vieillir...

Publié par maya le 22.01.2013
5 512 lectures

Comment cela a t il pu m'arriver à moi ?

On a un corps fier, dru on est invulnérable à la fatigue, on irradie une énergie communicative. On reçoit des coups mais on se redresse.On prend des risques, on bouillonne de désirs, de révoltes, d'élan vital.Les années défilent par dizaine sans qu'on les voit passer. Un jour on se découvre petite chose molle, fragile et fripée, l'oreille dure, le pas incertain, le souffle court, la mémoire à trous dialoguant avec son chat un dimanche de solitude...

Ca s'appelle vieillir et ça m'est pur scandale.Non pas parce que j'ai peur de la mort, je me fiche de la mort -la mienne-s'entend.. C'est la viellesse que je déteste, la mienne et celles des autres, la dégradation physique, le sentiment d'être devenue superflue, le regard que certains vous jettent comme à ces objets mis de coté pour un brocanteur : ça ne vaut plus grand chose mais on ne peut pas les jeter.

Tout cela est dans l'ordre inexorable des choses. La vie m'a appris que la résignation est en règle générale, l'attitude la plus stérile que l'on puisse adopter donc je combats!-...-

Plus ou moins vite vous tombez dans la catégorie des intouchables qu'aucune étreinte ne viendra plus réchauffer. Le grave d'ailleurs n'est pas de ne plus allumer le désir , c'est de ne plus en éprouver soi-m^me.

Tant qu'il y a désir, il y a jeunesse, étincelles de jeunesse.

extrait de "on ne peu pas être heureux tout le temps" de Françoise Giroud

Commentaires

Portrait de alsaco

je vieillis comme toi . le corps est fatigué  . les espoirs s 'estompent  mais la vie continue  . chaque matin est un miracle . Il fo rester  - touchable donc dispo -  provoquer les situations  et de pas sombrer dans une vie de souvenirs  . Le soleil se pointe a marseille  - je vais marcher dans les calanques avec mon groupe sport  - tout est possible  .  bonne journée je t 'embrasse .

Portrait de CAROLE

Tu restes belle et formidable, ne prends pas ce texte pour toi. Je t'aime et t'aimerai toujours, bon ce n'est pas une consolation en soi je sais, mais tu apportes toujours la lumiére avec toi, ta sagesse et ta beauté.

Oui nous sommes fatiguée, je me sens plus vieille que ma maman, mais ainsi va notre vie. Je ne te dis pas de te résigner mais de te regarder avec le regard que je porte sur toi. Je te serre fort dans mes bras MAMAYA. Caro

Portrait de pouetpouet29

C'est une phrase de Bette Davis et je l'ai mise sur un post-it accrochée près du miroir de la salle de bain...!!!!

Mes premières rides et mes premiers cheveux blancs... je les ai accueilli avec joie, n'étant pas sûr de les voir un jour!!!! Du coup, j'ai décidé de prendre plus soin de moi : petite crème le soir (quand j'y pense!) et mes cheveux blancs pour l'instant j'y tiens-je les garde!

Là ce sont les effets visibles, évidement y'a plus sournois!!!!! A commencer par la vue... on m'appelait oeil de lynx... mais là c'était avant!!!!! Aujourd'hui c'est plutôt : où sont mes loupes!!!! J'en ai plusieurs paires et elles passent le plus clair de leur temps à ce cacher!!!

Bref, faut garder l'humour et entretenir son corps.

Je connais de très belles femmes avec des rides et les cheveux poivre et sel avec toujours autant de charme!

