A Voir absolument: Dallas Buyers Club en Streaming maintenant

Publié par Paradixman le 01.02.2014
3 069 lectures

Je vous en parlais dans mon ancien blog, sorti au cinéma le 29 Janvier dernier et projeté dans seulement 152 salles visiblement d'après les critiques de la presse et des spectateurs il obtient un véritable succès.(Allociné)


L'histoire des "Buyers Club": entre succès, espoirs et colères

Dans les années 1980-1990, des dizaines de milliers de personnes séropositives et atteintes du SIDA se tournèrent vers les seules alternatives qui trouvaient grâce à leurs yeux pour prolonger leurs vies : les "Buyers Club", en guerre ouverte contre les autorités sanitaires américaines. Voici l'histoire de ces lieux pas comme les autres.


En 1986, les médecins diagnostiquèrent à Ron Woodroof le virus du SIDA, officiellement découvert en 1983. Deuxième coup de massue : on ne lui donne au mieux que 2 ans à vivre, tant son cas semble désespéré."Maintenant, personne n'est à l'abri du SIDA" titrait déjà en juillet 1985 le célèbre magazine Life. Pourtant, en dépit de tous les pronostics, Woodroof ne s'éteindra qu'en 1992, suite à des complications liées au virus du SIDA.

 

"Je ne cherche pas à survivre, je veux vivre" dit-il dans son malheur. Il est confronté au manque d'informations pourtant essentielles, à l'absence de traitement efficace, aux coûts prohibitifs des rares médicaments qui fassent effet. A la violence des préjugés aussi. Electricien texan dragueur et macho, il faisait partie auparavant de ces millions de gens qui pensaient que le SIDA, "c'est juste qu'une maladie de gay". Son histoire rejoint ainsi celles de dizaines de milliers d'autres personnes atteintes du virus.

 

Le SIDA, source de confusions, de préjugés et de peurs...

 

Michael O'Neil, qui joue le rôle de Richard Barkley dans le film, un agent de la toute puissante FDA [Food & Drug Administration] était acteur à New York au début des années 1980. Il se souvient de la confusion et des peurs decette époque où l'on ne comprenait pas comment le virus se contractait, et où toutes sortes d'idées fausses étaient banalisées et répandues. "Un soir, j'étais dans le métro, et j'ai vu un jeune type tout droit sorti du Midwest" raconte-t-il; "il essayait de cacher ses plaies sous du maquillage. Je me suis dit qu'il était venu ici, à New York, pour pouvoir être qui il était, et qu'il n'en repartirait pas vivant".

Le mélange d'intolérance et de préjugés contre la communauté LGBT (lesbien, gay, bisexuel et transsexuel) serait l'une des raisons pour lesquelles la réaction du gouvernement américain fut si lente par rapport au virus de l'immunodéficience humaine (le V.I.H), lenteur entraînant le versements de fonds insuffisants à la recherche contre le SIDA. Le lien entre le SIDA et homosexualité déclencha une violente vague d'homophobie aux Etats-Unis, tandis que des patients mourraient en masse dans les tranchées de cette guerre inavouée.


Préjugés encore, jusque dans les hôpitaux. Parfois, on refusait aux malades atteints du SIDA l'accès aux soins; il est arrivé aussi que le personnel médical refuse d'entrer dans la même pièce que le malade par crainte d'une contagion. Certains malades perdirent leur travail, sans compter la famille ou les amis qui se détournèrent d'eux...


Contre vents et marées, la communauté LGBT a fait preuve d'exemplarité, combattant le virus avec ses activistes, avec ses propres recherches, et surtout avec compassion. Entré dans la bataille par un autre chemin, Ron Woodroof a rallié leur cause à sa façon : il fonde en 1987 le Dallas Buyers Club. "Lorsque Ron compris qu'il allait mourir d'un virus qui était le symbole de tout le contraire de sa vie, de ce en quoi il croyait, il décida de s'instruire" dit Robbie Brenner, productrice de Dallas Buyers Club qu'elle a porté à bout de bras pendant des années.

D'après une histoire vraie (1 prix et 14 nominations.)

