Aïe, ouille, aïe !

29 Mars 2011
460 lectures
Notez l'article : 
0
 
Drapeau_suisse.gif

Le dernier bulletin de l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP, en Suisse) est clair : les infections sexuellement transmissibles (IST) comme la chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis ne cessent de s’étendre depuis une dizaine d’années. Elles constituent désormais un problème de santé publique. La chlamydiose est plus fréquente chez les jeunes femmes ; gonorrhée et syphilis sont plus fréquentes chez les gays. En 2010, ce sont 6 575 cas de chlamydiose (près de 70 % des cas chez des femmes) qui ont été enregistrés contre 2 614 en 2001. Pour la gonorrhée, ce sont près de 1 200 cas (en grande majorité des hommes) qui ont été enregistrés. Par ailleurs, les cas confirmés de syphilis se sont élevés à 327 en 2010 pour les hommes et 54 pour les femmes alors qu’il y a eu près de 1 000 cas déclarés. Près des deux tiers des hommes ont expliqué leur infection par une relation homosexuelle.