AAH : complément de ressources supprimé

16 Décembre 2019
1 399 lectures
Notez l'article : 
1
 

Comme prévu par l'article 83 du projet de loi de finances (PLF) pour 2019, le complément de ressources (CR) AAH a été supprimé au 1er 2019. À cette date, seule subsistera la majoration pour la vie autonome (MVA). Cette mesure a été prise, selon le secrétariat d'État au handicap, pour des « raisons de simplification car cela entraînait des lourdeurs administratives » et pour mettre un terme à « l'illisibilité des dispositifs », dixit le gouvernement. « Attention, cette suppression n'affecte pas tous les ayant-droits de la même façon. Le [complément de ressources] sera pérennisé durant dix ans pour ceux qui le touchent déjà, s'ils continuent de remplir les conditions d'éligibilité, mais son montant restera figé au motif que c'est « une mesure conservatoire », selon le cabinet de la Secrétaire d’État Sophie Cluzel. « La douche est plus froide pour les nouveaux bénéficiaires de l'Allocation adulte handicapé (AAH) qui aurait pu prétendre au complément de ressources (d'un montant de 179,31 euros par mois) puisque, à compter du 1er décembre 2019, ils ne pourront donc plus bénéficier que de la MVA [majoration pour la vie automne], qui n'est, elle, que de 104,77 euros par mois. Cette mesure s'appliquera également aux bénéficiaires de l'Allocation supplémentaire d'invalidité (ASI) auxquels le bénéfice du complément de ressources et de la MVA est également ouvert », explique le site Handicap.fr. C’est un coup dur puisque cela représente une baisse d’environ 75 euros par mois. Comme le détaille l’article du site Handicap.fr, le complément de ressources AAH - dont bénéficient 65 000 personnes - qui s'ajoutait à l'AAH constituait ce qu'on appelait la « garantie de ressources ». « Il visait à compléter l'absence durable de revenus du bénéficiaire dans l'incapacité de travailler du fait de son handicap. La MVA est, quant à elle, une prestation forfaitaire qui permet aux personnes en situation de handicap de faire face aux dépenses d'aménagement de leur logement. Le hic dans cette mesure, c'est que la MVA est subordonnée au fait d'avoir un logement indépendant « et » de percevoir une aide au logement. Compte tenu de ces règles partiellement différentes d'éligibilité, certains bénéficiaires du CR ne pourront donc pas prétendre à la MVA et ce sera, pour eux, une perte sèche », analyse France Handicap qui estime entre 7 000 et 10 000 le nombre de personnes lésées. « Cette perte de revenus de 75 euros par mois (que ne vient pas combler l’augmentation de l’AAH contrairement à ce qui était avancé par le gouvernement  pour justifier la suppression de ce complément de ressource) va encore aggraver la situation financière d’un public déjà fort désavantagé par les restrictions liées à leur handicap », indique un communiqué de la FNATH. Cette dernière explique « qu’elle ne peut que s’indigner de la position du gouvernement qui a maintenu cette suppression contre l’avis du Sénat qui rappelons-le, avait voté pour le maintien du complément de ressources. La FNATH remarque, qu’une fois de plus, ce sont les personnes handicapées dans l’incapacité de travailler avec de faibles revenus qui se retrouvent lésées ». « La FNATH souhaite que le gouvernement prenne conscience de l’injustice de cette décision et  augmente de manière conséquente le montant de la majoration pour la vie autonome (MVA) dès 2020 ».