Un compagnon de longue date

Mots clés  : rémission

Le patient diagnostiqué VIH en 2012 a reçu plusieurs médicaments ARV puissants, notamment du maraviroc (nom commercial Celsentri) et du dolutégravir (Tivicay).

Après plus de 57 semaines sans traitement, le patient reste négatif au test de détection d'anticorps anti-VIH. Ricardo Diaz, expert en maladies infectieuses à l'université de Sao Paulo, estime que le patient peut être considéré comme indemne de la maladie.

https://www.google.ca/amp/s/www.nbcnews.com/news/amp/ncna1233062

Qu'en pensez vous ? 

 

Commentaires

Portrait de avenger

bonjour,

Il serais intéressant de connaitre l'histoire ,l'historique de ce patient ,car au vu des anti retroviraux qu'il a reçu ce ne sont que que simple arv connu de nous tous et que beaucoup prennent.depuis plusieurs années et sansdoute plus de 57 semaines.

Le liens est en anglais ,moi y a parler que le français ,il faudrais une traduction.

av

Portrait de Alpha31000

Est ce une info ou une intox?

Est il reellement possible d en guerir? 

Perso meme si je suis depuis peu de temps seropositif par rapport a certaines personne sur le forum. Je suis malgre tout a bout de ce mal 

Portrait de avenger

une intox peu etre  !!! je voudrais, nous voudrions les études prennant dans sa chronologie historique ,une  étude en français et sourceée et  cela viens de quelle laboratoire?.

J'insiste, nous insistons, autrement  ce poste sur ce sujet pourra ,pourrais etre pris comme un fake.

nous attendons les études conçernant ce patient.j'insiste donne nous les preuves,car actuellement comme le dis  apha  13000                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         il est impossible d'en guerir !!!

sans les dites preuves d'études et de quel laboratoire   nous serons en droit de pensée  comme je l'ai dis qu'il sagit d'un fake,je dememandrais la dépublication du poste d'origine,nous n'avons pas besoins de ce genre d'affirmations bancales.

av.

Portrait de Tortue

 

serions nous , parmi certains d'entres nous , et selon les molécules prises , dans la meme situation sans le savoir ??

J ' ai déja vu ce genre d' annonces , et aussi d 'autres ( situations différentes ) ici .

Mais jamais rien de concret dans le temps .

Portrait de pascal13100

Oui le traitemement a été normal. Mais il a ajouté de la vitamine B3 de la niacin. je suis habitué a ce suplement. Quand vous le prenez la reaction est un flush assé douloureu au debut et peu a peu nous nous habituons. je comprends que cette substance peu activer le virus que dort. A suivre cette histoire.

Portrait de avenger

donne nous des preuves a ce sujet en particulier de la vitamine B3 de la niacin. qui aurais une action sur le virus  et les traitements

donc je me répéte donne nous les études en français sur tous ces sujets

,et non pas t'es affirmations sans preuvres;

av.

Portrait de pascal13100

Ecoute moi je transmet juste les informations. Ce n'est pas du tout une intox mais plutot une piste. Dire que nous ne guerrisson pas du VIH est completement absurde nous avons la preuve avec deja 2 patients qui on fait un transplant de moel osseuse. La ça pourrait etre la premiere fois qu un patient du VIH guerisse avec des medicaments. Comme quoi tout est possible. Ecoute je penses que si tu veux avoir plus d'info cherche sur google les articles et traduit les. en France la nouvelles va mettre un jour ou deux pour apparaitre.

Portrait de fil

Un Brésilien de 35 ans qui a participé à un essai au cours duquel il a reçu un régime antirétroviral intensifié plus de la vitamine B₃ supplémentaire pendant 48 semaines a rejoint la liste restreinte des patients qui ont connu une période de rémission du VIH en l'absence de traitement efficace .