Je t'embrasse sur la petite ride située près de la bouche celle que tous les fumeurs ont!!!!!Wink

Portrait de Ferdy

Extrait sublime Maya. Françoise Giroud, dont la vie ne fut pas qu'un long fleuve tranquille, après avoir bataillé pour la cause des droits des femmes, avoir créé L'Express avec son mari JJSS, perdu sa fille suicidée me semble-t-il, elle fut l'une des plus belles plumes du XXe s., une femme engagée, enragée parfois, belle par sa flamboyance, son énergie intellectuelle jamais rassasiée,

ce court extrait donne à réfléchir par ce dernier constat à propos du désir. c'est de cela qu'il est question, car la vieillesse, cette chose monstrueuse peut aussi être le prolongement de satisfactions inconnues dans la jeunesse insouciante, certes le corps dépérit et n'est plus qu'un objet encombrant, mais l'esprit, lui, demeure et poursuit son oeuvre confuse et pétillante, 

perso, j'aurai 53 dans quelques jours, et j'apprécie chaque jour qui accentue l'aspect du vieillard qui transparaît, j'adore les rides, les cheveux blancs ou carrément absents,

sans être particulièrement gérontophile, la surpuissance du jeunisme m'insupporte, j'aime tout ce qui a déjà servi, toute cette mémoire, même lorsqu'elle vient à manquer, comme ma mère aujourd'hui atteinte d'Alzheimer, jamais été aussi aimante ni aussi belle, à 80 ans, je la trouve merveilleuse, jusque dans ses absences, ses incohérences parfois amusantes,

comme de nombreux séronautes ici présents, j'ai découvert ma contamination (en 1988), soit en pleine hécatombe, l'avenir paraissait devoir s'achever au trimestre prochain, avec un vague espoir, et nous sommes encore là, je dirai pour le meilleur comme pour le pire, souvent le pire, j'en conviens,

mais cette petite chose molle et ratatinée, moi, mon physique devenu incertain, sur lequel les hommes ne se retournent plus dans la rue, a aussi toutes les raisons de se satisfaire de son état, 

la chose selon moi qui aurait été la plus dégradante aurait été d'avoir à regretter quelque chose, dans la vie, or je suis comblé par ce qu'elle m'a donné, sans en tirer une fierté quelconque, je trouve merveilleux, voire même parfois assez sublime, de voir le monde vieillir tranquillement avec moi, 

c'est ce rapport au temps qui me permet d'accomplir un parcours presque entier entre mes aspirations naïves de jeunesse et cette forme d'accomplissement actuel,

sans rien savoir, évidemment, de l'avenir,

je partage l'opinion et le constat de Françoise Giroud, car ce texte bien sûr elle n'aurait jamais pu le concevoir à l'âge de 20 ans,

c'est comme cela que j'apprécie les choses réelles, belles et outrageantes, mais nos corps se souviennent et notre tête, lorsqu'on en est doté, sait patiemment à quelles formes de hasard l'existence lui a permis d'accéder,

je deviendrai un militant (tardif) à la cause gérontophile, parce qu'elle vaut tout le bien que nous lui refusons.

ps : j'ai horreur des personnes qui se font tirer la peau (lifting), implanter de faux cheveux, tout cela participe d'un déni qui rend ridicule ce qui à la base est une forme d'accomplissement, grave et séduisante, au-delà de tout !

biz Maya et à toutes/tous.

Portrait de GILA

"Le grave d'ailleurs n'est pas de ne plus allumer le désir , c'est de ne plus en éprouver soi-même.

Tant qu'il y a désir, il y a jeunesse, étincelles de jeunesse."

Maya, ça va pas te remonter le moral, mais cette absence de désir, nous sommes nombreuses à le vivre.... et pas seulement les séros !!!

Les causes sont multiples (fatigue, lassitude, traumatisme, train-train...)

C'est vrai que quand on vit cela, on se prend un sacré coup de vieux, on se sent exclue.

Surtout dans notre société hyper sexuée, l'absence de désir est vécu comme quelque chose de honteux, pas normal.

C'est un sujet difficile à aborder car peu de gens reconnaissent ne plus avoir de désir.

Portrait de Ferdy

je ne sais pas si cette information pourra vous être utile,

ce soir (20:55) sur France5, un docu de Serge Moatti consacré au désir masculin,

(je ne sais pas très bien de quoi il s'agit), suivi d'un doc autour de la vieillesse,

la problématique autour du désir n'a décidément pas fini de nous interroger, même et surtout comme le suggère Gila, il a disparu...

biz

Portrait de pascal94370

Le texte est juste magnifique. Pour l'instant, je suis content, juste content, d'etre là. 

