Activisme VIH et art

22 Février 2020
233 lectures
Notez l'article : 
0
 

Cet essai d’Antoine Idier, « Pureté et impureté de l'art. Michel Journiac et le sida », est consacré à l’artiste Michel Journiac. L’ouvrage porte sur le « silence des artistes français et du champ des arts plastiques face à l’épidémie du sida au début des années 1990 en France ». Revenant sur la trajectoire de Michel Journiac, sur une constellation d’artistes qui lui furent liés et sur un projet d’exposition qui n’a pas vu le jour, cet essai resitue le travail de l’artiste dans le contexte des années 1980 et 1990, « années d’hiver » y compris pour l’art, et plus généralement dans le mouvement de l’« art corporel » et la recherche de formes d’activisme artistique. Il propose alors de réfléchir à ce qu’un tel silence face au sida dit de l’art français, et aux conséquences bien plus larges qu’il implique, d’hier à aujourd’hui, sur les rapports entre art et politique... entre la création, les luttes sociales, les mouvements culturels et les soubresauts qui traversent une société.
« Pureté et impureté de l'art. Michel Journiac et le sida », par Antoine Idier. Editions Sombres Torrents. 8 euros.