Avec le bébé du Mississippi , un homme de San Francisco, un homme thaïlandais de 24 ans, un enfant sud-africain de 9 ans et les patients de Londres et de Berlin , l'homme brésilien a une charge virale indétectable et, plus d'un un an après l'arrêt du traitement, son test de détection des anticorps anti-VIH est négatif.

Mais comme pour les patients de Berlin et de Londres, il semble peu probable que - même si l'homme reste séropositif à l'avenir - les circonstances de sa rémission soient largement applicables à d'autres personnes vivant avec le VIH, a déclaré Carl Dieffenbach, PhD, directeur du Division du SIDA à l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, National Institutes of Health.

"Je ne pense pas que ce soit reproductible", a déclaré Dieffenbach à Medscape Medical News . Les chercheurs devraient toujours essayer de confirmer les résultats, mais ils en apprendront probablement plus en étudiant les caractéristiques génétiques et le système immunitaire uniques de l'homme "que de sortir et de traiter 200 autres personnes avec le même protocole".

 "Stratégie Shock-and-Kill"

L'homme était sous traitement depuis son diagnostic de VIH en 2012 et était l'une des 30 personnes à s'inscrire à une étude brésilienne - l'étude multi-interventionnelle explorant la réplication résiduelle du VIH-1: une étape vers l'éradication du VIH et la stérilisation - en 2016. à ce moment-là, son régime consistait en une combinaison d' éfavirenz , de lamivudine et de fumarate de ténofovir disoproxil ( Symfi , Mylan Pharmaceuticals) et sa charge virale était indétectable.

Il était l'une des cinq personnes de l'étude à être randomisées pour recevoir l'inhibiteur de l'intégrase dolutégravir ( Tivicay , ViiV Healthcare), l'inhibiteur du récepteur CCR5 maraviroc ( Selzentry , ViiV Healthcare) et du nicotinamide 500 mg deux fois par jour, une forme de vitamine B₃ , en plus de son régime régulier pendant 48 semaines.

Le nicotinamide est utilisé depuis des décennies en raison de ses propriétés anti-infectieuses, en particulier dans la tuberculose . In vitro, il travaille également pour inverser la latence du VIH, a déclaré le chercheur de l'étude Ricardo Diaz, MD, de l'Université fédérale de São Paulo, qui a présenté les données lors d'une conférence de presse pour la Conférence internationale sur le sida (SIDA) 2020.

"Il s'agit d'une stratégie de choc-et-tuer", a déclaré Leila Giron, PhD, du Wistar Institute de Philadelphie, qui était l'un des enquêteurs de l'étude. "Nous avons fait des études in vitro pour nous assurer que le nicotinamide éliminait le VIH des cellules."

"La machinerie cellulaire a beaucoup changé", a-t-elle déclaré à Medscape Medical News . "Et parce que c'est une vitamine B, les cinq participants n'ont eu aucun effet secondaire."

Mais le patient était la seule personne de son groupe de traitement à avoir subi des "blips" de charge virale pendant le traitement - aux semaines 16 et 24. Et l'ADN viral était présent à de faibles niveaux dans ses taches sanguines périphériques et le tissu rectal au départ et à 48 semaines, et ses anticorps anti-VIH sont passés de 91,8 RLU au départ à 58,0 RLU à la semaine 48.

"Il a eu une baisse de l'activation cellulaire, une inflammation et une baisse très profonde des titres d'anticorps", a rapporté Diaz.

