VIH et alcoolisme?

Publié par Lowie le 19.08.2019
302 lectures

Mon al(cool)isme a pris des tournures dramatiques depuis quelques mois ; désociabilisation, pertes de conscience, tentatives de suicides, pertes de mémoire sans oublier que mes acolites profitent de ces moment pour me voler et je passe d'autres désagrèments ainsi que l'intervention de la police munipale.

J'ai décidé depuis quelques jours de me reprendre en main et de m'abtenir de boire afin d'éviter la catastrophe.Lorsque je bois je ne suis plus conscient de la réalité et je pourrais mourrir. C'est mon état suicidaire qui refait surface.J'en ai été toujours conscient mais je sui persuadé que ce n'est pas la meilleure solution.La vie me déconcerte.

J'ai pris connaissance sur le net des traitement possibles( baclofène,selincro, alcover) à leur effets secondaires me font plutôt froid dans le dos.

Quelqu'un(e)(s) est-il sous ces traitements et qu'en penses-tu? Quels résultats?Je vois demain mon médecin traitant et j'espère un addictologue très bientôt dans un centre. Je me suis fais très peur plusieur fois mais l'appel de l'alcool comme anti-stress me permet de dormir enfin mais à quel prix.

Merci de vos témoignages.

Commentaires

Portrait de Lowie

Quand j'ai été contaminé par le VIH je n'était pas dépendant de l'alcool. J'ai rapidement informé mon entourage amicale de mon statut.

Je suis devenu dépendant progréssivement pour devenir problématique en 2008 quand "mon ami" ma largué.Pas dramatique encore. Je paliais ma solitude et quelques effets secondaires comme l'insomnie et les douleurs musculaires avec succés mais de courte durée.Restant sobre quelques jours tout revenait.La dépression est venue noircir mon existance puis mes pensées suicidaires.Un an sous antipresseurs a quelque peu amélioré mon état mais de  nombreuses périodes de chômages et me revoilà sous l'emprise de l'alcool et du cannabis.Quand j'ai quitté mon dernier poste en 2015 je suis tombé dans la précarité et depuis c'est la dégringolade.L'alcool et l'herbe chez moi sont détonnant.Je suis tombé à plusieurs reprises dans une sorte de coma éthylique me réveillant plusieurs heures aprés ne me rappelant de rien.Seul alors que nous étions un petit groupe.

J'ai été deux fois interpelé dans une soirée par la gendarmerie de mon village , je n'en ai aucun souvenir.J'ai fais un séjour en HP pour tentative de suicide jai zappé les 5 premiers jours.Je suis à nouveau tombé dans le coma vendredi de façon sérieuse avec une confusion verbale , des palpitations , des sueurs , des tremblements , des hallucinations. J'ai pu rentrer chez moi en voiture.Un risque insencé.

Dimanche j'en ai parlé à ma soeur et son mari de retour de leur escapade sur le Lot.J'étais encore dans un état second en manque d'alcool depuis samedi.Un sevrage dangereux , il peux avoir des conséquences facheuses voir mortelles.Je suis resté dormir au cas ou.

A l'heure où je vous écrits ça va les symptômes se sont atténués sauf que je ne peux pas dormir.J'ai pourtant fait 5 heures de jardinage chez des amis mais le sommeil tarde.Dormir la nuit reste un souci , le sommeil ou du moins l'endormissement ne survient qu'au lever du jour.Il est souvent mouvementé et de courte durée.

Comme ce matin à 8 heure j'ai RDV chez le médecin ce sera nuit blanche et peut-être avec vous.

Portrait de Lonewolf06

Je suis aussi alcoolique,je bois pour oublier ma maladie mais forcément il y a plus d'aspects négatifs que positifs(sans mauvais jeu de mot).

Ma solution pour essayer de m'en sortir: avant je carburais aux alcools forts comme whisky rhum ou vodka pour me rendre stone.Je suppose

que tu connais les réveils douloureux que cela engendre.

