ALD : des économies, mais où ?

7 Juillet 2011
728 lectures
Notez l'article : 
0
 
ALD.png

Le nombre de personnes bénéficiant d'une prise en charge à 100% pour une affection de longue durée (ALD) a bondi de 3,9% en 2009, soit 340 000 personnes de plus. Pour faire simple, il y a, fin 2010, neuf millions de personnes souffrant d'une ou plusieurs maladies chroniques graves : soit un Français sur six. La Caisse nationale d’assurance maladie s’en alarme (ça coûte : cela représente 60% des dépenses de santé) et identifie donc des économies à faire dans les tarifs hospitaliers et les prescriptions de médicaments particulièrement coûteux. Selon un rapport transmis le 29 juin aux administrateurs de l'assurance-maladie et cité par "Les Echos", le taux de croissance des ALD oscille entre 3,5% et 4,2% par an depuis 2005. Les ALD représentent les deux tiers des remboursements de l’assurance-maladie, et environ 90% de leur croissance. De ce fait, la maîtrise des ALD est essentielle pour équilibrer les comptes. Mais comment faire ? Car, après tout, c’est parce que le nombre de malades augmente que les dépenses progressent… Par ailleurs, indique "Les Echos",  la dépense par personne augmente peu (+ 2% en 2010).  Alors quelles économies ? Plusieurs sont envisagées : un travail sur les tarifs des nouvelles molécules particulièrement onéreuses, un travail sur la cohérence des tarifs hospitaliers, etc. On devrait en savoir plus la semaine prochaine car des propositions précises en vue du budget 2012 de la Sécurité sociale seront alors faites.