Asile : du neuf

29 Janvier 2022
422 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’agence européenne pour l’asile, chargée d’aider les pays de l’UE à accueillir les personnes en quête de protection et à traiter leurs dossiers, a vu son mandat renforcé le 18 janvier dernier. L’ancien Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO), actif depuis 2011, a été rebaptisé Agence de l’Union européenne pour l’asile (EUAA), et dispose d’un budget de 172 millions d’euros pour 2022, contre 142 millions en 2021 - et 16 millions en 2015. Le nouveau mandat, sur lequel les eurodéputés-es et les États membres étaient tombés-es d’accord en juin 2021, permet à l’agence d’envoyer plus rapidement ses experts-es dans les pays qui la sollicitent pour faire face à une pression migratoire. Elle va disposer d’une réserve de 500 experts-es mis-es à disposition par les États membres. L’agence est engagée sur le terrain dans huit pays : la Belgique, Chypre, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie et Malte. Elle y a déployé quelque 2 000 personnes, dont des interprètes, pour l’enregistrement des demandes d’asile, et fournit parfois aussi un soutien matériel, comme des conteneurs destinés à héberger les demandeurs-ses en Belgique, précise l’AFP. Le Pacte sur la migration et l’asile, présenté en septembre 2020 par la Commission européenne, bute sur les divisions persistantes entre les Vingt-Sept sur la répartition des demandeurs-ses d’asile arrivant dans l’UE. Quelque 65 400 demandes d’asile ont été déposées dans l’Union européenne (plus la Suisse et la Norvège) en octobre 2021, selon les derniers chiffres de l’agence. S’il s’agit de la première baisse après cinq mois de hausse continue, l’agence note que le niveau actuel correspond « à peu près » à celui observé juste avant mars 2020. Cette année-là, les restrictions liées à l’apparition de la pandémie de coronavirus avaient fait chuter d’un tiers les demandes d’asile dans l’UE.