vos questions sur ma présence, ma réponse ! ! ! billet en plusieurs parties 4)

Publié par moyga le 03.09.2008
706 lectures
Quand je lui ai montré les lys, il n’a pas cette phrase qu’il disait d’habitude, il m’a dit : je souffre trop Sébastien, je n’en peux plus d’être dans cet état, je veux partir. Quand il m’a dit ça je lui ai dit que je comprenais cette souffrance mais que je ne pouvais pas y remédier, je n’avais pas assez de pouvoir pour le faire. Sur le moment, je m’étais décidé à vouloir écrire une lettre au président de la république pour lui demander un droit d’euthanasie pour mettre fin à sa souffrance. Il a refusé en disant : « ne fais pas ça, les politiciens ne connaissent pas la souffrance comme nous on peut la connaître, ils vont faire comme avec les autres malades qui ont demandé le droit d’euthanasie, et tu sais très bien que la presse te détruira et que la réponse à la lettre sera non. Tout ceci ne fera que relancer le débat sur les fins de souffrance mais ne fera rien avancer.

Après nous avons décidé de changer de conversation pour ne pas parler de la souffrance qu’il emmagasiné chaque jour, il en avait déjà assez, lui remettre le couteau dans la poitrine pour lui rappeler cet enfer ne servait à rien, il le voyait par lui-même.

Après il m’a demandé de lui lire un livre dont le titre est : Noces Indiennes de Sharon Maas. Nous avions ce point en commun qu’est l’inde et ses coutumes, traditions, train de vie et la religion bouddhiste. Je lui en fait la lecture, tourne les pages…mais quand j’arrive page 19, chapitre 2, je lève la tête et fuis les lettres de roman pour regarder s’il allait bien. Ses yeux étaient fermés. Je me lève pour écouter sa respiration….pas un souffle. J’appelle alors les infirmières qui viennent le voir. Celle qui entra dans la chambre était brune, un visage où la tristesse était portées par les traits. C’était sa nature, elle avait tout le temps cet air là. Peut être avait-elle la tristesse pour meilleure amie dans sa vie ? Peut être que son travail n’était pas le plus joyeux de tous même s’il consiste à prendre soin des personnes malades.