Puis au fil du temps je suis passé à des alcools plus "doux" comme le vin Cote du Rhone, Morgon,Bordeaux supérieurs... Je goutais plus que je ne buvais mais tout de meme trop régulièrement 2 bouteilles à la suite par jour. Lors d'un bilan chez mon infectiologue je me suis fais remonter les bretelles:mes analyses sanguines lui ont révélé le pot aux roses. Elle m'a réprimandé et ça a été le déclic car j'étais à ce moment-là dans le déni.

Pour moi impossible je ne pouvais pas etre alcoolique." Vous buvez combien de verres par jour Monsieur?" 2-3 verres lui rétorquai-je" "Vous mentez!!!" Elle avait raison: je lui mentais et je me mentais inconsciemment aussi à moi-meme. Le fameux déni.

Sorti de la consultation je décidais de réagir. Je fila à l'hypermarché pour "feter" mon arret de l'alcool;j'acheta une bonne bouteille ,un petit rouge ardéchois excellent que je dégustai sur la plage avec de la charcuterie. La dernière bouteille pensai-je.

Puis non ce ne fut pas l'arret mais une diminution car j'ai continué mais les paroles du docteur restaient gravées...Actuellement je transite du vin au cidre ou poiré brut donc max 6-7 degrés. Vivement que j'en sois au Champomy! Voilà pour moi. Bon courage à toi. Amitiés.

Portrait de Lowie

Le déni?

Je mentais à mes ami(e)s.Je me tiens toujours bien lors de repas, sans abus d'alcool.Jamais saoul.Je finissais à la maison seul de m'ennivrer.

Ta méthode me parais judicieuse.Je suis compulsif et un verre d'alcool chez moi déclange le verre suivant et ainsi de suite.je ne sais plus m'arrêter sauf de tomber dans le sommeil sans rêves.Je bois très vite etn'importe quels alcools voir en agrémentant les bières forte d'une razadede téquila, rhum,vodka, wiskey.

Après ma sortie d'HP j'ai pensé que je pourrais me modérer.J'ai recommencé.Ce vendredi passé j'ai dépassé la limite; quelques verres de ricard chez ma soeur, ses bières.Je soigne les animaux en sont absence et m'occupe du jardin.Un grain de folie m'a pris je suis passé voir un ami sdf et nous avons continué avec ses bières.Nouvelle envie, trouver un mec.Direction le lieu de drague mais arrivé sur place trou noir ,je me suis réveillé quelques heures après garé sur le parking.J'ai cmmencé à avoir les symptômes cités plus haut et je suis reparti à la maison.

La seule alternative pour moi serait l'abtinence.J'ai parlé à ma meilleure amie d'enfance qui m'a sauvé du suicide que je m'étais programmé; mourrir asphyxié dans ma voiture.Elle est arrivé avant que je mette la bouteille de gaz dans la voiture et parte au bord de la Garonne exécuter mon plan.J'étais dans un délire total et j'ai fini aux urgences de plus en plus délirant car les cachets commencer a faire leur effet et les pétards aussi.C'est elle aussi qui en 1997  lors de ma pneumosistose mal diagnostiquée m'avait amenée aux urgences en catastrophe.Renée est au courant de mon projet et je vais lui faire plaisir.

Portrait de hellow

 

J'ai fait des cures de dégout,des cures de sommeil, puis des cures spécialisées en alcoologies, j'ai rencontré la croix bleue, la croix d'or et les alcooliques anonymes .......il faut absolument te faire aider par des gens spécialisés en alcoologie

Courage Lowie

 

 

Portrait de jl06

Chat écorché  de la vie sur Séronet oui ,  ont nous comptes plus .....idem pour moi de l,acool mondain à la bibine ....curieusement j,ai toujours eu un réfléxe pour me sortir de la ,mon entourage doit y être pour beaucoup , et pourquoi pas moi aussi ....de traumas ados ,  (violée, battue ) je me suis inventé une vie la chance à voulue que je passe dans la réalité du bon côté !