 

Après 48 semaines de traitement intensifié, le patient a repris son régime habituel pendant 3 ans. Puis, en mars 2019, il a accepté d'essayer une interruption du traitement analytique et a interrompu tout traitement contre le VIH.

https://www.medscape.com/viewarticle/933531

Portrait de avenger

effectivement un ou des patients ( 3 en tout dans le monde) , patients vih fur guerri du virus mais tu ne dis pas dans quels conditions,ce qui induit les nouveau s+ dans l'ereure voir la d"sinformarion,la personne etait attente d'une forme particuliere d'une leuçémie.bénéficia de traitements tres louds)

https://www.elle.fr/Societe/News/Un-premier-patient-gueri-du-sida-1447898

caar bien bien sur il est hors de questions de traiter en france  les s+ avec cette methone , aux vu des personnes non s+ qui attendent une greffe qui manque déja de donneur, et cela tu oublie de le mentionner,ou bien  tu ne le savais pas ou bien tu es de mauvaise fois!( d'autre infos sur cette histoire sont disponible sur le net,hormis mon lien).

pour le 2 eme hommeles similitudes sont nombreuses

https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-sante/un-deuxieme-pat...

pour le               soit disant 3 eme je ne sais pas encore mais vais chercher.

quand ont se lance dans ce genre de sujuet avant on s'arrange pour avoir un minimum de sources!!!!

C'est bien de s'interresser au sujet encore faut-il lefaire de façon correste!!!!et de ne pas envoyer certain s+ sur de mauvaises pistes et de faux espoirs cela est n'est pas tolérable

Continu tes rechere mais fais le bien ( avec des sourçes),ainsi que l'historique du patient(je sais c'est long) mais au moins cela est honnette.

Ton 1er poste est dangeureux car certain s+ vont peu etre croire qu'avec les dites molécules citer dans ton poste elles vont peu etre guerrire,ont pourrais aussi faire 'impositions des mains'

tu veus bosser surce sujet ok alors fais le correstement!!!

pour le 3 eme patient meme configuration

https://www.elle.fr/Societe/News/Un-premier-patient-gueri-du-sida-1447898

Alors nonpour le moment on ne guerris pas du vih/sida

dire celaest un mensonge si on ne rentre pas dans les details de ses 3 patients atipiques.

on meurt encore du vih/sida sans compter sur les éfféffet secondaires participants pourcertains , al'apparitions de cancert,ect...

procure nous les études sur ces cas et on pourraas en reparelerer  beaucoup plus serieusement.

j'ai 35 ans de vih avec traitement on ne me la ferra pas a l'envert.

av

 

Portrait de Sophie-seronet

Hello,

Voic un résumé des faits publié à l'instant sur Seronet :

Un cas inédit de rémission d'un patient séropositif
Des chercheurs-ses ont annoncé qu'un homme vivant avec le VIH, en rémission depuis plus d'un an, pourrait être la première personne adulte à être en rémission sans avoir eu besoin d'une greffe de moelle osseuse. Ces dernières années, deux hommes, baptisés respectivement patient de Berlin et patient de Londres, ont été « guéris » du virus après avoir subi une greffe de moelle osseuse à haut risque, pour traiter un cancer. Une équipe internationale de chercheurs-ses pense avoir identifié un troisième patient qui ne montre plus de signe d'infection après avoir suivi un traitement différent. L’homme en question un Brésilien de 34 ans a été diagnostiqué séropositif au VIH en 2012. Traité initialement avec des antirétroviraux classiques, dans le cadre de l'étude il a reçu deux médicaments antiviraux puissants en plus de son traitement anti-VIH habituel, du maraviroc (Celsentri) et du dolutégravir (Tivicay) ainsi que de la nicotinamide, dérivé de la vitamine B3 ou niacine, pour voir s'ils pouvaient l'aider à éliminer le virus. Après plus de 57 semaines sans traitement anti-VIH, l’homme est resté négatif au test de détection d'anticorps anti-VIH. Le docteur Ricardo Diaz, expert en maladies infectieuses à l'université de Sao Paulo, estime que le patient peut être considéré comme indemne de la maladie. « L'important pour moi est d'avoir un patient qui était sous traitement et qui contrôle désormais le virus sans traitement », explique-t-il à l'AFP. « Nous ne sommes pas en mesure de détecter le virus et il perd la réponse spécifique au virus, si vous n'avez pas d'anticorps, vous n'avez pas d'antigène », ajoute-t-il. Selon Ricardo Diaz, le mode de traitement utilisé par son équipe, qui nécessite des recherches supplémentaires, est une piste plus éthique pour les personnes gravement malades vivant avec le VIH que celle de la greffe de moelle osseuse. Pour Sharon Lewin, directrice du Doherty Institute for Infection and Immunity à Melbourne, les conclusions de Ricardo Diaz sont « très intéressantes », même si « ces données très provocantes doivent faire l'objet d'une analyse plus approfondie », commente-t-elle, prudente.
En effet, plusieurs points de vigilance sont à surveiller pour consolider cette découverte :
- quatre autres patients-es ont reçu le même régime, mais ne sont pas entrés-es en rémission ;
- les chercheurs-ses ne savent pas, à ce stade, quelle(s) molécule(s) spécifique(s), parmi celles utilisées, ont plus particulièrement agi sur la rémission.
- le patient est en charge virale indétectable sans traitement depuis 15 mois, mais il y a eu des cas dans le passé où le VIH est réapparu deux ans après l’arrêt des traitements.
Il faudra donc du temps (minimum deux ans en tout) pour tenter d’établir la preuve d’une  « guérison » effective, d’en savoir plus sur le mécanisme d’action et sa reproductibilité possible, mais cette piste demeure intéressante et encourageante notamment par sa simplicité et son accessibilité. Espérons que dans un an le « patient de Sao Paulo » sera toujours en rémission et deviendra la première personne vivant avec le VIH à avoir éliminé le virus avec un traitement « simple ». Ce serait un tournant historique dans la lutte contre le VIH.

