Un compagnon de longue date

Mots clés  : dicibilitéDisance

Bonjour à tous,

J’ai une question, comment savoir si on peut faire confiance à quelqu’un pour dévoiler son statut ? Je suis perdu des fois car  j’ai peur de me faire trahir surtout par un ami. Je viens de déménager dans un nouveau pays et je ne sais pas vraiment si je dois en parler. J’ai eu quelques expériences un peu négatives et du coup j’ai peur de plus pouvoir faire confiance mais je ne veux pas non plus toujours me cacher car c’est lourd et des fois on a besoin de soutien. Beaucoup de gens n’ont pas d’éducation vraiment et ne savent pas que si on est traitée et indétectable, on ne peut pas contaminer.

Commentaires

Portrait de Tony54100

Regle primordial = ne pas parler de ça à ses amis au risque de devenir l ami «seropositif»

Portrait de Superpoussin

Bonjour Chloé. Il est je pense normal pour nous de s'interroger sur la question de confier ou pas sa séropositivité à telle personne et si oui comment s'y prendre.

Je ne serais pas aussi catégorique que Tony: je ne crois pas qu'on soit condamné à devenir l'ami séropositif mais je prends peut-être ici mes désirs pour des réalités...

Tout dépendra sans doute de la vision qu'aura l'autre de la séropositivité et de sa rareté , ou pas, dans son entourage.

 Mais est-ce forcément un drame d'être vu en premier comme séropo? Parfois cela peut entrainer des réactions désagréables mais pas toujours heureusement.

 

Mais je m'égare sans doute, tu sembles avant tout redouter des conséquences bien plus dures que le fait d'être surtout vue comme séropo par des gens qui resteraient des amis.

J'ignore dans quel pays tu te trouves, or cela est un élément important, ne serait-ce que du fait que certains états pratiquant une sérophobie officielle on peut y redouter de graves conséquences si jamais notre séropositivité y était dévoilée à de mauvaises personnes.

En dehors de ces pays où le secret s'impose je ne saurais quoi te conseiller.

Ormi ces pays risqués pour nous le plus gros risque n'est-il pas de tomber sur quelqu'un qui en parlera dans notre dos d'une façon non bienveillante? Ces pipelettes nocives ne sont-elles pas détectables au bout d'un moment?

Ces dernières années j'ai eu à de nombreuses reprises à souffrir de sérophobie alors que je croyais la chose en régression. La population générale a été tellement matraquée de messages de peur pendant si longtemps qu'à part dans le milieu gay surinformé on a peu de chance de tomber par hasard sur une personne non phobique, mais peut-être en est-il autrement dans ton pays actuel?

Heureusement la sérophobie n'implique pas la haine du séropo, sa principale conséquence négative étant le plus souvent une impossibilité à envisager une relation sexuelle avec un(e) d'entre nous. On peut être sérophobe et rechercher l'amitié d'un(e) séropo.

 

Mais tu  évoques le fait que nous ne sommes pas contaminants si indétectables: est-ce de simple amitié dont nous parlons ici?

Portrait de Thierry

Principres de precautions tels que je procederai ....Rapports sexuels protégés( mst- et ist ne connaissant pas les frontieres) ,bien s'informer des possibilités de soins  sur le "SMIT" local,  se rapprocher des assos locales  pour s'informer de l'etat d'esprit des populations et l'acceptation des sero(quitte a participer en tant que benevole), ne pas evoquer  directement le vih ,sachant que d'autres alternatives  en cas de maux  classiques (diarrhee,fatigues, malaises ) existent et glisser sur des excuses liés a une autre pathologie (je sais c'est bizarre a ecrire mais un probleme " basique " attention je vais ecrire ..........cancer ,probleme respiratoires voir cardiaques, provoque moins d'apprioris,Ceci n'est que mon interpretation mais en bientot 2020 le vih ,reste discriminant ...).En cas de rencontre amoureuse ,aucune technique n'a fait ses preuves,pour que celà se passe bien , d'ou l'interet de savoir  quelle  est le ressenti general du pays ou tu es ,face au vih  Discretion  et prudence par  precaution ne peut faire de tort ....Bonne Installation dans ta nouvelle vie ....Amicalement Thry

Portrait de jl06

A partir du moment ou tu lâche le morceau tout les coups seront permis .....les amis  heu ....une mains te suffira pour les compter et encore ...mais bon ,perso mise à par   les trés proches ....