MAIS ....dans les insommnie tout te reviens en peine figure ....et la tu bascule vite fait , recours aux médoc ...

et puis succéde des moments de plaisir wk Grand Travers .... etc ,le sexe joue un rôle important sur ,

battue par un pére ivrogne il te reste des traçes, avec le temps t,oublie rien n,en déplaise à Léo F

la chance à voulue d,avoir une fille avec qui j,ai une très grande complicité elle parfaitement aux courants de tout ,jamais un mot de travers ,

prend soin de toi Lowie , la vie vos le coup même à 70ans .................

Portrait de Lowie

J'ai vu mon médecin traitant ce matin qui ne m'a pas prescrit ces produits pour traiter l'alcoolisme mais des anxiolitiques, antidépresseur, somnifére et un neuroleptique pour stabiliser ma dépression puis il m'a trouver un centre ouvert sur Toulouse où je serais pris en charge par des addictologues et des psys afin d'envisager la détoxcication. J'ai Renée qui habite Toulouse qui m'hébergera pendant le séjour; c'est cool.

Portrait de Lowie

Les médocs me rendent amorphe mais il faut quelques jour pour s'habituer.Nous sommes ce soir entre ami(e)s pour un repas .Par courtoisie je reste en leur compagnie.L'envie ne me manque pas de prendre le somnifère et enfin dormir.

Portrait de Lowie

Mon médecin traitant m'a trouvé une place dans un centre toulousain pour vendredi.Je suis heureux.

Portrait de jodaddy

bonsoir Lowie je viens de lire ton témoignage , et il m'a parlé ......car j'ai bu plus de 15a !!ma solitude , le fait de ne pas m'attacher a quelqu'un , faisant du sexe sans arret n'importe comment du sans capote bien sur !!! a l'époque j'étais a Paris,  sorte de déprime que je trainais, sans pouvoir l'identifier

  et j'ai posé mon dernier verre en sept 2015 ! et depuis terminé , ça n'a pas été facile,  avant j'avais plusieurs fois essayé d'arrèter mais j'ai eu quelques rechutes , mais maintenant je me sens serein et pour rien au monde ne veux retomber........j'ai 70a ....tu peux t'en sortir , un bon addictologue , les assos j'avoue que ça m'a bien aidé ! ne pas rester seul face a ce problème !! et c'est bien que tu fasses cette cure ça m'a aidé aussi !

je peux te laisser mes coordonnées  si tu as envie d'en parler sans jugement tout simplement .......

amilcalement Joel

 

Portrait de Lowie

Aujurd'hui nous avons avec mon amie repéré le centre qui va meprendre en charge pour ma dépendance à l'alcool et aussi psychologiquement.La rechute j'en ai connu et c'est toujours plus terrible.

J'en ai parlé à mon entourage pour qu'ils ne fassent pas d'impair et je me dois d'être à la hauteur et tenir parole.Je pars battant.Pendant quelques semaines je serais abscent du site sauf s'il y a un espace web au centre .

bisous à Toi , Loick

Portrait de jodaddy

c'est un bon pas en avant pour aller vers un retablissement que de s'arrèter et de prendre soin de toi , de comprendre , de faire confiance en la vie .......

'c'est une démarche qui doit etre pleine d'humilité et tu sentira petit a petit un  sntiment de bonheur revenir en toi , longtemps pas ressenti..pas d'efusion excessive ,mais humblement le recevoir le laisser grandir .......tu sortira de ta galère suis sur! vas vers les assos !! et partage avec les autres , moi c'est grace a eux si je suis là aujourd'huit ! ça je ne l'oublie pas

bon séjour Loick bises

Portrait de Lowie

Déjà 3 semaines d'abstinence. Je retrouve des sensations corporelles que j'avais oubliées et une certaine sérénité.J' ai encore trois semaine de cure.Le czentre est super mieux que ma première tentative où toutes les pathologie étaient mélangées.J'apréhende la sortie mais j'ai encore du temps pour m'y  préparer .J'ai obtenu une sortie d'une nuit que je passe à Toutlose avec mes amies d'enfance .Aucune envie d'alcool.Je suis bien dans ma tête et dans mon corps.Les traitements y sont sûrement pour une grande partie.

 Les assos sont sûrement une des solutions préconisée pour éviter la rechute.J'y travaille.