Bonne soirée. Sophie

 

Portrait de Lowie

Merci sophie-seronet de préciser que certains cas dit "en rémission" ont été de nouveau diagnostiqué S+.Dans l'instant " T " cette personne semble avoir évacué le virus de son organisme . C'est le seul constat que nous pouvons faire tout le reste n'est que supputations de la part des médecins ,des scientifiques et de notre part. La science ne se base que sur des faits établis. Faits qui malheureusement avec le temps évoluent pas toujours en confirmant l'hypothése favorable que nous espèrions . Avancer que le VIH est guéri au regard de ce patient n'est qu'une hypothèse de travail.

La " fake-news " ,cher avenger ,  serait d'écrire que le VIH est guéri . Ce n'est pas ce que je lis dans les infos de ce blog. " Keep calm "( traduction : restons calme ).N'utilisons pas entre nous de " gros mots " en insinuant que tel ou telle véhicule des " fake ". Plutôt que de voir l'oubli d'informations dans un but non avouable ( mauvaise foi ) donne nous les précisions qui nous manquent afin d'avoir un regard le plus objectif possible. Etre objectif n'est pas le propre de l'homme . Je le sais , toi aussi. Je détiens , tu détiens la " vérité " ; juste une approximation.

Bien à vous. Lohic

Portrait de Élise17

Bonjour les amis,

dernièrement j'ai creusé ce sujet car j'avais entamé la rédaction d'un livre sur les pandémies avant le COVID et que celui-ci m'a donné l'occasion et le temps d'achever ce livre. J'y retrace toutes les pandémies depuis 1915 et ce fut passionnant pour moi de l'écrire tant cela m'a permis d'apprendre. Bien évidemment comme je suis HIV depuis trois décénnies, je ne pouvais faire l'impasse sur ma maladie et elle est la toile de fond de tout le récit car si l'on cherche bien, on peut voir à travers le temps les liens ou les corrélations entre les unes et les autres. De plus le SIDA est le virus qui "s'attaque" et modifie notre système immunitaire, il a donc un rôle central pour cette raison.

Concernant les patients ayant eu une greffe de moëlle osseuse, je n'ai pas poursuivi les recherches car si j'ai bien compris les explications de mes virologues, ils ont bénéficié de moëlle de donneurs ayant génétiquement la faculté de ne pas être réceptifs au HIV (de ne pas avoir sur leur CD4 le corécepeur CCR5 indispensable pour que le virus pénètre).

