Accès aux médecins en France

16 Février 2020
495 lectures
Notez l'article : 
0
 

Quel est l’état de l’opinion sur la couverture et les services santé ? C’est ce qu’a voulu savoir le cabinet d'études Epsy pour le compte de la Fédération nationale indépendante des mutuelles (FNIM). Un baromètre rend compte des résultats. En 2019, seuls 17 % des Français-es estiment avoir « un accès facile aux professionnels-les de santé » (médecins généralistes, spécialistes, dentistes). Ce chiffre est en baisse car en 2018, ils-elles étaient 22 %. En la matière, la taille de l’agglomération est un critère discriminant. Les Françaises-es des villes de moins de 5 000 habitants-es sont les plus exposés-es aux déserts médicaux et aux difficultés d’accès aux soins. En effet, le sentiment d'être directement exposés-es aux déserts médicaux et aux difficultés d'accès aux soins est presque cinq fois plus ressenti par les habitants-es des communes de moins de 5 000 habitants (28 %) que par ceux et celles des grandes villes de 100 000 habitants et plus (6 %). D’un point de vue global, 71 % des Français-es considèrent que la France est aujourd’hui face à un problème d’accès aux soins. Là aussi, la taille de l’agglomération est un critère discriminant. « À peine plus d’un-e Français-e sur deux (55%) habitants-es dans une agglomération de plus de 100 000 habitants-es a conscience d’un problème d’accès aux soins ». Quelles sont les raisons qui poussent les Français-es à renoncer aux soins ? Arrivent en tête « les délais pour consulter un spécialiste » (54 % des sondés), « la désertification médicale » (53 %) puis « le coût des complémentaires santé » (44 %). Autre enseignement du sondage : 46 % des Français-es déclarent que « les choses vont en se dégradant » dans le domaine de la santé. Trois Français-es sur quatre n'ont « pas du tout » ou « peu » confiance dans l'action du gouvernement et dans ses choix en matière de santé.

Sondage en ligne auprès de 1 000 Français représentatifs entre le 10 et 18 décembre 2019.