ARS et Corevih : une instruction fixe le cadre de travail

14 Juin 2018
1 926 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’instruction (1) concernant les Corevih (comités de coordination de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le virus de l’immunodéficience humaine) a été publiée en avril dernier. Ce texte réglementaire a été rédigé par les services de la Direction générale de la Santé (DGS) et de la Direction générale de l’Offre de soins (DGOS) après concertation avec les ARS et les Corevih. Il s’adresse aux directrices et directeurs des agences régionales de santé (ARS). Il fixe le cadre d’action des ARS vis-à-vis des Corevih. Outre le cadre général, cette instruction donne aux ARS des précisions sur "l’extension du champ d’action et des missions des Corevih aux infections sexuellement transmissibles dans une approche globale de santé sexuelle". Y sont aussi précisés les modalités de la gouvernance régionale, les moyens financiers alloués et ce que doit comporter le rapport d’activité d’un Corevih. Ces instances doivent notamment contribuer aux priorités de plusieurs axes de la stratégie nationale de santé sexuelle (SNSS). Elles doivent "améliorer le parcours de santé en matière d’IST : prévention, dépistage, prise en charge" (axe II de la stratégie nationale de santé sexuelle). Elles doivent se consacrer "aux réponses aux besoins spécifiques à apporter aux populations les plus vulnérables aux VIH et IST" (axe IV). Elles doivent se consacrer "à la prise en compte des spécificités de l’outremer pour mettre en œuvre l’ensemble de la stratégie de santé sexuelle" (axe VI). "Les Corevih doivent contribuer à ce que l’épidémie de sida cesse d’ici 2030 et faire en sorte qu’au moins 95 % de l’ensemble des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, qu’au moins  95 % des personnes qui connaissent leur séropositivité au VIH reçoivent un traitement antirétroviral et qu’au moins 95 % des personnes sous traitement aient une charge virale durablement indétectable d’ici 2020". Les agences régionales de santé ont surtout pour mission de décliner lastratégie nationale de santé sexuelle  (SNSS) dans les projets régionaux de santé (PRS). L’instruction indique : "Le projet régional de santé (PRS) est arrêté par le directeur général [ou la directrice générale, ndlr] de l’agence régionale de santé (ARS) pour cinq ans (1). Les priorités de la stratégie de santé sexuelle ont vocation à être déclinées au niveau régional, en prenant en compte les spécificités des territoires, dans le cadre du schéma régional de santé, sur la base du diagnostic territorial partagé réalisé par l’ARS". L’instruction rappelle, par ailleurs, que le Corevih "n’est pas un opérateur direct auprès des usagers. Il coordonne les actions menées par les différents acteurs afin d’en améliorer la complémentarité et la cohérence et afin d’assurer la diffusion des bonnes pratiques". En matière de financement, il est indiqué que "les ARS fixent les montants des crédits attribués au(x) Corevih de la région considérée, unique ou pluriel suivant le découpage territorial retenu en tenant compte des éléments de modélisation figurant à titre indicatif dans le guide méthodologique des MIG [missions intérêt général des établissements de santé, ndlr] de la circulaire N°DGOS/R5/2013/57 du 19 février 2013."

(1) :  Le cadre d’orientation stratégique (COS) d’un PRS est arrêté pour 10 ans, un schéma régional de santé (SRS) qui en est la déclinaison opérationnelle est renouvelé tous cinq ans. Instruction n° DGOS/R4/DGS/SP2/2018/94 du 5 avril 2018 relative à la compétence territoriale et au fonctionnement des comités de coordination de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le virus de l’immunodéficience humaine (Corevih).

Commentaires

Portrait de IMIM

"Elles doivent "améliorer le parcours de santé en matière d’IST : prévention, dépistage, prise en charge" (axe II de la stratégie nationale de santé sexuelle). Elles doivent se consacrer "aux réponses aux besoins spécifiques à apporter aux populations les plus vulnérables aux VIH et IST" (axe IV)."

Extrait Rapport Activité 2009
• Analyse du travail des Corevih en fonction de leurs missions – coordination des acteurs – amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients, d ’évaluation et d ’harmonisation des pratiques – analyse des données médico-épidémiologiques

C'était déjà parmi leurs missions il y a 10ans,  lors de leur création !
Il serait temps de se mettre au taf et d'arreter de voir le verre à moitié plein quand vous avez déjà bu l'autre moitié, la vide ! mdr

Beaucoup de frais de fonctionnement pour pas grand chose ! C mon avis C tout