Ce sont des cas rares car ils doivent être évidemment HIV+ mais aussi avoir une leucèmie nécessitant une greffe de moëlle osseuse et être compatibles avec les très rares personnes dépourvues du corécepteurs CCR5. Je vous fais là un raccourci que j'espère être le plus juste possible sur ces pistes qui ne peuvent être exploitées pour le plus grand nombre.

Maintenant concernant les personnes aptes à contrôler le virus sans traitement, la piste est nettement plus adaptable non seulement à plus de patients HIV mais aussi pour d'autres pathologies. Les recherches n'en sont qu'à leur début et la découverte très récente mais je vous invite à regarder par vous même les résultats de l'inserm, dont voici un résumé:

Des "supers" lymphocytes T CD8 contribuent au contrôle naturel du VIH-2

SCIENCE 

27.09.2016

Chez les personnes infectées par le VIH-2, la maladie ne progresse que rarement, même sans traitement. Il apparaît qu’elles disposent de ressources remarquables en lymphocytes CD8, particulièrement efficaces pour éliminer les cellules hébergeant le virus.

Le contrôle du VIH repose sur une excellente préservation des ressources immunitaires, notamment celle en cellules CD8. En cas d’infection par le VIH-1 (environ 99% des infections par le VIH), ces ressources s’épuisent hélas  très rapidement. Mais ce n’est pas ce qu’on observe chez la grande majorité des personnes infectées par le VIH-2, dont 80% contrôlent naturellement l’infection sans recourir à un traitement (contre moins de 0,5% en cas d’infection par le VIH-1). Il est apparu que ces patients disposent d’un stock abondant et durable de lymphocytes T CD8, présentant en outre une très grande efficacité pour éliminer les cellules de l’organisme qui hébergent le virus.

C’est ce que viennent de découvrir les équipes de Victor Appay (Inserm/ANRS)* et d’Asier Saez-Cirion (Institut Pasteur/ANRS). Ces deux équipes travaillent de concert avec d’autres équipes financées par l’ANRS**, qui se concentrent principalement sur l’étude de différents mécanismes immunitaires et virale de ce contrôle naturel de la maladie : cellules NK, lymphocytes CD4, cellules dendritiques, réservoir viral... Pour cela, les chercheurs utilisent tous des échantillons provenant de patients infectés par le VIH-2, inclus dans la cohorte ANRS CO5 HIV-2 coordonnée par Sophie Matheron à l’hôpital Bichat (Paris).

Un stock de CD8 inépuisable

Les équipes de Victor Appay et Asier Saez-Cirion étudient quant à elles les lymphocytes CD8. Il s’agit de lymphocytes acteurs de la réponse immunitaire spécifique, qui reconnaissent spécifiquement l’agent infectieux et restent en mémoire dans l’organisme. L’analyse des lymphocytes CD8 spécifiques isolés du sang de patients infectés révèle que leur stock de cellules CD8 gag spécifiques, c’est-à-dire celles qui reconnaissent la protéine gag présentée à la surface des cellules infectées par le virus, est inépuisable !  De plus, leurs précurseurs sont présents en grand nombre dans la moelle osseuse et se renouvellent en permanence. Par ailleurs, lors d’expériences conduites in vitro en mettant en contact ces cellules avec des lymphocytes CD4 infectés par le virus, les chercheurs ont constaté leur grande efficacité à tuer ces cibles.

"Cette capacité à maintenir de telles ressources immunitaires est remarquable. Nous ne connaissons pas encore les mécanismes sous-jacents, mais il existe incontestablement un cercle vertueux permettant un bon contrôle du virus et pérennisant la production de lymphocytes CD8 efficaces. En cas d’infection par le VIH-1, c’est tout l’inverse ! Le cercle est vicieux : le virus est mal contrôlé et cela provoque l’épuisement des CD8 et de leurs ressources", expliquent Victor Appay et Asier Saez-Cirion.

