Avez-vous été discriminé au travail ?

28 Octobre 2010
1 920 lectures
Notez l'article : 
0
 
discrimination_v.png

Avez-vous annoncé votre séropositivité au boulot ? Comment ont réagi vos collègues ? Avez-vous demandé un aménagement de poste ? Une journaliste pour un magazine spécialisé dans les secteurs de la banque, finance, gestion, assurance prépare actuellement un article sur le maintien dans l'emploi des salariés handicapés ou malades, et souhaite des témoignages sur le sujet. N'hésitez pas à la contacter à cette adresse (delattre.sarah-at-gmail.com). Par ailleurs, la question de l'emploi est mis au premier plan sur le site au mois de novembre, avec tout un programme chat - et un appel à mobilisation donc, lancé aux seronautes et syndicats - sur les discriminations en milieu de travail, aménagements de poste, revenus et retraites. 

 

 

Commentaires

Portrait de nathan

Si on n'est pas trader ni lecteur de Liaisons sociales ou de l'Usine nouvelle mais juste séropo, peut-on aussi contacter la journaliste ?

Portrait de titof69800

je suis sans emploi aujourd'hui j'ai préféré demander une rupture conventionnelle qu'affronter les personnes qui ont été informées sur ma vie privée et qui ne devaient surtout pas l'etre.Comment imaginer cela possible en 2010? ma petite histoire je vais essayer d'être clair.. je travaillais dans un service de soins à domicile depuis 2003; bien noté par ma hierarchie au fil des ans je suis même devenu un des piliers de mon équipe. j'ai appris ma seropositivité et me retrouvant seul à l'époque face à se problème j'en ai parlé à ma direction et qq uns de mes collègues. je n'imaginais pas que du personnel soignant puisse un jour faire du mal avec cette information... Petite parenthese au sujet de mon employeur qui en face n'y voyait pas d'inconvénient mais qui m'a fait comprendre un jour lors d'un appel d'offre pour un poste à responsabilité que ma candidature ne pourrait être retenue de crainte d'une agravation de mon état de santé... il y a un petit peu plus d'un an, une personne de mon équipe (nous étions 6 dont 3 au courant pour moi) a une première fois annoncé à un de mes patients souffrant de schyso mon statut sérologique. Pour ceux qui connaissent la pathologie psy imaginez combien il m'a été difficile de gerer cela quand je l'ai pris en pleine face! Réaction de ma direction: convocation de l'équipe pour parler du probleme sans chercher de qui emmanait l'info d'où aucune sanction! cette année, au mois de juillet, cela c'est reproduit chez un autre patient (bien entendu celui à qui il ne fallait surtout pas le dire!) Cela m'a conduit à l'impossibilité d'affronter ce patient pour devoir m'expliquer, m'excuser ou me justifier.... deux mois d'arret maladie à négocier mon départ avec grande difficulté vu la période estivale et les congés de ma direction qui bien entendu a préféré partir en vacances tranquillement et gérer se problème au retour. j'ai tout de même obtenu mon droit à la rupture conventionnelle avec 2500€ de prime pour 8 ans de bons et loyaux services! ça m'a servi à règler mes retards et dettes dûs à ma perte de salaire pour arret maladie. après mon départ, la direction a convoqué ma collègue qui a trop parlé et l'a licencié. je n'ai pas eu cette information par la direction bien entendu ils font l'autruche. j'ai pris le temps de bien y reflechir et ne pas m'emballer sur le coup de la colere mais ma decision est prise maintenant, cette situation n'est pas normale et je tiens à faire valoir mes droits Si vous avez des conseils je suis preneur titof
Portrait de frabro

Titoff je viens de lire ton billet avec attention. Bien sûr je n'ai pas tous les éléments et notamment les raisons invoquées pour la rupture conventionnelle, ni si celle-ci s'est faite à ta demande où à celle de ton employeur. Sache toutefois qu'il est toujours possible de faire un recours aux Prud'hommes dans l'année qui suit la rupture conventionnelle, si l'on estime avoir été poussé à celle-ci par une situation de harcèlement comme ça semble être ton cas. En aucun cas l'état de santé ne peut être invoqué pour refuser une promotion si la personne est en capacité d'assumer les responsabilités et possède les compétences professionnelles nécessaires. Mais il est bien difficile de prouver que c'est la connaissance de la séropositivité qui a justifié la décision de ton employeur, car je suppose que rien n'a été écrit et rien n'a été dit devant témoins ? Réfléchis bien quand même avant d'engager quelque procédure que ce soit, cela demande beaucoup d'énergie et les chances d'aboutir à un résultat intéressant pour toi ne sont pas garanties. Bon courage quoiqu'il arrive ! François
Portrait de nathan

L'action aux prud'hommes est très majoritairement favorable aux salariés. Une très connue association de lutte contre le sida en sait quelque chose puisque la plupart des actions de ses salariés aux prud'hommes se sont soldées en faveur de ces salariés. Dans le cas d'un risque de licenciement lié à une cause qui ne semble ni réelle ni sérieuse, c'est la procédure qu'il faut toujours privilégier même si les délais sont longs, 9.9 mois en moyenne pour les dossiers les plus simples. La rupture conventielle n'est pas du tout adpatée à des situations liées à une forme de discrimination. La rupture conventionnelle est adpatée à des situations où le salarié a d'autres projets professionnels et où son employeur ressent une baisse de motivation de son salarié, notamment. Elle a été conçue pour éviter les faux licenciements pour faute notamment ou les démissions déguisées en licenciements pour ne pas encombrer les juridictions compétentes.

Certes l'action aux Prud'hommes ne permet que rarement la réintégration dans l'emploi, surtout dans une situation comme celle décrite ci-dessus  mais permet d'btenir des indemnités bien plus conséquentes.

Bien sûr, pour une rupture conventionnelle, dans un délai de 12 mois, il est possible de dénoncer l'homologation mais dans ce cas toute la procédure est allongée d'au minimum de 9.9 mois, et plus souvent dans le cas de licenciements liés à une discrimination, il faut compter sur des durées > 24 mois et sont souvent suivies d'actions en appel, voire en cassation. J'ai évoqué un de ces cas sur le forum consaré à l'homophobie.