Autotests, en pharmacies le 15 septembre 2015

10 Septembre 2015
5 088 lectures
Notez l'article : 
0
 

Ils avaient été annoncés en 2013 par la ministre de la Santé. Ils devaient être mis en place fin 2014. Finalement, la vente des autotests de dépistage du VIH sera effective le 15 septembre prochain. Ils sont fabriqués et commercialisés par la société AAZ. A cette date, les autotests ne seront commercialisés qu’au sein des pharmacies (et sur leurs sites Internet agréés). Il n’y a pas d’obligation pour les pharmacies de les vendre, seules celles qui sont volontaires le feront. Par ailleurs, un accès gratuit se fera dans les CeGIDD puis dans les associations habilitées pour la réalisation des Trod (tests rapides d’orientation diagnostique), dans le cadre du projet de loi de Santé. Comme l’explique "Jim" ("Journal international de médecine"), les pharmaciens d’officine se préparent depuis des semaines à la dispensation des autotests. De leur côté, les pouvoirs publics, la Haute autorité de santé (HAS) notamment, ont publié des documents d’accompagnement pour les professionnels de santé. Le ministère de la Santé et des syndicats d’officines se sont mis d’accord pour recommander aux pharmaciens de recevoir les personnes souhaitant acheter un test de dépistage au sein d’un espace de confidentialité. Des conseils concernant la transmission des maladies sexuellement transmissibles et l’utilisation du test pourraient ainsi être dispensés. Reste que la taille de nombreuses pharmacies ne permettra pas la création d’un tel espace confidentiel. Il n’en demeure pas moins que l’Union nationale des pharmaciens de France (UNPF) a comme projet la mise en place "d’entretiens pharmaceutiques rémunérés concernant la contraception, le VIH et les IST afin de pouvoir prendre en charge et orienter les patients qui ne se rendent pas chez leur médecin". Une idée qui ne semble pas à l’ordre du jour du ministère de la Santé, note "Jim". Outre la vente des autotests, il revient aux pharmacies de délivrer les collecteurs de déchets d'activités de soins à risque infectieux (Dasri) pour récupérer les aiguilles ou lancettes usagées. Les collecteurs devront être rapportés à la pharmacie par les personnes qui ont utilisé l’autotest.