Appel associatif pour l'autorisation des soins funéraires

26 Juin 2016
2 383 lectures
Notez l'article : 
0
 

Pour le Candlelight day 2016 en France, journée en hommage aux personnes disparues qui vivaient avec le VIH, plusieurs associations et militants se sont réunis pour un temps de mémoire. Après cette commémoration, Act Up-Paris a dénoncé les conditions législatives françaises des soins de conservation pour les personnes séropositives décédées. En 2016, les personnes séropositives sont toujours interdites de soins de conservation. Dans la loi Santé, un article concerne ces soins. Si Marisol Touraine a soutenu une version permettant de les réaliser dans des lieux dédiés, à l'hôpital ou dans les chambres funéraires des thanatopracteurs, condition expresse pour lever l'interdiction aux personnes séropositives, les parlementaires en ont décidé autrement. En effet, ils laissent la décision finale du lieu de pratique contrairement aux divers rapports de l'Inspection générale des affaires sociales, de l’Inspection générale de l’administration, du Haut conseil de santé publique, du Conseil national du sida et des hépatites virales et du Défenseur des droits. Dans cet appel, les associations (1) rejoignent les revendications d’Act Up-Paris et demandent aux acteurs de cette voie réglementaire : "De prendre au plus vite les positions qui relèvent de leur responsabilité" ; "De demander à la Direction générale de la santé d’inclure dans ses actuelles consultations les associations de malades et de lutte contre le sida en plus du TRT-5. A ce jour, ils sont les seuls à avoir été conviés à rendre un avis sur le décret obligeant les thanatopracteurs à se faire vacciner contre l'hépatite B" ; "D’être consultés sur l'autre décret, établissant les conditions de pratique de ces soins de conservation" ; "De faire paraître les deux décrets d'application de la loi de modernisation du système de santé portant sur les soins de conservation". "Cette discrimination inacceptable ne doit plus perdurer. Seule la voie réglementaire peut y mettre fin. Nous demandons solennellement au gouvernement (…) de décider d'une version finale de ces décrets répondant aux exigences du Haut conseil de santé publique permettant enfin la réalisation des soins de conservation sur les personnes séropositives dans la dignité due à chacun et chacune", concluent les associations signataires de l’appel.

(1) : Acceptess-T,  Actif santé,  Action sida Martinique,  Actions Traitements,  Act Up-Paris, AIDES,  Aiutu Corsu, Les amis du bus des femmes,  Arap rubis,  Autres regards, Bi’Cause,  Comité des familles, Elus locaux contre le sida, Envie, Fédération LGBT, Groupe SOS solidarités, Arcat, HF Prévention, Institut Alfred Fournier, Inter-LGBT, Le 190, Le planning familial, Le Tipi, ORTrans, Pari-T, Relais VIH, Sidaction, SIS, Sol en si et SOS Homophobie.