Le pays / à par 2/3 en EU , je vois pas bien leur tolérance aux autres ,mais plutôt leur intolérances ...aucune illusion 

deja en France dur dur ....et faut faire la différence entre habité sur Paris et la Province ...

pour te persuadé regarde des interwiew d,éléves sur le sujets ....au secour , !l,éducation nationale  et à la ramasse compléte , nous resterons encore pour bien des temps une maladie honteuse , stigmatisente ,

juste un petit conseil , évite les embrouilles sur le sujet aprés tu es libre de faire ton choix 

les maux s,ajoutent aux maux après faut les gérer ......

bonne journée 

 

Portrait de yannick.14

Bonjour à tous,

Je pense que le sujet n'a pas de réponse précise. En fait je pense que cela dépend vraiment de l'état d'esprit ou l on est mais aussi de ses amis. Perso l'annonce de "ce truc" en moi est tres recente mais j'ai senti le besoin de le dire à mes amis proches. J'ai la chance d 'avoir des amis en or qui non seulement n en fou pas tout un drame et surtout n ont absolument rien changé dans leur comportement avec moi.

amicalement yannick

 

 

Portrait de khallouli

Bonsoir 

Personnellement je pense que divulgué un tel secret est lourd de la même façon que de le garder au fond de moi. J’ai passé une année terrible en disant que j'ai eu le cancer car j'ai eu des effets tous les jours comme diarrhée et de la fatigue, le vertige ... etc. mais enfin dès que j'ai compris que mon état psychologique compte beaucoup dans le process de stabilisation de mon corps donc j’ai décidé de partager mon secret avec un seul ami (après avoir été sûr qu’il n’y aura pas de refus ou de rejet et ça cela des discussions avant sur le hiv sans lui faire soupçonner que c’était moi le sujet en question).

Je ne vous cache pas y a un certain soulagement que j’ai senti après que je lui ai raconté l’histoire de ma contamination. C’est le seul d’ailleurs que j’ai pu confier ce secret et je ne pense pas qu’il y aura qq’un d’autre après lui car j’ai pris en main ma vie et je suis heureux que j’ai pu trouver de la paix en moi.

C’est très important de se confier à nous-même et que c’est ç nous de prendre soin de nous-même. J’habite dans un pays musulman donc déjà tous les sentiments de rejet et de dénis et de peur seront doublé. Mais si je suis aujourd’hui fort car je fais confiance en moi et à la citation suivante : « ce qui ne tue pas rend plus fort mais nous rend moins gentils ».

Je ne prends même pas une minute pour penser aux autres, c’est moi que j’ai dû souffrir pour toute une année alors j’ai décidé de prendre mes médicaments régulièrement et de devenir indétectable, de vivre longtemps et en bonne santé. J’ai déjà un Best-Friend à qui je peux parler de tout de rien (y compris le HIV) alors la vie continuera comme avant (sauf la prise de la pilule chaque nuit).

Finalement, dans notre culture on a un proverbe qui dit :

« Ne dis pas, Seigneur, j'ai un grand problème, mais dis : Problèmes, j’ai un grand Seigneur »

Bonne courage à toi.

Portrait de Lowie

Pour se faire en parler est la solution.24 ans de S+ j'ai appris qu'il faut être bien informé sur le sujet pour faire tombé les à-priori.Ce n'est pas facile car derrière la sérophobie se cache aussi l'homophobie et bien d'autre phobies.

ëtre clair me semble la solution même si parfois elle entraine des malentendus.

Portrait de basique

perso je le cache.. et si cela est parfois lourd a porter, je préfère encore et de loin cette solution que d’être comme dit plus haut « l‘ami  Seropo » ou pis encore le seropo .. ex ami..

tourne bien 7 fois la langue avant de dire, car une fois dite cette verite la colle a la peau a vie

Portrait de Lsey

Oui clairement. A partir du moment ou te protège dans les rapports et que du fait de ton traitement tu es non-contaminant. Tu peux largement prendre ton temps pour réflechir. En parler ou pas.  > Perso j'en parle très peu, juste aux professionnels de santé. Pour les échanges de parole et de conseils c'est uniquement avec d'autres malades.

Portrait de Lowie

Je sais que la sérophobie existe.Sommes nous pas les premiers a nous discriminer en présumant des réactions possibles de nos interlocuteurs?

La séropositivité est une pathologie pas une " maladie honteuse ".Penser celà est un frein à l'information et à la disparition de la sérophobie à mon avis.Maîtriser le sujet sur sa pathologie permet d'aborder ce supposé tabou sereinement avec quiconque.J' en fait l'expérience tout les jours avec mon entourage.La prise de ma tri parfois questionne.A la question je réponds sans détour pour éviter les malentendu ou les phantasmes.

Beaucoups de personnes sont restés sur une image négative de la séropositivité.Dans les médias cette image persiste à nous de faire évoluer les mentalités.

Je ne dis pas que c'est facile mais possible.Nous pouvons tous le faire à notre rythme en commençant par les personnes les plus à même de recevoir ce message.

Il y a toujours des cas exeptionnels mais sont-ils la majorité?Je ne le pense pas il beaucoup plus de personnes réceptives qu'on ne le pense.