AP-HP : Martin Hirsch fait ses vœux pour 2014

9 Février 2014
1 367 lectures
Notez l'article : 
0
 

Comme de nombreuses personnalités, Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, a prononcé un long discours de vœux pour 2014. Sans doute parce que c’est le premier du genre qu’il prononce (il est arrivé il y a seulement quelques mois) et que l’année 2014 sera cruciale pour lui et pour l’institution qu’il dirige. Sans trop ni tout détailler, on peut retenir de ce discours une philosophie générale sur la question des pouvoirs. Cela donne des formules comme celle-ci : "Notre pouvoir se mesure juste à l’aune de notre capacité collective à transformer dans des délais normaux nos intentions en actes". Martin Hirsch y explique aussi que la gestion de l’AP-HP : "C’est comprendre que les contraintes qui pèsent sur nous sont indéniables, mais qu’elles ne doivent pas dicter nos choix médicaux, car notre devoir est de les surmonter pour qu’elles ne nuisent pas aux patients et à une haute conception de la médecine". Il explique ce qu’est, à ses yeux, la principale responsabilité de sa fonction : "Mon rôle se résume peut‐être à cela. Pouvoir garantir à tous, que l’accès aux soins justifié par leur état de santé soit le même en qualité et en délai, quelle que soit leur situation sociale, financière et administrative. En un mot, rendre aussi faible que possible la perte de chances, pour tous". Et de là découle sa "feuille de route" pour 2014. C’est par exemple : "La lisibilité dans l’offre de soins, et la possibilité pour tous de se repérer dans l’Assistance Publique pour que le parcours en notre sein ne relève pas du jeu de piste ; cela passera par de nouvelles relations avec la médecine de ville et par la mise en place avant la fin de l’année d’un nouveau site Internet, mais aussi par un projet ambitieux pour l’Hôtel Dieu, centre historique de l’Assistance Publique, qui peut devenir un point central pour l’avenir de l’Assistance Publique". Ce sont aussi "des urgences pleinement intégrées dans le projet médical des groupements hospitaliers" (….) ; "Une organisation des rendez‐vous et des consultations qui (…) allie rapidité et fiabilité" ; "Un développement de l’ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile, pour laquelle nous avons des objectifs ambitieux", etc. Par ailleurs, directeur général de l’AP-HP a fait un développement sur la démocratie sanitaire. "La démocratie sanitaire commence dans le dialogue social, qui, dans mon esprit, en fait intégralement partie. (…) Nous devons également avoir une vision large de nos "usagers". Il y a ceux qui les représentent, les élus des collectivités territoriales et les parlementaires, ceux qui siègent dans nos instances, à travers les associations de patients. Il y a la population. Nous ne devons pas avoir peur du débat public. Nous devons, au contraire, l’encourager. Je serai volontaire pour que l’AP‐HP soit à la pointe de l’application des orientations, inspirées du rapport de Claire Compagnon, sur la place des usagers dans le système de soins. Et nous organiserons, au mois de juin, des journées "portes ouvertes" de l’AP‐HP, pour mieux faire partager l’ensemble des facettes de nos activités".