Et vous, êtes-vous un soutien ?

Publié par Marie-Hélène Tokolo le 25.09.2009
845 lectures
Notez l'article : 
0
 
Cette semaine un billet d'humeur de Marie-Hélène Tokolo et des Femmes de Marie-Madeleine.
SB-MainsAfrik-0711-03aquarel.jpg

Dans le vivre avec le VIH, les femmes migrantes paient un lourd tribu au sein de la communauté car elles sont, avant toutes choses, déclarées coupables par la communauté avant même que d’être "jugées" par la société. Voici ce qui est arrivé à une jeune femme, veuve et mère d’un enfant, séropositive depuis un an, très bien acceptée par son entourage. Après l’annonce à sa sœur qui, elle-même l’annonce à son mari (sans autorisation), le mari l’annonce à son tour à l’entourage. Tout allait bien tant que cette jeune femme n’avait pas de relations sexuelles. Dès que cette jeune femme a eu une relation amoureuse (dans laquelle, le couple utilisait le préservatif) son beau frère s’est mis à la recherche de son partenaire et aussi des ex femmes de son partenaire… Il a ensuite organisé un conseil de famille pour révéler publiquement le statut sérologique de cette jeune femme et faire son jugement. Il alors affirmé qu’elle était séropositive et qu’elle n’avait pas le droit d’avoir des relations sexuelles avec qui que ce soit. Damnées ou condamnées ! Les personnes séropositives (et d’abord les femmes) sont toujours pointées du doigt, déclarées coupables, condamnées dans la communauté. Comme l'expliquait Gustave, un participant des Assisses du RAAC-Sida, il y a quelques mois : “Quand on a UN soutien, même un seul… Là, on s'en sort.”