Allègement : Act Up Sud-ouest prévient

18 Octobre 2018
434 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’association Act Up Sud-ouest est intervenue (12 octobre) lors de la réunion plénière du Congrès de la SFLS qui s’est déroulé à Reims. Dans un communiqué, l’association revient sur les enjeux de l’allègement, notamment dans la dimension qualité de vie des personnes. « La prise en charge des personnes vivant avec le VIH, globale et multidisciplinaire, se fait au sein de l’hôpital public, en lien avec le médecin généraliste. Cette prise en charge s’inscrit dans un parcours de soins qui concerne l’ensemble des services de l’hôpital et pour qu’elle soit globale, prend en compte les conditions de vie des personnes vivant avec le VIH afin de garantir un succès thérapeutique », note l’association, qui développe une analyse critique sur le fonctionnement de la santé. Et Act Up Sud-ouest d’expliquer : « Les problèmes que rencontrent les [personnes usagères] dans leur parcours de soins (allant jusqu'au renoncement aux soins pour certain-e-s dus à l’augmentation des restes à charge) et l’hôpital public ont pour origine l’application de politiques de santé qui, depuis des dizaines d’années, a pour but de privatiser notre système de santé solidaire en s’attaquant à la sécurité sociale ». « Ces politiques, en complément de la casse de l’hôpital public, sont appliquées directement dans la lutte contre le sida par les agences régionales de santé, comme en Occitanie, qui suppriment les financements aux actions associatives permettant d’accompagner les personnes vivant avec le VIH et de lutter contre les inégalités sociales de santé au prétexte qu’elles n'ont pas vocation à financer le social ». « Aujourd’hui, si l’ensemble des acteurs et des actrices de la lutte contre le sida veut maintenir et/ou améliorer la qualité de la prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH, il va falloir lutter pour sauver la sécurité sociale et revenir à ses principes fondateurs. Aujourd’hui, pour éviter la mise à mort de la sécurité sociale, c’est tous et toutes, ensemble, que nous devons agir, car seul-e-s nous serons tous et toutes perdant-e-s !», conclut Act Up Sud-ouest.