Les archives communautaires

Mots clés  : innovation thérapeutique

Bonjour,

Quels sont vos besoins, aujourd'hui, dans le domaine de l'innovation thérapeutique ? De quoi auriez-vous besoin pour mieux vous soigner ?

Beaucoup de médicaments sont à l'étude, mais correspondront-ils à vos attentes ? Quelles seraient les réelles plus-values en termes d'...

Commentaires

Portrait de passeigdegracia

Besoin d'accessibilité.
A quoi bon un médicament innovant si tous les malades n'ont pas accès à cause des prix exorbitants au point où on est obligé de faire le tri entre les malades comme par exemple avec les nouveaux traitements contre l'hépatite C. Si votre foie n'a pas atteint un certain degré de dégradation, les chances de vous voir prescrit le traitement diminue.

Portrait de warem37

il faudrai le médicament qui soigne !!sinon un comprimé par mois serait top !!!

Portrait de Parisien75

Pouvoir booster suffisemment le système immunitaire pour qu'il se débrouille seul face au VIH, sans trithérapie. Nous ne serions pas guéris mais autonomes.

Un de mes amis est dans un protocole d'injection mensuelle c'est très fastidieux je trouve. 

Portrait de jl06

je comprend pas en quoi une injection mensuelle et fastidieuse? 

Portrait de lapinpositif

La premiere des choses serait un traitement definitif mais quand on regarde les pipelines des firmes pharmaceutiques, ce n est pas pour tout de suite. 

En second lieu, j attends des traitements une réduction drastique des effets secondaires du long terme  :  diabète, hypertension, maladie renale et osseuse et j en passe pour rejoindre les memes statistiques qu'un seroneg. C est à mes yeux l enjeu majeur de ces traitements longue durée. Certes des progrès ont été fais mais j attends des chercheurs et fabricants des traitements "neutres" pour le reste du corps. 

Enfin, l evolution majeure serait la prise mensuelle (je suis d accord que c est une contrainte aussi) voire trimestrielle (le rêve ! ) 

Sophie, peux tu nous indiquer les traitements en cours de developpement qui vont sortir dans les 2 ans qui viennent ?  

Merci 

Portrait de Parisien75

Il existe actuellement un protocole qui évalue ces stratégies mais je ne suis pas sur que ce soit mensuel ? En tout cas le suivi médical est très strict, rdv obligatoires impossibles à décaler et prises de sang nombreuses. Peut être cela est il temporaire le temps d'être sur de l'efficacité ? De ce que je peux te dire, la personne que je connais n'est pas "ravie" au jour d'aujourd'hui 

Portrait de Sophie-seronet

Hello,

Merci à tous pour vos contributions.

Voici quelques innovations qui sont actuellement dans les tuyaux...

- Une nouvelle classe d'ARV, les inhibiteurs de capside dont la GS-CA1 a été testée in vitro et chez l’animal mais qui montre des résultats prometteurs.

- Les nanoparticules ou une autre manière d'administrer les traitements en allégeant les doses afin de diminuer leur toxicité.

- Le traitement ARV par injection mensuelle, bimensuelle, etc.

- Le vaccin préventif HVTN 702, testé actuellement en Afrique du Sud.

- La recherche qui s'atarde sur les réservoirs du VIH

- Le cure qui vise une guérison fonctionnelle à partir des résultats, entre autres, obtenus chez le patient de Berlin.

Pour les molécules en cours de développement, il y a :

le bictegravir, un nouvel anti-intégrase du laboratoire Gilead. Il a été évalué en phase II. Le bictegravir n’a montré à ce stade ni toxicité cardiaque, ni reinale. Il est administrable en une prise par jour. Il existe cependant une interaction avec les médicaments anti-acides pour l’estomac (comme l’oméprazole) qui doivent être pris à distance. Il est possible d’adapter le dosage pour faire un comprimé unique avec le bictegravir et le TAF/FTC (Descovy). Un essai randomisé a comparé le bictegravir associé à TAF/FTC avec la combinaison dolutégravir (Tivicay) + TAF/FTC chez des personnes n’ayant jamais pris de traitement anti-VIH. Il y a eu 65 personnes dans le groupe prenant la combinaison bictégravir + Descovy et 33 dans le groupe prenant la combinaison Tivicay + Descovy. A 24 semaines, il y a 97 % de succès virologique pour la combinaison avec bictégravir et  94 % pour celle avec le dolutégravir. A 48 semaines, on reste à 97 % pour le bictégravir contre 91 % pour le dolutégravir, mais la différence n’est pas statistiquement significative. Pas de différences en matière de tolérance, très bonne, concernant les deux molécules.
 
Le doravirine : un nouvel inhibiteur non nucléosidique. Cette molécule est donnée en une prise par jour. Elle est combinée avec TAF/FTC (Descovy) en un seul comprimé. Cette trithérapie a été testée chez des personnes n’ayant jamais pris de traitement contre des thérapies à base de darunavir boosté (Prezista) en comparateur. A 48 semaines, pas de différence de succès virologiques (84 % contre 82 %). La doravirine est non-inférieure au traitement par darunavir. Il n’y a pas de différences entre les groupes en termes de tolérance observée, mais il y a eu moins d’anomalies lipidiques sanguines (cholestérol) pour le groupe prenant la doravirine. Il y a eu également moins d’arrêts de traitement suite à des effets indésirables dans le groupe prenant la doravirine.

Et plusieurs stratégies d'allègement thérapeutiques sont à l'étude.

Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive, n'hésitez pas à compléter.

Bonne journée. Sophie

Portrait de unepersonne

à l'heure d'aujourd'hui ma cv vhc est indetectable or j'ai ressenti pendant 7 mois des effets secondaires terribles , je suis toujours autant fatigué qu'avant le ttt "harvoni"  

quant à l'avancée du  VIH , un vaccin nommé biosantech revolutionnaire dixit certains docteurs  etait prevu pour etre distribué aux patients en 2017, disparu, plus de news, ce ttt n'avait pas pour but l'eradication du virus mais remplacer les medocs à gober tous les jours 

l'arrivée de nouvelles mollecules/tritherapies serait une avancée significative pour ceux qui sont sous ttt depuis 30 ans à condition que ces dernieres soient moins nocives pour l'organisme à long terme , d'ici qu'elles voient le jour il en passera des années, il faut rester positif sinon c'est le plongeon dans la depression