Portrait de romainparis

J'aimerai seulement vieillir.

biz

Portrait de maya

mais je comprends tellement bien ce qu'elle exprime qu'il ya une part de vécu là dedans  ;-)

la surdité est pour bcp dans mon état d'esprit, c'est un réel handicap pour une personne qui communiquait bcp, deuil à faire...

je vous conseille le livre en entier, c'etait une femme exceptionellement d'avant garde..

j'ai mes yeux pour lire et ça me réjouit car mon compagnon en est privé ( je suis ses yeux et lui mes oreilles totale complémentaritélol)

bizatous ET spéciale tendresse à caro .

ps j'ai raté le truc à voir sur le désir ct intéressant ?

Portrait de lilo42

maya wrote:

mais je comprends tellement bien ce qu'elle exprime qu'il ya une part de vécu là dedans  ;-)

la surdité est pour bcp dans mon état d'esprit, c'est un réel handicap pour une personne qui communiquait bcp, deuil à faire...

je vous conseille le livre en entier, c'etait une femme exceptionellement d'avant garde..

j'ai mes yeux pour lire et ça me réjouit car mon compagnon en est privé ( je suis ses yeux et lui mes oreilles totale complémentaritélol)

bizatous ET spéciale tendresse à caro .

ps j'ai raté le truc à voir sur le désir ct intéressant ?

je lis " histoire d'une femme libre"

et dieu que c'est bon ;)

Portrait de Philatendre

 

Bonjour Maya ! Avec 13 mois de décalage, je réagis à ce billet un peu ancien (comme moi ! ) de ton blog et je te remercie d'avoir évoqué cette question . "Mais vieillir, oh vieillir !" chantait Brel avec des accents désespérés.

Moi j'ai un truc pour avoir l'impression de rester jeune : ne pas compter en années mais en lustres = 13 lustres (ce sera mon lot en mars) c'est beaucoup mieux que 65 ans ! Et puis un lustre ça donne de la lumière, et plus il y en a, de la lumière – et donc de lustres -, mieux c'est, non ?

J'en profite pour dire que, débarquant maintenant sur ce forum, j'ai trouvé extraordinaire la qualité des échanges que j'ai lus, particulièrement ceux des années 2009-2011 : empathie, solidarité, humour, sincérité, c'est aussi émouvant que réjouissant et parfois tragique et j'ai été ébloui par toute cette richesse…

Mention spéciale à Zzorg pour son texte "Après la guerre" (mai 2010), aussi magnifique que le clip joint (et également pour l'incandescent "cher Journal" de mars 2010), et à Romain pour le désopilant "Avatar"  de ses 4 photos à départager (mai 2011), où il finissait en slip planqué derrière un arbre, puis en singe perché sur cet arbre. Merci à Meliah pour sa "troisième vie" (fév 2010) ; je pense, Meliah, que, malgré "la marâtre" et tout le reste, j'aurais préféré une mère comme toi, consciente de ses limites et les regrettant, à la mère du 7ème arrondissement que j'ai eue, très "comme il faut" : ce qu'il fallait, pour elle, c'était surtout pas aimer, mais nous "dresser" tous les 7 en meute comme des chiens de chasse, sans aucun remords puisqu'elle était une catho exemplaire qui avait "donné un fils à Dieu" (l'aîné, bien sûr, un prêtre sacrément violeur, notamment de moi, le 7ème, qui avait 12 ans quand il en avait 30)…

J'en profite aussi pour lancer un appel :j'aimerais entrer en contact avec Filigrane, dont j'ai apprécié les interventions sages et mesurées mais qui semble être devenu indétectable… alors merci à qui lui fera part de mon vœu.

