L'épave du Vatican

Publié par Ferdy le 30.05.2012
1 800 lectures
Notez l'article : 
0
 
Nous ne saurons certainement jamais ce qui a pu conduire à l'arrestation de Paolo Gabriele, majordome personnel du pape Benoît XVI.
Liliane-Bettencourt-L-Oreal.jpg

Depuis le mois de janvier, plusieurs quotidiens italiens publient régulièrement des documents sensibles et confidentiels émanant du Saint-Siège ou qui n'auraient jamais dû sortir des appartements privés du vieillard (85 ans).

A qui la faute ? Ce domestique jusqu'alors très discret est-il l'unique taupe coupable ou la victime toute désignée d'un complot visant à déstabiliser le souverain pontife ?

Selon nos sources, Mme Liliane Bettencourt, alertée dès le début de l'affaire par son confesseur particulier aurait écrit à Sa Sainteté pour le prévenir contre les gens de sa maison. Riche de son expérience en matière d'espionnage à domicile, la milliardaire aurait dès la mi-février demandé audience, en vain, et n'aurait cessé depuis lors d'adresser au souverain pontife des mises en garde on ne peut plus alarmantes.

Nous avons pu nous procurer assez facilement ce courrier, en date du 2 mars 2012 :

Mon Très Saint Père,

Méfiez-vous de vos larbins, en premier lieu de votre majordome et aussi de votre comptable.

Il ne manquerait plus que Sa Sainteté se trouve comme moi placée sous curatelle. Je n'ose imaginer le désordre qui affecterait votre organisation si vous ne pouviez plus siéger à son Conseil d'administration. Vous pourriez ainsi dire adieu au financement des mouvements intégristes ainsi qu'à la plupart de vos œuvres de charité.

Pour ma part, j'ai encore la chance d'avoir un petit-fils un peu moins con que sa mère. Il prétend défendre mes intérêts au sein du holding familial. Mais vous ? On ne vous connaît aucune descendance légitime ni illégitime. Enfin, je ne vous dis pas toutes les tracasseries qui me sont faites à la moindre sortie de caisse. Je vis un véritable calvaire.

Mon petit Nicolas est venu me trouver pas plus tard que la semaine dernière pour savoir si je ne pouvais pas le dépanner d'un petit million pour sa campagne. Tu parles ! Avec ce que mon tuteur me laisse comme argent de poche par semaine, j'en suis réduite à dîner au Ritz à crédit.

Mon pauvre Nicolas était très déçu, sa réélection me paraît largement compromise et nous allons bientôt assister au retour en France des socialo-communistes.

Rappelez-vous enfin que le numéro XVI dans mon pays n'a pas porté chance à son dernier titulaire royal et les biens de votre fille aînée furent confisqués. La mienne m'a pratiquement dépossédé de la plupart de mes comptes numérotés, après être parvenue à faire fuir mon gigolo aux termes d'une honteuse campagne médiatique.

 

Après ce triste constat, dois-je vous ennuyer davantage Très Saint Père en ajoutant que j'ai été contrainte d'engager à mon service des agents chargés d'espionner les taupes infiltrées dans ma maison et dans les différents cabinets d'avocats chargés de la gestion de ma fortune.

Je ne peux plus faire confiance à personne. Désormais pour appeler en toute tranquillité, je me fais conduire près d'une cabine téléphonique quand elle n'a pas été saccagée. Je m'y sens plus à l'aise qu'à Neuilly, mais Dieu sait combien c'est inconfortable. Saviez-vous Très Saint Père qu'on n'y trouve aucun siège ? Le pire sans doute, c'est cette odeur d'urine ou d'excréments qui vous saisit en entrant, sans parler de ces dessins obscènes gravés sur les vitres. Pardonnez-moi pour ce rappel à la trivialité de vos ouailles.

