52 % des LGBT souhaitent avoir un enfant

2 Octobre 2018
2 487 lectures
Notez l'article : 
5
 

Ce sont pas moins de 52 % des personnes LGBT vivant en France et en âge de procréer (âgées de moins de 45 ans) qui souhaitent avoir des enfants au cours de leur vie, indique une étude réalisée par l'Ifop pour l'Association des familles homoparentales (ADFH), que franceinfo et Têtu ont révélé (25 septembre). Pour beaucoup, ce désir de parentalité n'est pas une perspective lointaine : 35 % déclarent leur intention de fonder une famille au cours des trois prochaines années. Ces résultats battent en brèche les préjugés selon lesquels les homosexuels, et notamment les gays, ne se projettent pas dans une perspective de construction familiale. Leur désir de parentalité est assez similaire à celle du reste des Français, explique François Kraus, directeur des études politique et actualité à l'Ifop. Pour Alexandre Urwicz, président de l'ADFH, ces résultats illustrent « une vague libératrice, assez nouvelle, qui permet aux LGBT de se penser à la fois LGBT et parent ». Dans le détail, ce désir de parentalité est exprimé par 39 % des personnes homosexuelles, et même près de deux lesbiennes sur trois (62 %). Pour fonder une famille avec un ou une compagne du même sexe, les personnes homosexuelles privilégieraient justement massivement des techniques comme la PMA (procréation médicalement assistée) ou la GPA (gestation pour autrui). Les gays et lesbiennes souhaitant avoir un enfant se tourneraient en priorité vers ces techniques de procréation médicalement assistée (58 %), loin devant l’adoption (31 %) ou la coparentalité (11 %).

Étude de l’Ifop pour l’ADFH réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 23 mai au 6 juin 2018 auprès d’un échantillon de 994 personnes homosexuelles, bis et trans, extrait d’un échantillon global de 12 137 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.