Revoir la bande annonce

Regarder le film en streaming (117min) Français

*** La loi ne nous autorise pas à héberger des liens de film en streaming ***


Vous pouvez me contacter en MP si vous rencontrez un soucis.


Bon film et bon Week-end

Commentaires

Portrait de lounaa2

Bonsoir  mon chouchou , 

je vais de suite le regarder ...

MERCI mon chéri de mon coeur ...

C'est cool car il sort à peine en salle tu est un amour ...

passe une bonne soirée ,

une pluie de bisous étoilée ...

soled qui t'adore ...Kiss

Portrait de Paradixman

J'attends de savoir ce que tu en à penssé!

BisesKiss

Portrait de lounaa2

D'abord j'ai chialé comme une imbécile , certains passage me Parle Trop ...

Le rejet , la connerie de certains , la discrimination !!!

Puis j'ai re vécue l'azt ,

ces effets sur mon propre frère, et mes amis (es)   dans les années 90 dur ...

Je ne peux m'Autoriser de te dire  ce que je pense de tout cela ici ,

je sais que Tu le Sais ...

J'ai adoré ce mec hétéro qui finalement craque de tendresse pour ce gay que j'ai beaucoup kiffé ..

j'ai adoré quand il rencontre la nana séropo lol ...

j'ai moins aimer les sales combines des pot en fer !!!

quelle force ce mec !!!!

Je lui dit ici tout bas

Monsieur le cow boy je vous tire mon chapeau !

Je vous Aime de toute mon âme Mr Ronn Woodroof !!!

J'aurai aimer vous connaitre, vous rencontrer ...

et sans aucun doute me battre à vos cotés ...

Oui j'aurai aimer sa ...

Tant que il y aura des types comme lui  ( un lion ) ...

Merci ... merci , merci ...

Je t'aime parad mon petit coeur de séropo, je pense à Toi ...Kiss

Et j'aimerai savoir ce que tu en pense toi aussi :)

kiss/ tenderly

Portrait de ce0413

J'irais le voir au ciné.le téléchargement 7 pas mon truc( en plume).Le film apporte-t-il un nouveau regard sur le VIH et le SIDA?

Je me pose la question.La contamination par le VIH passe aux tribunaux, je craints le pire.Nouveau blog ou forum sur le site qui reste muet.

Je suis fatigué de poster après Moi histoire de relancer le dial.Je provoque, leur soupe est trop insipide.

Je me retrouve à la rue, le bar gay du coin a fermé.

Zoubis à Vous de Nous

Portrait de lounaa2

J'aimerai savoir ce que tu en as penser toi aussi ...

Petit miracle lol :)))))Kiss

Lohic tu en parleras quand tu l'auras vu ,

c'est beaucoup mieux

salut à toi et légion :))

Portrait de ce0413

Donnez moi envie de le voir par vos comment.

Nous

Portrait de Paradixman

Ce film reste tout de même un classic mais qui célèbre une énergie plus forte que tout, et aussi fascinante.

Longtemps discriminés, les malades du soit disant  « cancer gay » ont aussi servi de cobayes à l’industrie pharmaceutique. A l'heure d'aujourd'hui on nous cache rien on connait pratiquement tous l'histoire de l'AZT.

Le film vaut surtout pour la performance de Matthew McConaughey déjà récompensée par un Golden Globe.

Tragiquement instructive, tonique et déchirante, zébrée d'humour désespéré, pour moi ça été un vrai régal à le regarder.

Bises à vous.Kiss





Portrait de lounaa2

Un bel hommage rendu à tout ceux qui sont mort , de la maladie et aussi de l'azt ...

les joues creuses , les corps décharner , c'était sa la réalité des séropos à l'époque , des kaposis à la pelle et j'en passe ...

J'ai vue les autres tous et toutes crever  tout autour de moi ,

je me demandais souvent  pourquoi moi , je ne tomber pas malade comme eux,

j'ai eu de la chaance , mais j'ai pas oublier ce que j'ai vue ...

Ce n'est pas que l'on cache ou pas parad , c'est la réalité ...