Enfin l'été !

Publié par Ferdy le 04.07.2012
5 692 lectures
Notez l'article : 
0
 
Si vous saviez à quel point il est difficile de rédiger une chronique hebdomadaire, surtout chaque semaine. Capter le lectorat volatile, se renouveler, essayer de distraire et informer, sans jamais sombrer dans la vulgarité ou le racolage passif.
Avion_publicitaire.jpg

Mais ça y est, c'est fini, c'est les vacances, youpi. De toute façon, je me suis toujours demandé pourquoi je m'acharnais à faire des recherches dans des revues sérieuses.

Ici, le seul sujet qui marche encore c'est la capote, le pas de capote, un peu de capote mais pas trop, un jour sur deux, les années bissextiles seulement, enfin des choses comme ça. Pas la peine de s'abonner au Monde Diplo, si on veut faire du chiffre et faire rentrer de la pub.

Au début, on m'avait dit, tu verras, il y aura même peut-être des abonnés au fil du temps...

Nous avons bien reçu deux demandes d'adhésion. La première émanait d'un ventriloque de Poitiers qui demandait s'il pouvait aussi profiter de mon mas provençal durant la saison estivale. La deuxième, anonyme, exigeait une ristourne sur son abonnement offert et un cadeau de bienvenue.

Quel sujet saurait plaire aujourd'hui ?

J'avais pensé à la cuisine minceur, ou à l'avantage du surgelé par rapport à la boîte de conserve, puis j'étais retourné vers Spinoza ("Ni le corps ne peut déterminer l'âme à penser, ni l'âme le corps au mouvement ou à quelque autre manière d'être que ce soit"), et puis finalement, j'y ai renoncé. Je me suis rabattu vers ça.

Le douloureux problème de l'avalanche des prospectus publicitaires dans nos boîtes aux lettres.

C'est un véritable scandale écologique, tout ce papier, tous ces arbres abattus pour la promotion d'une barquette de côtelettes de porc qu'on n'achètera jamais. Parce que je ne fous jamais les pieds dans une grande surface, parce que je n'aime pas les côtelettes de porc industriel, et parce que je n'apprécie pas non plus le marketing orchestré autour de mon appétit délicat.

Si je souhaite une belle entrecôte, je me rends chez mon boucher de proximité, petit homme jovial et ventru qui me traite encore, malgré mon âge avancé, comme un gamin en raison de ma faible corpulence.

Et une tranche de jambon à l'os, s'il-vous-plaît. Et avec ça ? Ce sera tout. C'est ça être célibataire. Tout au compte-gouttes. Ce n'est pas comme ça qu'on se fait des amis parmi les petits commerçants méritants et honnêtes. C'est à peine si la caissière, sa blonde épouse maquillée comme pour une soirée de gala, consent encore à me sourire.

Je sais bien qu'il n'y a pas que les côtelettes de porc dans cette réclame alléchante, mais je n'y vois jamais que de la promotion pour des produits qu'il ne me viendrait jamais à l'idée d'acheter.

Ces lots de shampoing anti pelliculaire, vendus par six (dont un est offert, mais je suis chauve), ces 28 rouleaux de papier hygiénique à -15 %, tous ces produits de nettoyage hyper-puissants, entre un robot-mixer et un poulet fermier, élevé en plein air, des chipolatas, des merguez pour "vos barbecues de l'été entre amis", accompagnés de son vin rosé de pays à consommer avec modération, une tronçonneuse, une sorte de piscine en plastique bleu qui ressemble à une bassine géante, une tonnelle à moins de 22 euros, des tongs, un transat à rayures, tout un univers idyllique d'un bonheur estival qu'il est possible de régler en trois fois sans frais...

Déjà qu'exaspéré par les stridulations des cigales, j'aimerais déjeuner en paix sans être embrigadé d'office dans le lot des promotions estivales.

Aussi, n'en pouvant plus, j'ai décidé récemment d'apposer sur ma boîte aux lettres un simple sticker annonçant la couleur : STOP PUB. Je n'y croyais qu'à moitié. En plus, je ne voulais pas m'en prendre à ces pauvres distributeurs payés une misère. J'ai donc téléchargé la petite étiquette émanant du Ministère de l'Ecologie, je l'ai apposée sur ma boîte et depuis je suis tranquille. Inutile selon moi de succomber aux sites qui vendent la même prestation adhésive à 1 euro l'unité. Question de principe. Je ne vois pas au nom de quoi je devrais m'acquitter d'une taxe pour ne pas recevoir cette réclame qui file droit vers la corbeille.

Enfin, mais ce n'est pas mon propos, il doit bien exister une réglementation quelconque visant à faire respecter ce choix.

C'était mon petit coup de gueule estival.

Commentaires

Portrait de KRIS3

pour le facteur !!!!!!!et s'il le diffuse tu le flingues !!!:-)
Portrait de into the wild

 l'été 

Embarrassé

un marronnier en somme cet article,non?,comme ils disent dans les médias

perso j'ai fait le truc "stoppub" depuis cake temps et de façon

artisanale,,crayon,papier,scotch(a refaire regulierement ça s'efface) (merci pour le lien)

j'ai une boite aux lettres,enfin un clapet de boites sur la porte,ce qui signifie que la dite reclame tombait sur le sol dans mon couloir et se glissait sournoisement sous la porte à l'ouverture et là ça coince dans les deux sens

trop épais le papier

c passionant ce que je raconteCool

fait chaud