Bon, revenons au sujet : la vieillesse vue par la grande Giroud à son crépuscule de Diva ; je ne vais pas, comme aime à le faire Filigrane, retourner 27 siècles en arrière pour citer Homère, mais seulement un siècle avant Giroud, pour citer notre cher vieux Hugo qui a écrit, à propos de la vieillesse, des mots qu'on peut trouver un peu ronflants mais qui me touchent :

" Les femmes regardaient Booz plus qu’un jeune homme,
Car le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand.

 Le vieillard qui revient vers la source première,
Entre aux jours éternels et sort des jours changeants ;
Et l’on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,

Mais dans l’œil du vieillard on voit de la lumière."

                                                            (Booz endormi) 

Je me trompe peut-être mais il me semble que, lors du referendum  organisé par Romain pour choisir entre ses 4 photos, tu étais la seule, Maya, à avoir voté pour la 4, comme je l'aurais fait moi-même : Romain y était moins "beau gosse" que sur les autres, mais quelle lumière dans ses yeux ! 

C'est là pour moi qu'est la beauté ; et comme le laisse entendre Hugo, je pense que plus a vécu l'âme – et plus elle a souffert - , plus intense est sa lumière. Vive les lustres, donc ! Et vivent les étoiles que vous êtes, Filigrane, Maya, Meliah, Romain, Zzorg, et tous les autres que je ne peux citer, étoiles qui brillez pour tous dans le ciel noir de ce monde de brutes où le mâle et le mal dominent.

"Après la guerre tout ira mieux" écrit Zzorg ; "Despues de la guerra seré una estrella (Après la guerre je serai une étoile) " dit le clip; c'est l'espérance qui nous fait vivre, à tout âge, et je vous remercie de rallumer ses feux en moi !

Portrait de CAROLE

gros bisous et merci à toi

Portrait de maya

Merci pour ton texte phil, nous nous sommes déja parlé en mp, et merci de rappeler à notre bon souvenir ces séronautes qui passent moins par ici mais à qui l'on pense toujours, qq news de mon ami Zzorg :il va bien avec douleurs pied et se retrouve bientôt en inaptitude mais le moral est ok  , Filigrane qui je l'espère va bien et Meliah ,(failli la voir en février) mais étais bien grippée aux  dernières nouvelles et repartais dans son auvergne , Romain -always there- and that's right :-) , pensée évidente à mon Kaaph qui lui ne reviendra plus nous remuer les neurones...

à tous ceux qui sont en vie !

Profitez... ca passe bien plus vite qu'on ne le croie.

oui après la guerre tout ira mieux...

Portrait de Philatendre

Merci beauoup, Carole et Maya, de vos réponses qui m'ont beaucoup touché !

Un peu triste, en revanche, de n'avoir eu aucun écho de Meliah ni des garçons. Peut-être ont-ils trouvé incongrue – voire déplacée – l'intrusion dans leur intimité d'un vieux schnock qui fait soudain resurgir un passé lointain…

C'est de Filigrane que le silence m'a le plus étonné ; je le comprends pourtant maintenant car, tel Ulysse sur son char (pour parler Homère comme Filigrane !), j'ai foncé sur lui comme un "chasseur"  (ainsi m'avait surnommé un ami) , comme ce "chien de chasse" que j'ai appris à être.

On reproduit souvent ce qu'on a soi-même subi et, après avoir été, à 12 ans,  la proie sexuelle de mon frère aîné âgé de 30 ans, il semblerait que je me comporte moi-même comme un prédateur en négligeant comme lui la différence d'âge.

Je néglige d'autant plus facilement cette différence que j'ai vécu pendant 8 ans un amour sans nuage avec un garçon de 21 ans plus jeune que moi; il est maintenant à New York et nous nous appelons tous les jours, et même 2 fois par jour quand il est comme ces jours-ci à Hawaï où le décalage horaire le permet.

Et vous savez jusqu'où a été ma folie (certains amis m'appellent Fifou) ? Avoir l'idée d'inviter Filigrane à partir à NYC avec moi 2 semaines ! Vous croyez pas qu'il faut m'enfermer ?

Bises affectueuses.