ARV : le Cameroun se lance dans la production

10 Mai 2012
5 113 lectures
Notez l'article : 
0
 
drapeau_cameroun_0852011517.png

Autonome ! Le Cameroun entend franchir une étape significative dans ses efforts de lutte contre le VIH/Sida en produisant, dès cette année, ses propres médicaments antirétroviraux, indique l’agence de presse chinoise Xinhua (23 avril). Et cela dans le but de rendre les soins plus accessibles aux personnes vivant avec le VIH grâce à un partenariat entre une entreprise pharmaceutique industrielle locale, Cinpharm, déjà engagée dans la fabrication de médicaments génériques et un laboratoire allemand 1A Pharma Gmbh. Il faut dire que les besoins en traitements sont très importants dans ce pays puisque quelque 120 000 personnes sont sous antirétroviraux sur un total d'environ 570 000 personnes vivant avec le VIH. En 2011, le gouvernement camerounais annonçait des dépenses de 12 milliards de francs CFA (24 millions de dollars) pour l'achat de ces médicaments, indique Xinhua. Compte tenu de la diversité des souches virales présentes dans le pays, huit protocoles de traitement sont en vigueur. "C'est très, très difficile de gérer en même temps huit protocoles. C'est ce qui peut entraîner, pour certains protocoles, des tensions à un moment donné", expliquait en décembre dernier le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda. Afin de mieux répondre aux impératifs, les autorités ont choisi d'encourager les initiatives de production locale de médicaments y compris en développant des partenariats internationaux. "Nous souhaitons avec notre partenaire mettre tout en œuvre pour qu'au cours de l'année 2012 nous puissions être à même de mettre sur le marché les premiers antirétroviraux made in Cameroun qui devraient respecter la qualité", a déclaré le PDG de Cinpharm, lors d’une récente conférence de presse. En novembre 2011, le ministre de la Santé publique expliquait quels étaient les coûts des traitements dans son pays : "Les traitements antirétroviraux sous forme générique que nous avons, coûtent entre 7 500 et 10 000 francs CFA [de 12 à 15 euros ] au maximum par mois et par individu. C'est ça le traitement mensuel. Ce qui veut dire qu'en un an, ça représente par individu dans l'ordre de 100 000 à 120 000 francs [de 152 à 183 euros]". "Il faudrait aujourd'hui pousser la réforme de la mise à disposition de ces médicaments de telle manière que ceux qui peuvent se le payer puissent l'acheter et que ceux qui n'ont pas la possibilité l'Etat leur offre", défend de son côté le PDG de Cinpharm. Le Cameroun a enregistré une progression encourageante en passant à une séroprévalence de 4,8 % pour une population totale de 20 millions d'habitants, contre 5,5 % en 2004.

 

Commentaires

Portrait de kwik

Comment peuvent ils réduire les frais à ce point ? :o Je me doute que ce ne sont pas les molécules auxquelles ont a accès dans les pays occidentaux mais je trouve ça juste quand même étonnant de pouvoir produire des ARV à 12 ou 15 euros :o