Comme vous, mais pour d'autres raisons, j'ai toujours eu confiance en la Suisse. Cependant, êtes-vous tout à fait sûr de vos gardes sélectionnés pour leur taille et leur beauté ? Je ne serais pas étonnée d'apprendre que sous leur amusant costume folklorique ne se cachent en réalité de petits conspirateurs zélés, homosexuels (j'en sais quelque chose, tous mes coiffeurs le sont), facilement influençables et corruptibles. Si j'étais vous, ce qu'à Dieu ne plaise, j'augmenterais leur solde de manière substantielle afin qu'ils vous soient totalement acquis et dévoués.

 

Même si le Vatican a toujours été un immense lupanar, la crise qui sévit actuellement devrait vous conduire, sauf votre respect, à tenter de remettre un peu d'ordre, du moins dans les apparences, dans les rouages de votre entreprise.

Toutes ces histoires de fuites ne sont pas bonnes pour nos affaires. La chute de l'action vaticane en cette période de crise aurait des conséquences désastreuses sur le rayonnement de vos activités à l'international. Vos pauvres pourraient se tourner alors vers la concurrence dans des secteurs stratégiques où le groupe perd déjà d'importantes parts de marché.

Veuillez croire, Très Saint Père, en mes salutations les plus respectueuses.

L.B.

PS : vous trouverez ci-joint quelques échantillons de crèmes anti-âge et de shampoing éclat blancheur.

Commentaires

Portrait de rudy84

La vulgarité de ce courrier dont la source est peu fiable, n'est pas une lettre qu'on envoie respectueusement à un souverain pontif. J'ai beaucoup ri au sujet des échantillons gratuits, c'est le pompon sur le gâteau ! L.B vaut mieux que cela pour parodier le slogan de la marque ! 

Plus sérieusement, la banque du Vatican a de sérieux problèmes comme d'autres banques qui ont joué avec des placements à risque "subprimes" et les CDS (Crédits Défaults Swap).

Au bord de la faillite la banque Vaticane n'a d'autres ressorts que de châtier les lampistes ! Cette affaire vient à point nommé, je me demandais aussi comment les vrais responsables de cette faillite s'en sortiraient ?

Bien vu !

(sources émissions radio ici et maintenant de Pierres Jovanovic, agence Reuters...mais cette info date déjà de plusieurs mois).

Les médias officiels ont l'art de sortir l'arbre qui cache toute la forêt de leur propagande et  taire quand il faut derrière notre écran...de fumée !  lol  

Portrait de frabro

 Je vois dans le titre de la turbulence de Ferdy un jeu de mot * qui renvoie à ce roman d'André Gide, dont le résumé ci-dessous montre les analogies un siècle plus tard avec une actualité sur laquelle nous ne savons finalement pas grand chose.

 Ce récit délibérément décousu croise et oppose intrigues et personnages. Il y a d'abord les atermoiements et les revirements de Julius de Baraglioul, catholique ultra, et de son beau-frère, Anthime Armand-Dubois, libre penseur, qui opèrent chacun une conversion en chassé-croisé avant de revenir subitement à leurs options initiales. Il y a la bande des escrocs, avec, à sa tête, le redoutable Protos qui répand la rumeur selon laquelle le pape serait séquestré dans les caves du Vatican. Mais, surtout, il y a le jeune Lafcadio qui, prisonnier de sa mystique de l'acte gratuit, avec la même indifférence sauve un jour la vie de deux jeunes enfants et, un autre, tue le pauvre Amédée Fleurissoire, sans mobile réel. Cette « sotie » illustre ainsi la folie de certains engagements intellectuels, et le remords final de Lafcadio, torturé par la conscience de son crime, démontre la gravité des conséquences qui en découlent.

 L'invention de la lettre de Liliane à Benoit m'a fait sourire, et réfléchir : je renonce définitivement à recruter un majordome !

François 

* je n'aime pas par ailleurs que l'on semble traiter d'épave un vieillard certes dépassé par sa tâche mais qui n'en mérite pas moins le respect de sa fonction. 

Portrait de KRIS3

''Liliane fais les valises , on rentre à Champigny !!''