Accès aux soins : des inégalités

11 Octobre 2020
310 lectures
Notez l'article : 
0
 

La quatrième et nouvelle édition de l'Observatoire de la Mutualité française publiée le 2 octobre dernier indique que les déserts médicaux se sont multipliés en France, ces dernières années. La Mutualité française (qui regroupe 540 mutuelles) tire la sonnette d'alarme sur l'accès aux soins en France, qui, selon une étude de son observatoire, subit une double tension. D’un côté, la demande de soins s'accroît, en raison notamment du vieillissement de la population, d’une augmentation forte des ALD : entre 2008 et 2018, le nombre de personnes souffrant d’AKLD a augmenté de 40 %. De l’autre, les inégalités géographiques d'accès aux soins sont de plus en plus importantes. La densité moyenne de médecins était de 339 pour 100 000 habitants-es en 2019. Un niveau dans la moyenne des pays de l'OCDE, mais qui cache de nombreuses disparités. En effet, les déserts médicaux se sont multipliés ces dernières années. En 2018, 7,4 millions de personnes soit plus d'un dixième de la population (11,1 %), vivaient dans une commune où l'accès à un médecin généraliste est limité, contre seulement 7,6 % en 2012.  Ces déserts médicaux sont essentiellement concentrés dans le centre et le nord-ouest de la France, ainsi que dans certaines communes de la région parisienne (Val-d'Oise et Seine-et-Marne). Conséquences ? Aujourd'hui, il faut 97 jours pour décrocher un rendez-vous avec un ophtalmologue dans une petite ville contre 29 jours à Paris, ville qui regroupe le plus de spécialistes.  Et si rien n’est proposé pour endiguer le phénomène, les problèmes vont s’amplifier. Selon les estimations de la Mutualité française, le nombre de généralistes aura baissé de 13 % entre 2010 et 2025.