Algérie et VHC : le prix des médicaments inquiète

10 Août 2014
1 052 lectures
Notez l'article : 
0
 

La fronde contre les coûts des traitements anti-VHC est large et mobilise un peu partout dans le monde. Ainsi, rapporte le quotidien "Le Temps d’Algérie" (2 août), l'association algérienne SOS hépatites s'est récemment inquiétée du coût "exorbitant" des traitements contre l'hépatite C et a appelé les autorités concernées à négocier avec les laboratoires pharmaceutiques. "Le ministère de la Santé a dégagé un important budget pour la prise en charge des malades, mais demeure absent quant à la gestion des médicaments", a indiqué Abdelhamid Bouallag, président de l’association cité par le quotidien. Le militant a fait "savoir que la prise en charge des patients existe mais n'est pas complète", rapporte le journal. "1 000 malades seulement sont traités chaque année par la bithérapie qui coûte 2,5 millions de dinars par personne ou la trithérapie qui revient à 5 millions de dinars", a-t-il indiqué. "Ce sont des coûts exorbitants qui ne nous permettent pas de traiter toutes les personnes atteintes et encore moins d'apporter de nouveaux soins aux cas exceptionnels qui ne répondent pas positivement aux médicaments actuels", explique le président de l’association.

Commentaires

Portrait de Kio

L'Etat devrait mettre des limites et ne pas laisser les labo fixer les prix librement, surtout si elles obtiennent des subisdes dans le domaine de la recherche etc