Je n'ai pas de téléphone mais tu peux me laisser tes coordonnées en MP , je trouverai bien une solution pour connaître ton parcours et tu me seras d'un secours certain quand le moral aura tendance à baisser.Merci à toi par avance.

Bien à vous. Lohic

Portrait de Lowie

Deuxième permission. J'ai accepté ma pathologie alcoolique par un travail journalier sur ce passé catastrophique qui ne me menait que dans une impasse mortel à plus ou moins brève échéance.Que cherchais-tu Lohic si ce n'est la mort.L'alcool me faisait tourner en rond sans me donner la solution à mon mal être et ma mélancolie qui de jour en jour prenait plus d'espace.

Le travail avec le psy m'apporte des solutions concrètes.J'avais perdu toute estime de moi sans m'en rendre compte.Je n'avais plus aucun projet. Me faire à manger ou me lever était déjà un problème.Je ne vivais que pour boire. Le fait de mettre par écrit mes étatd'âme et mes projets me renforce dans ma volonté d'être abstinent.

Pour le moment je suis toujours en cure,un milieu sécurisant et bienveillant.Je vais devoir affronter l'extèrieur chose difficile mais faisable.J'ai confiance en moi et passe dans ma tête toutes les situations où je risquerait d'être en difficulté pour y trouver la parade afin d'éviter la rechute qui est toujours possible. Je dois m'y préparer.

Ces sorties sont des galots d'essai pour moi pour tester ma volonté et ma détermination.J'ai pas mal de changement à éffectuer dans mon mode de vie mais celà reste à ma porté.Le recours à une association me fera du bien j'en suis persuadé.

Bonne journée à vous et merci de vos commentaires et soutien.Lohic

Portrait de jodaddy

très bien Loic k.....ce que tu décris , ton etat , ton ressenti , j'ai vécu tout ça et ça me parle 5/5 , tu apréhende la sortie tu as raison .......mais maintenant tu sais l'enfer ds le quel tu étais ........et l'espoir d'un mieux etre a venir , et il est là a porte demain , mais tu parais  déja appaisé ! oui c'est petit a petit avec patience et humilité que ton rétablissement va se faire , peut etre un suivi avec  psy pendant quelque temps et doucement tu te débarassera de toutes ces béquilles ,  la vie t'attend avec ses hauts ,ses bas ,ses parfums,ses soleils ses brouillards ,ses rencontres,  ses émotions ( à gérer! ) .......enfin tout ce qui anime un homme

amicalement , un frère de galère ......

maintenant en paix , et je sens que c'est acquis mais....

bonne fin de cure Joel

Portrait de Lowie

Après quelques semaines d'abstinence je retrouve enfin ma libido.L'exces d'alcool m'empêchait de jouir.Hyper malheureux pour moi qui ne vis que pour ça.Je me suis fait grave plaisir devant une vidéo de gay Ardennes.Je vais à nouveau m'éclater.

Bien à vous.Bises Lohic.

Portrait de hellow

Bonjour Lowie et bravo pour ce bout de chemin parcouru, mais je lis que tu te prépares à éviter la rechute.

Si rechute il y a, il ne faut pas la vivre comme un échec mais juste voir qu'elle fait partie de ton parcours à toi.

Les divers témoignages dans les groupes de paroles des associations devraient te permettre d'entrevoir certains mécanismes mis en place par ton cerveau.......car le cerveau aussi est une éponge.

Courage Lowie

Portrait de Lowie

Une possibilité.75% de rechute dans l'addiction à l'alcool.Je vais faire partie des 25% gagnants.La moindre goutte d'alccol et l'escalade recommence.Je me sent super bien alors pourquoi pas continuer.Je vais arrêter aussi le tabac . 500 euro par mois ne me permet plus ce luxe.

Si rechute j'ai l'opportunité de revenir au centre.

Bien à vous

Portrait de Alvalle

Mais attention, rien n est jamais gagne, c est comme lorsque tu arretes de fumer, tu es fumeur abstinent, l envie est toujours la, la volonte est de rigueur.

Bravo d avoir entrepris cette therapie.

Bises