120 millions d’euros pour lutter contre les addictions

7 Août 2019
287 lectures
Notez l'article : 
0
 

Ce sont 11,5 millions de Français-es qui fument quotidiennement, 10,6 millions ont une consommation d’alcool au-delà des nouveaux repères de consommation à moindre risque. Et il faut rappeler que 75 000 personnes meurent chaque année du tabac. Fort de ces données, le gouvernement a décidé de mettre en place un tout nouveau fonds de lutte contre les addictions qui succède au fonds de lutte contre le tabac. Cette décision a fait l’objet d’un arrêté publiée mardi 6 août au Journal officiel. « Pour 2019, c’est un budget de 120 millions géré par l’Assurance maladie qui vient renforcer la mobilisation contre les addictions », a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué. Ce fonds de lutte contre les addictions liées aux substances psychoactives a été créé par la loi de financement de la sécurité sociale de décembre 2018, et son cadre fixé par un décret daté du 21 juin dernier. Il remplace donc le fonds de lutte contre le tabac et va bénéficier de nouvelles ressources issues des amendes forfaitaires sanctionnant la consommation de cannabis. Ce nouveau fonds « permet de renforcer et de poursuivre des programmes dédiés à la lutte contre le tabac et de déployer des actions de santé publique portant également sur les autres addictions, notamment l’alcool et le cannabis », a indiqué le ministère de la Santé. Son budget se découpe ainsi : plus de 46 millions investis dans l’aide à l’arrêt du tabac, 32 millions pour soutenir des projets en régions, près de 18 millions pour les projets nationaux de la société civile, plus de 13 millions investis dans la recherche et 11 millions pour la mise en place de nouvelles campagnes de marketing social. « Les conduites addictives demeurent un problème majeur de société et de santé publique. Chaque année en France le tabac tue 75 000 personnes, l’alcool 41 000 personnes et les drogues illicites 1600. Le tabac et l’alcool sont les premiers facteurs de risque de mortalité évitable. Outre la mortalité associée, les conséquences individuelles, familiales et sociales représentent un lourd tribut. Aujourd’hui 11,5 millions de Français fument quotidiennement, 10,6 millions ont une consommation d’alcool au-delà des nouveaux repères de consommation à moindre risque. Selon un outil validé de repérage, 25% des usagers de cannabis présentent un risque élevé d’usage problématique soit plus de 1 million de personnes. Les addictions associent souvent la consommation de plusieurs produits et touchent plus fréquemment des personnes en situation de vulnérabilité ayant des pathologies associées. Une prise en charge globale et adaptée aux situations individuelles est donc fondamentale que ce soit pour protéger les jeunes en prévenant l’entrée dans des pratiques addictives ou pour aider les personnes en situation d’addiction », détaille un communiqué du ministère.