Les travaux des autres équipes apporteront des données complémentaires. En attendant, les chercheurs tentent d’en savoir un peu plus sur les caractéristiques de ces  "super" lymphocytes T  CD8.  En particulier, ils étudient les récepteurs présents à leur surface et leurs affinités, ainsi que leur métabolisme. Sont  également étudiés les facteurs du VIH-2 qui pourraient induire ce cercle vertueux. Avec espérons-le, de nouvelles pistes thérapeutiques pour mieux contrôler le VIH-1.

*unité 1135 Inserm/UPMC, Centre d'immunologie et de maladies infectieuses, Groupe hospitalier Pitié Salpetrière, Paris
**dans le cadre de l’étude Immunovir 2 portée par Rémy Cheynier

Source : M Angin et coll. Preservation of Lymphopoietic Potential and Virus Suppressive Capacity by CD8+ T Cells in HIV-2–Infected Controllers. J Immunol, édition en ligne du 26 août 2016

Il n'est donc absolument pas inimaginable d'envisager que certains d'entre nous puissent être ce que l'on appelle depuis 2017 des "contrôleurs". Tous les virus que nous contractons un jour restent dans notre organisme. Notre ADN est composé à 99% de virus et de bactéries. Mais avoir un virus "dormant" (indétectable) dans son organisme ne signifie pas être un danger, ni qu'il en soit un pour son hôte.  Nous sommes faits pour cohabiter avec les virus et les bactéries, nous sommes eux et ils sont nous, parfois nous trouvons des ententes comme c'est le cas ci-dessus.

Ce qui est certain, c'est que nous sommes encore très loin d'avoir toutes les réponses.

Portrait de Lowie

Ton résumé est tout à fait clair. Nous lisons souvent trop rapidement les informations qui nous sont données sans prêter attention aux détails. Le VIH est rempli de subtilités ( VIH 1 et 2 ) que nous passons sous silence. Les cas de rémission dans cette pathologie sont à prendre avec toutes leurs spécificités d'autant plus que beaucoup d'entre nous ne sommes que S+ et pas médecins ni scientifiques.

Nous sommes fait pour " cohabiter " avec les virus et les bactéries , je partage tout à fait ta réflexion.Depuis l'apparition du microscope nous pouvons apréhender l'infiniment " petit " . Nous cohabitons avec des millions "d'intelligences" microscopiques dont la plupart ne sont pas pathogènes voir vitales. Je parle bien d'intelligence qu'une majeure partie d'humains ont du mal à reconnaître en temps que telle. Notre hégémonie actuelle sur le monde vivant n'admet pas le partage et encore moins la reconnaissance. Reconnaître ce droit inaliénable à toutes formes de vie voire l'inscrire dans la chartre des droits du vivant, dépassant juste la restriction à l'humain , nous permettrait un bon considérable de notre qualité de vie sur une planète dont nous ne sommes que des locataires parmi une multitude d'autres.Je fais partie de cette nouvelle minorité naissante qui reconnait  " l'intelligence verte " , " l'intelligence du monde micro " . Nous avons du mal à fédérer mais ne manquons pas de charisme . 

Ne voir le VIH que comme un ennemi impitoyable , il est tout de même , des humains meurent , nous limite à une seule stratégie : sa destruction définitive. Chose , au regard de touts nos progrés dans le domaine médical , est impossible. Nous contenons les virus pathogènes mais ne les avons jamais éradiqués , n'en déplaise. L'intelligence appel à l'instinct de survie que je suis à même de reconnaître et accepter.

Je dépasse parfois le sujet initial des blogs sans me sentir hors sujet. Toutes choses est pour ma part à envisager dans sa globalité et à passer ensuite au microscope.

Bien à vous. Lohic.