Action Russie : JO de Sotchi

4 Février 2014
569 lectures
Notez l'article : 
0
 

Samedi matin (1er février), en dépit de l’heure matinale plus de 200 militants se sont retrouvés à Paris, place Stalingrad, à l’appel d’un collectif inter-associatif rassemblant la FIDH, l’Inter-LGBT, Amnesty International, ACAT France, Russie Libertés et la Ligue des Droits de l’Homme et soutenu notamment par AIDES. Cet événement entendait révéler ce que le faste des Jeux Olympiques de Sotchi cache en termes de violations des droits de l’Homme. En effet, à la suite des manifestations massives provoquées par les suspicions de fraudes ayant entaché les élections législatives et présidentielles de 2011 et 2012, le président russe Vladimir Poutine, a mis en place un arsenal de lois répressives visant à bâillonner la société civile. Au cours des deux années passées, le Parlement russe a voté des lois restreignant considérablement le droit de manifester et la liberté de parole et d’association. Ces dernières se sont accompagnées d’un recours à la torture et à la restriction de la liberté de circulation des migrants. Enfin, l’adoption d’une loi discriminatoire interdisant la "propagande en faveur des relations sexuelles non conventionnelles auprès des mineurs", a mis en péril l’existence même des associations défendant les droits des homosexuel-le-s et les actions de sensibilisation sur l’homophobie et la prévention du VIH/sida. A quelques jours de l’ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi qui vont propulser la Russie sous le feu médiatique, la société civile française entendait par cette action attirer l’attention des médias sur ces graves violations des droits humains. Les militants s’étaient vu offrir des combinaisons aux couleurs des différents anneaux olympiques et révélaient, à l’aide de bâches ornées de pictogrammes, ces différentes atteintes aux libertés et aux droits fondamentaux. Enfin à la fin de la mobilisation et avant que les militants ne se dispersent, une série de photos collectives ont été prises avec les portraits des manifestants emprisonnés de Bolotnaia, poursuivis par la justice russe pour avoir participé à une manifestation pacifique à Moscou en juin 2012. Ces personnes ont été inculpées de participation à des "émeutes de masse" et, pour certaines, de violences à l’égard des forces de l’ordre. Cette série de photos a été envoyée en Russie afin de témoigner du soutien des militants français à ces prisonniers d’opinion.