Act Up : Pécresse déboutée

2 Juin 2021
557 lectures
Notez l'article : 
0
 

Act Up-Paris a été relaxée vendredi 21 mai des poursuites en diffamation intentées par la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse (Libres). En cause, une campagne lancée en 20218 par l’ONG dénonçant la suppression de l’aide aux transports pour les personnes étrangères en situation irrégulière bénéficiaires de l’Aide médicale d’État, votée par la nouvelle majorité peu après son arrivée. Valérie Pécresse, également présidente d’Ile-de-France Mobilités (anciennement le STIF), avait fait adopter par l’exécutif régional une délibération « excluant du bénéfice de la réduction à 75 % des tarifs de transport les personnes en situation irrégulière ainsi que leur famille » bénéficiaires de l’AME. « Le FN en rêvait, Pécresse l’a fait ! Déjà 100 jours que Valérie Pécresse ne fait pas appliquer par Ile-de-France Mobilités le jugement du tribunal administratif l’obligeant à redonner le droit à la solidarité transports aux personnes bénéficiant de l’Aide médicale d’Etat » (AME), écrivait l’association. « Par cette décision, elle fait le lit de l’épidémie de VIH et se rend coupable d’interruptions de traitements et de nouvelles contaminations », clamait alors l’affiche portant la mention #pecressedelinquante. Act Up-Paris avait comparu en avril dernier. « Je suis heureux que le tribunal ait admis la bonne foi d’Act Up et relevé que cette campagne s’inscrivait réellement dans un débat d’intérêt général », a réagi l’avocat de l’association, maître Tewfik Bouzenoune, sur Twitter.