AVC: Bachelot a un plan

9 Novembre 2008
2 571 lectures
Notez l'article : 
0
 
docteur_france.png

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a annoncé le 29 octobre sa volonté de mettre en place une filière de soins dédiée au traitement des accidents vasculaires-cérébraux (AVC), avec la création de vingt nouvelles unités spécialisées d'ici fin 2008. Cette filière de soin comprendra les "différentes phases de prise en charge" des AVC allant de "l'urgence jusqu'à la réadaptation", a annoncé la ministre en conseil des ministres. En France, 150 000 personnes, dont un quart de moins de 65 ans, sont victimes chaque année d'un AVC. C'est la troisième cause de mortalité et la première cause de handicap chez l'adulte.

 

Commentaires

Portrait de Traitdunion

Bien sûr il doit avoir un intérêt pour les personnes atteints du VIH cette mesure , le brèves doit être nourrit . Allez plus d'infos !
Portrait de seanaque

La prévention primaire des accidents vasculaires cérébraux passe d’abord par une bonne hygiène de vie Publié le 27/10/2008 Dans les pays industrialisés, les accidents vasculaires cérébraux (AVC), en dépit du traitement de l’hypertension artérielle essentielle, conservent une place de choix parmi les grandes causes de mortalité. Aux Etats-Unis, ils occupent le 3ème rang, mais leurs méfaits s’expriment également par une morbidité élevée, notamment au travers du handicap et de ses conséquences socio-économiques, la récupération fonctionnelle étant rarement complète. Dans ce contexte, la prévention primaire est indéniablement la solution thérapeutique optimale. A cet égard, une bonne hygiène de vie est indispensable, d’autant plus qu’elle est relativement facile à mettre en place et peu onéreuse, comparativement aux stratégies de prévention secondaire. L’arrêt du tabagisme chronique, une alimentation saine et équilibrée, la lutte contre la sédentarité, la pratique d’une activité physique régulière, le maintien d’un poids corporel optimal sont autant de mesures prophylactiques qui devraient diminuer considérablement le risque d’AVC, sans oublier le contrôle strict d’une éventuelle HTA. Les résultats d’une étude de cohorte prospective, en l’occurrence la HPFS (Health Professionals Follow-up Study) et la NHS (Nurses’Health Study) illustrent clairement le propos. La première a inclus 43 685 hommes et la seconde 71 243 femmes. Les habitudes alimentaires et les autres facteurs de risque liés au mode de vie ont été pris en compte, grâce à des autoquestionnaires régulièrement remplis par les participants. L’hygiène de vie optimale a été définie selon les 5 critères suivants : absence de tabagisme, index de masse corporelle
Portrait de seanaque

Roselyne Bachelot , titulaire du portefeuille a outre la santé hérité de la tutelle sur la jeunesse, les sports et la vie associative et de l'autorité qui va avec sur le secrétaire d'Etat Bernard Laporte.

Piètre lot de consolation car en fait la véritable consécration est dans ce domaine est d'obtenir la tutelle élargie sur les sujets de santé et ....sur leurs financements.

Peu de ministre ont obtenu ce privilège le dernier en date étant Xavier Bertrand après Philippe Douste Blazy . Mais l'ancienne pharmacienne d'Angers a dû abandonner la responsabilité des comptes à son collègue Eric Woerth lequel prend un malin plaisir à montrer lorsqu'ils tiennent des conférences de presse communes qu'il est "le vrai patron" et notamment quand il est question d'organiser la maîtrise.

Ce qui n'infère évidemment pas que Mme Bachelot serait sans prise sur le système. Au contraire elle est officiellement chargée de faire voter la loi HPST ( hopital , patients , santé , Territoires ) dont le projet a été accepté apr le conseil des menistre il y a quelques jours et abusivement présentée comme la pièce maîtresse d'une réforme concue treize ans après celle mis en place par le gouvernement d'Alain Juppé ; qui ignore la question essentielle du ....financementet et qui ne laissera sans doute dans l'histoire que le souvenir des ARS ( agence régionnale de la santé ).

Portrait de seanaque

L'ère Sarkozy a introduit une garade nouveauté dans la gouvernance de la santé : la majeure partie des arbitrages , ordinairement dévolus à Matignon, arrivent désormais à l'Elysée. Où oeuvre dans la proximité du chef de l'état , le véritable homme orchestre de la politique de santé et de son financement, M.Raymond Soubie, qui est l'ancien conseiller social de Jacques Chirac en 1974 puis de Raymond Barre, industriel et consultant dans le privé, homme d'influence et surtout "tisserand" de la réforme des retraites de 2003 dans l'ombre de François Fillon au ministère du travail. Pas un secret n'échappe à cet homme là qui est connu entre autre pour avoir inspiré la réforme de la représentativité syndicale votée ces derniers mois au parlement.
Portrait de seanaque

detenteur du brevet de fabrication du rTPA pour l Europe ( propriete de Genentech ) Accidents vasculaires cérébraux : le plus souvent ischémiques Les AVC sont ischémiques dans environ 80 % à 85 % des cas, dus à une hémorragie intracérébrale dans environ 5 % à 15 % des cas, et à une hémorragie méningée dans environ 5 % des cas. Un an après l'accident, la moitié des patients sont décédés ou restent invalides. Après un AVC, il existe un risque de récidive, plus élevé dans les premières semaines le bilan initial Le diagnostic d'AVC repose sur le scanner en urgence, et parfois sur l'IRM avec séquence de diffusion, en cas de symptômes minimes ou de signes de localisations multiples. Le bilan initial vise à rechercher des diagnostics différentiels, à détecter des affections associées, et à évaluer le risque de récidives. En cas d'hémorragie, l'artériographie est à discuter surtout pour les patients jeunes le traitement medicamenteux a la phase aigue L'aspirine seule évite environ 5 décès pour 1 000 patients traités. L'héparine non fractionnée à faible dose est associée à l'aspirine, dans certaines situations (fibrillation auriculaire avec valvulopathie, etc.), en dehors desquelles l'héparine réduit le risque de récidive, mais augmente le risque de transformation hémorragique, sans effet sur la mortalité. Il n'est pas certain que la balance bénéfices-risques d'un traitement thrombolytique soit favorable. Un antihypertenseur paraît justifié si la pression artérielle dépasse 200-220/120 mm Hg en cas d'AVC ischémique, ou 180-185/105-110 mm Hg en cas d'hémorragie intracérébrale ou d'AVC ischémique avec traitement thrombolytique prévu, ainsi qu'en cas de complications cardiaques. Il vaut mieux éviter d'abaisser brutalement la pression artérielle