementale". J'ai pas envie que ce Julian s'englue dans son malheur. Alors je l'ai secoué. D'instinct.

C'est terrible les malentendus d'internet. Pour moi le "marche par marche " c'était pas infantilisant, c'est comme ça que je m'en suis sortie.Faire un petit truc chaque jour...

et "bougre d'animal" c'était carrément affectueux.

Julian tu as un lourd pédigré. Mais comprends qu'ici tout le monde se débat plus ou moins avec le suicide. Sans t'en rendre compte, tu pousses à la roue, du mauvais côté.

Bon je recommence à t'engueuler. J'ai envie que tu vives [mots censurés ]! prends les ces foutus médocs et dis merci!

Tu te rends compte le nombre de gens qui sont sous dyalise?qui ont des traitements lourds pour le cancer ou un autre sale truc? Ce que c'était du temps de l'AZT ou ton visage doublait de volume!

Aprés six mois de traitement tu auras (presque) oublié. Et j'espère cette engueulade.

Portrait de saraconor

 quand on est passé par ces phases d'auto- destruction : drogue, mutilation, anorexie etc et que le sida nous tombe dessus avant d'avoir règlé ça. Je comprends ton questionnement. Tu vas devoir faire un bond de géant, répondre à certaines questions fondamentales plus rapidement que prévu, avec ou sans traitement d'ailleurs. Alors suis les conseils ci-dessus et prends ton traitement. C'est finalement un moyen comme un autre de commencer à apprendre à prendre soin de soi. C'est vrai aussi que c'est ta vie et que toi seul peux décider quoi en faire, même si je pense que si on se fait souffrir c'est aussi pour reprendre le contrôle de sa vie. Pour sentir il faut vivre....Donnes-toi du temps...

Et puis sinon tu penses à mama Léa et à son engueulade et tu prends ton traitement;-)

Portrait de parisien-breton_en_ligne

pour décider... donc je ne jugerai pas...

j'ai juste décidé en étant hospitalisé avec une pneumocistose et 6 T4...

Si tu peux éviter la même chose...

et, moi qui refusais l'idée d'un traitement, préférant même peut être mourir,  je ne regrette rien, ni avant ni après.

Suis sous traitement depuis un an et demi, ma charge virale est indétectable depuis plus d'un an et ai retrouvé ma forme de jeune homme.

Les médicaments, je n'oublie pas de les prendre mais coup de bol, les effets secondaires, eux, m'oublient... c'est presque le rêve...

prépare toi dans ta tête : ça vaut le coup d'essayer...

c'est une tête de mule qui a changé d'avis qui te le dit...