Amnesty dénonce les pays riches

16 Avril 2021
127 lectures
Notez l'article : 
0
 

Amnesty International a appelé mercredi 7 avril la communauté internationale à corriger le tir « immédiatement », face à la main basse des pays riches sur les vaccins contre la Cobdi-19. Dans son rapport 2020/2021, l'ONG de défense des droits humains dresse un bilan sévère d'une année chamboulée par la pandémie de Covid-19 : chacun pour soi généralisé pénalisant les plus fragiles et aggravant les inégalités, accentuation de la répression dans certains pays sous des motifs sanitaires, etc. « La pandémie a jeté une lumière crue sur l'incapacité du monde à coopérer de manière efficace et équitable », a souligné, en préambule, la Française Agnès Callamard, nommée fin mars secrétaire générale de l'organisation, souligne l’AFP. « Les pays les plus riches ont établi un quasi-monopole sur les approvisionnements en vaccins dans le monde, laissant les pays avec le moins de ressources confrontés aux pires conséquences en matière de santé et de droits humains, et donc aux perturbations économiques et sociales les plus longues », a-t-elle ajouté. Amnesty appelle donc à « œuvrer immédiatement pour accélérer la production et la livraison de vaccins pour tous ». « C'est le test le plus fondamental, même rudimentaire, de la capacité du monde à coopérer ». La moitié des quelque 680 millions de doses administrées dans le monde l'ont été dans des pays à « revenu élevé » au sens de la Banque mondiale (16 % de la population mondiale), tandis que les pays à « faible revenu » (9 % de l'humanité) ne concentrent que 0,1 % des doses injectées, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de données officielles.