AH/HP, équilibre et craintes

30 Mars 2009
426 lectures
Notez l'article : 
0
 
aumone.jpg

L'Assistance publique/Hôpitaux de Paris (AP/HP) qui regroupe trente-huit établissements et emploie 90 000 agents a voté son budget 2009. Un budget qui fait déjà polémique sur les emplois (700 postes vont être supprimés) et le montant du déficit : 95,5 millions d'euros. L’AP/HP doit, d’ici 2012, réduire de 300 millions d'euros ses surcoûts sur les actes financés par la tarification à l'activité (T2A) d'ici à 2012. L'AP-HP ambitionne un retour à l'équilibre en 2012, après un déficit décroissant en 2010 et estimé à 20 millions d'euros en 2011. Pour atteindre cet objectif, l’organisme va devoir notamment procéder à des regroupements hospitaliers. C’est-à-dire la fermeture de services, le regroupement de services d’une spécialité (le VIH par exemple) dans un même hôpital. Tout cela suscite bien évidemment des craintes sur les conditions de transfert, le maintien de la qualité de la prise en charge, etc. Minoritaire, même s'il est président du Conseil d'administration de l'AP/HP, le maire de Paris Bertrand Delanoë s'est élevé contre la suppression de centaines d'emplois. Il estime que le budget qu'il n'a pas approuvé "risque de déstabiliser [l'AP/HP] et de compromettre son fonctionnement".