Portrait de

Le blog de Rimbaud

Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 05.10.2017
374 lectures
L’actualité médiatique, c’est le clash Angot / Rousseau (pas Jean-Jacques, il n’y serait pas allé !), autrement dit une femme violée face à une femme politique victime d’attouchements sexuels. C’est forcément violent, d’autant que l’enjeu, c’est le langage, la possibilité de dire – ou non – l’indicible. La première hurle qu’il « faut se débrouiller », qu’on ne peut former personne à une telle...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 04.10.2017
1 258 lectures
Dans toute maladie, il y a des stades. Logiquement, j’en suis à l’acceptation. J’hésite. Je recule d’un pas. Je mesure les risques. Je les jauge. J’ai ce sentiment assez net qu’elle s’accompagne d’une forme de renoncement. Un renoncement à la colère. Je ne l’éprouve pourtant ni envers moi-même – je ne me suis finalement que peu culpabilisé, je me sens bien davantage victime d’un virus que...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 03.10.2017
430 lectures
J’ai mille stratagèmes pour parer à l’attaque cauchemardesque des nuits agitées. La base solide sur laquelle repose la défense, c’est le lit. Oh, pas n’importe quel lit, du lit de compétition ! Le matelas est si épais qu’il est inutile de régler les lattes du sommier. Le sur-matelas épouse légèrement les formes du corps. Pas trop, nous avait prévenu la vendeuse experte, car « certains endroits de...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 02.10.2017
469 lectures
Au travail, personne ne voit ma maladie invisible. Mon petit compagnon d’infortune est le mec le plus discret que je connaisse, le plus insidieux aussi. Tandis que je déploie une énergie folle à convaincre une jeunesse sceptique des bienfaits de la littérature, il en profite pour m’envoyer une décharge de fatigue qui pourrait me clouer au sol, interrompre le ballet, bloquer tout mouvement...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 30.09.2017
481 lectures
Plus que quelques jours avant de retrouver mon infectiologue aimée, comme un rendez-vous amoureux, comme on fait le point après un mois de relation intime (avec Triumeq). Il va falloir que j’analyse cette liaison, savoir si elle est dangereuse, si elle est syntaxique, si elle est douce, si elle est compromise. Je sais que des mots que je choisirai dépendra la survie de notre cohabitation, un...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 30.09.2017
1 017 lectures
Macbeth, Acte II, scène 1 Toujours à Inverness.—Cour dans l’intérieur du château. Entrent BANQUO ET FLEANCE, précédés d’un domestique qui porte un flambeau. BANQUO Où en sommes-nous de la nuit, mon garçon ? FLEANCE La lune est couchée ; je n’ai point entendu sonner l’heure. BANQUO Et elle se couche à minuit. FLEANCE Je crois qu’il est plus tard, monsieur. BANQUO Tiens, prends mon épée. Ils sont...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 29.09.2017
649 lectures
Remerciez-moi, vous allez économiser dix euros (seize pour la version papier !) : n’achetez pas le livre de Camille Genton Positif , il n’en a que le titre. Je vais faire court : le degré zéro de l’écriture le degré zéro de la réflexion une morale classique : on vit bien avec le VIH, arrêtons les discriminations Cordialement. A bientôt.
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 28.09.2017
1 279 lectures
J’ai toujours pensé que les plans d’un soir (ou d’une après-midi, je ne suis pas du matin) qui étaient les plus réussis étaient ceux fondés sur une connaissance, même minime de l’autre. Ce qu’on nomme le feeling (feeling, nothing more than feeling…). Je ne sais pas si on peut parler de tendresse mais de sensualité, certainement, de complicité. Les relations les plus excitantes, je les ai menées...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 28.09.2017
585 lectures
Plus le monde s’obstinera à faire rugir sa voix de stentor, plus il dressera la froideur de marbre de son cœur statufié, plus il percera les corps des enfants sacrifiés de ses lames tranchantes, plus je répandrai autour de moi les fragilités menacées. Ô les années de la honte où il faut se tenir droit, où les impératifs catégoriques sont édictés à longueur de lois, de directives et de sentences,...
Portrait de Rimbaud
Publié par Rimbaud le 27.09.2017
478 lectures
Depuis que j’ai appris ma contamination, je suis totalement traversé par la nécessité de l’écriture. Elle ne relève pas de l’urgence qui accélère tout, qui ruine les étapes, qui floute les visions ou précipite dans le talus. Ce n’est pas l’imminence de la mort qui délie la pensée comme dans les années 80. L’écriture se promène désormais au rythme de la vie. Tout se passe comme si la parole avait...