3 % des individus isolés

11 Septembre 2019
190 lectures
Notez l'article : 
0
 

En 2015, 3 % des personnes de 16 ans ou plus sont isolées de leur famille et de leur entourage non familial, au sens où elles ont au plus une rencontre physique ou un contact distant par mois avec leur réseau relationnel en dehors de leur ménage, indique une étude de l’Insee (Institut nationale de la statistique et des études économiques), réalisée par François Gleizes, Sébastien Grobon, Stéphane Legleye (division Conditions de vie des ménages, Insee). Cette proportion est stable depuis 2006, note l’institut. Les personnes isolées sont plus souvent des hommes ; elles sont âgées de plus de 40  ans ; elles sont peu diplômées et plus souvent inactives. « L’isolement relationnel est associé à une vulnérabilité économique accrue en matière de ressources ou de précarité de l’emploi, à une santé dégradée et à un moindre niveau de bien-être », indiquent les auteurs-es de cette étude. Reste que solitude et isolement ne vont pas nécessairement de pair. Ainsi, 8 % des individus se sentent seuls « tout le temps » ou « la plupart du temps », alors que 62 % d’entre eux ne sont isolés ni de leur famille, ni de leurs amis. De plus, si 89 % de la population en demande d’aide financière, matérielle ou morale obtient satisfaction auprès de son entourage ou de sa famille, les personnes isolées déclarent moins souvent en recevoir. « Ce dernier résultat reste vrai toutes choses égales par ailleurs : les personnes isolées de leur entourage et de leur famille ont ainsi presque 30 % de chances en moins d’obtenir de l’aide en cas de besoin que les personnes non isolées, les personnes isolées de leur famille 8 % de chances en moins et celles isolées de leur entourage 5 % de chances en moins » mentionne l’étude.