11 600 personnes ont bénéficié du Sovaldi en 2014 en France

21 Juillet 2015
3 760 lectures
Notez l'article : 
0
 

Selon le rapport annuel de la Caisse nationale d'Assurance maladie (CNAM), la France a été le pays le plus généreux d'Europe en matière d'accès au Sovaldi (sofosbuvir), dans le traitement du VHC. En 2014, 11 600 personnes ont été soignées avec des nouveaux antiviraux à action directe (AAD ou AVD), principalement le Sovaldi, explique le quotidien économique "Les Echos" (26 juin). L’arrêt de prescription des médicaments les plus anciens (interféron, par exemple, ou encore les premières antiprotéases : Victrelis et Incivo) a permis d’économiser environ 100 millions d’euros, note le journal. Reste que la dépense pour les nouveaux médicaments s’élèverait à 1,15 milliard d'euros. Dans les faits, le montant serait bien moindre puisque, rappelle "Les Echos", trois mesures avaient été prévues pour faire baisser la note. Il y a d’une part (c’était prévu dans la loi de financement de la sécurité sociale 2015) un "dispositif d'écrêtement" des chiffres d’affaires des laboratoires pharmaceutiques : au-delà d’un montant fixé par l’Etat (450 millions d'euros en 2014, par exemple), on taxe le chiffre d’affaires excédentaire. Il y a ensuite le prix fixé à 41 000 euros, plus bas que les 56 000 euros du prix exigé par Gilead en ATU. Il y aurait enfin des remises consenties par le labo au gouvernement français. Autrement dit : le prix facial (41 000 euros) pour un traitement de trois mois ne correspondrait pas au prix réel (bien plus bas) payé par la Sécurité sociale. Selon "Les Echos", la Caisse nationale d’assurance maladie mentionne une étude d'IMS Health, selon laquelle, en 2014, "la France arriverait largement en tête en termes de volumes avec près de 1 million de comprimés vendus, soit 154 unités standards pour 10 000 habitants". En Allemagne, le ratio est de 90 comprimés ; vient ensuite l'Espagne, puis tous les pays où il est inférieur à 25 comprimés : Royaume-Uni, Pays-Bas, Finlande, Italie, indique le journal.