Afrique du Sud : Objectif dépistages et traitements

18 Août 2014
2 070 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’Afrique du Sud, qui accueillera la prochaine édition de la Conférence mondiale sur le sida en 2016, a profité de celle de Melbourne, du 20 au 25 juillet dernier, pour annoncer un nouveau plan national de lutte contre l’épidémie. Dans le pays, où vit le plus grand nombre de personnes séropositives, les autorités comptent bien enrayer les contaminations. Le ministre de la Santé, Aaron Motsoaledi a rappelé les "énormes progrès", tout en donnant les grands objectifs d’ici à 2013 : "En 2030, que 90 % des séropositifs soient sous traitement et que 90 % des personnes sous traitement n'aient plus de charge virale détectable. Nous avons 15 ans pour atteindre ces objectifs", a-t-il présenté devant le Parlement sud-africain, dans le cadre du budget des politiques de santé, selon l’AFP. Pour lui, les axes forts de ce plan sont le dépistage précoce du VIH, la mise sous traitement si contamination et le maintien dans le soin pour que la charge virale devienne indétectable chez les personnes séropositives. "Notre prochaine étape est d'augmenter la couverture, de la manière proposée par l'approche des 90 %. Cela veut dire tester la majorité, sinon la totalité de la population chaque année, mettre tous les séropositifs sous traitement quel que soit leur taux de CD4 et suivre tous ceux qui sont sous traitement", explique le ministre, suivant les dernières recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé. Après avoir longtemps tergiversé, le gouvernement a lancé le plus grand programme de distribution d’antirétroviraux du monde, avec 2,5 millions de personnes sous traitement. Malgré ces engagements et ces dispositifs, l’épidémie progresse toujours en Afrique du Sud, notamment chez les femmes.