Afravih 2018 : Seronet en couverture

4 Avril 2018
2 831 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’Afravih organise sa 9e conférence internationale francophone de lutte contre le VIH et les Hépatites à Bordeaux, du 4 au 7 avril 2018. Cette conférence rassemblera les actrices et acteurs engagés dans la lutte contre le VIH/Sida et les hépatites virales, principalement dans les zones francophones. Environ 1 500 personnes sont attendues. En 2018, deux ans nous séparent de la cible 90-90-90 fixée par l’Onusida ; un objectif très loin d’être atteint au niveau mondial. Cette année, les organisatrices et organisateurs de l’Afravih ont décidé de mettre en avant plusieurs grands sujets. La lutte contre les hépatites B et C fera l’objet d’une "déclaration solennelle en faveur de la lutte" contre ces deux maladies sous l’autorité de la ministre de la santé de la Côte d’Ivoire et du ministre de la Santé du Burkina Faso. L’événement est prévu vendredi 6 avril. Autre grand sujet mis en avant, les nouvelles molécules et nouvelle stratégies dans le traitement du VIH. Il y sera beaucoup question de simplification et d’allègement. Le docteur Pierre de Truchis interviendra notamment (jeudi 5 avril) sur "Chez qui et comment alléger". La Prep sera aussi au menu, dans le prolongement de la déclaration de Bruxelles, il y a deux ans, demandant son accès universel. Eve Plenel (Vers paris sans sida) et le docteur Jade Ghosn (Hôtel-Dieu, AP-HP) reviendront (samedi 7 avril) sur le déploiement de la Prep, les obstacles et les défis. De son côté, Béa Vuylsteke (Institut de médecine tropicale, Anvers) fera le point sur "La Prep au féminin (vendredi 6 avril). La conférence s'interressera aussi à plusieurs études et projets menés en Afrique sur l’acceptablité de la Prep, notamment auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes subsahariens. Partenaire clef de l’Afravih, l’ANRS sera en force, d’autant que le nouveau président de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales, Bordelais, est également président de cette 9e conférence. L’ANRS y lancera notamment un nouvel ouvrage de la collection ANRS "Sciences sociales et Sida" et proposera (jeudi 5 avril) un symposium satellite : "De l'éthique de la recherche à l'éthique du soin : quel continuum ?" Sur le stand de Coalition PLUS, quatre ateliers communautaires seront proposés : les enjeux des financements internationaux de la lutte (jeudi 5 avril de 10h à 11h) par Jean Pasteur (AIDES, France), Jeanne Gapiya (ANSS, Burundi), Serge Yotta (Affirmative Action, Cameroun) et Nicolas Ritter (PILS, Maurice). Il s’agit d’un temps d’échanges avec des activistes du Burundi, du Cameroun et de Maurice sur les enjeux liés aux financements internationaux pour la lutte contre le VIH/sida, leur impact concret sur le terrain et le rôle crucial du Fonds mondial de lutte contre le sida pour mettre fin à l'épidémie d'ici 2030. Le même jour (17h-18h), un bilan d'étape du projet de recherche CohMSM-PrEP en Afrique de l’Ouest sera proposé par Paméla Palvadeau (Coalition Plus, France), et Julien Kpassou (Espace Confiance, RCI). La Prep est disponible pour la première fois pour les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest grâce à un projet de recherche, CohMSM-Prep, qui vise à évaluer la faisabilité et l'acceptabilité de la Prep pour les HSH au sein d'une offre de prévention combinée dans quatre associations communautaires. Les membres de l'équipe du projet présents à la conférence vous feront un bilan d'étape de ce projet de recherche communautaire ! Un atelier (vendredi 6 avril de 11h à 12h) traitera du changement concernant Africagay contre le sida devenu AGCS et des enjeux d'un changement de dénomination pour le réseau panafricain francophone HSH. Y interviendront Yves Yomb (Coordinateur AGCS, Cameroun), Serge Yotta (Porte-parole AGCS, Cameroun), Diadji Diouf (Porte-Parole AGCS, Sénégal). Même jour, un dernier atelier est proposé : "La fin du sida est-elle possible ?". En 2017, Gabriel Girard et François Berdougo publiaient leur ouvrage "La fin du sida est-elle possible ? ", reprenant ainsi sous forme d’interrogation l’objectif affiché des Nations-Unies de mettre fin à l’épidémie d’ici à 2030. Les militants actuels et en termes d’activisme, à quels enjeux répond cet objectif ? L’atelier sera animé par les deux auteurs : François Berdougo (Médecins du Monde, France) et Gabriel Girard (Membre du Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales). A suivre du 4 au 8 avril sur Seronet.