Baisse des génériques : Etienne Caniard dénonce

27 Septembre 2012
3 337 lectures
Notez l'article : 
0
 
etienne_caniard.jpg

Le gouvernement veut aligner le niveau de consommation des génériques sur celui des autres pays européens. Comme le rappelle le "Journal du Dimanche" (9 septembre) : "En Grande-Bretagne ou en Allemagne, les médicaments princeps, c’est-à-dire de marque, sont "substitués" dans trois cas sur cinq par des génériques (…) En France, dans seulement un cas sur quatre. En 2011, les ventes de génériques ont baissé". Le journal a demandé à Étienne Caniard, président de la Mutualité française, sont point de vue sur ce phénomène et ce qu’il pense de la politique coercitive adoptée par le gouvernement dans ce domaine. "C’est uniquement en raison du poids de l’industrie pharmaceutique et de son influence dans le monde médical et politique que nous connaissons cette situation unique en Europe", explique Etienne Caniard. Il estime que les laboratoires "sont les premiers responsables. Un exemple : les labos fournissent souvent leurs produits dans les hôpitaux à des prix très bas et parfois les distribuent même gratuitement, une spécificité nationale. Et lorsqu’un patient sort avec une ordonnance, il est fréquent que le médecin reconduise la prescription sans se poser de question". Etienne Caniard explique aussi que les médicaments génériques sont "très fiables. Certaines spécialités dont les marges thérapeutiques sont étroites, comme dans le cas des traitements thyroïdiens, ne doivent pas être substituées. Elles ne le sont pas. Mais dans 90% des cas, il n’y a aucune différence".
 

 

Commentaires

Portrait de alsaco

- Etienne Caniard explique aussi que les médicaments génériques sont "très fiables. Certaines spécialités dont les marges thérapeutiques sont étroites, comme dans le cas des traitements thyroïdiens, ne doivent pas être substitués - Etienne CONIARD =========il y a aussi les traitements cardio - vasculaireq qui ne doivent pas être subsitués Médicament a LIBERATION PROLONGEE ce qui n 'est pas possible avec les Génériques ========== - Elles ne le sont pas. Mais dans 90% des cas, il n’y a aucune différence".- Etienne CONIARD ======donc 90% de fiabilité et les autres 10 % ???? =======
Portrait de KRIS3

C'est au médecin préscripteur de faire son métier vis-à-vis du trou de la sécurité sociale et d'en réduire le coût en donnant des médicaments génériques ! et peut-être à la sécurité sociale d'obliger les médecins à avoir un minimum de 50% de génériques à préscrire automatiquement ! Mais vous me direz , les personnes âgées ayant l'habitude de leurs médicaments , mettent la pression sur leurs médecins pour obtenir le médicament de marque qu'ils souhaitent , totalement indifferents aux économies à faire auprés de la sécurité sociale ! Personnellement , je les appelle la génération ''aprés moi le déluge" !! Pourquoi n'arrivons-nous pas en France à faire préscire comme aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne , les traitements avec conditionnements uniques et le nombre exact de gélules pour le traitement. Nous savons tous que des millions d'Euros de médicaments sont détruits de part le fait de leurs conditionnement inadaptés . Les génériques non préscrits systématiquement ajoutés à cela , les arrêts de maladies de complaisance , les '' moi-j'ai-droit-alors'' qui prennent les ambulances individuellement comme on prend un taxi , les séjours en Thalassothérapie pris en charge à 100% pour les retraités aisément pensionnés , tout ça me fatigue !!! A quand la disparition de ces sangsues ?

Tant que le gouvernement ne tapera du poing sur la table , l'industrie pharmaceutique et tous ceux qu'elle maintient sous sa coupe , plombera la sécurité sociale qui elle même ne se donne pas les moyens de se faire respecter !! Cercle vicieux ! Le système va-t-il s'écrouler de l'intérieur ?

Portrait de KRIS3

Santé. Publié le 31/08/2012 à 08:00 . Journal Le progrés Un pharmacien sanctionné pour n'avoir assez vendu de médicaments Une pharmacie des Deux-Sèvres s’est vue déconventionnée pour un mois, une sanction infligée par l’assurance maladie pour n’avoir pas délivré suffisamment de médicaments génériques. C'est la première fois que l'officine sanctionne un pharmacien pour une infraction de ce genre. La pharmacie située à Airvault, dans la région de Niort, s’est vu notifier en juillet qu’elle serait déconventionnée et ne pourrait appliquer aux clients le tiers-payant, dispensant les assurés sociaux de faire l’avance des frais. Sauf si elle embauche un pharmacien remplaçant, lui conventionné. «D’après ce que je sais de source syndicale, nous sommes les premiers. Ils ont voulu faire un exemple», a indiqué à l’AFP la co-gérante, Jacqueline Girardeaux, qui entend faire appel auprès du Tribunal des affaires sanitaires et sociales. Mme Girardeaux, confirmant une information du Courrier de l’Ouest, a expliqué avoir été mise en garde par sa Caisse d’assurance maladie mi-2011, et s’être vue alors fixer un objectif de 60% de génériques pour la fin 2011. Elle n’a pu atteindre que 50%. La Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) des Deux-Sèvres a confirmé la que les pharmaciens mis en cause «n’ont pas appliqué l’accord conventionnel du tiers-payant générique». «Le taux de distribution de médicaments génériques dans l’officine incriminée se situe de 30 à 50% alors que la majorité de la profession dans le département affiche des taux compris entre 75 et 80 %», a déclaré au Courrier de l’Ouest Julien Bouchereau, responsable régulation-juridique de la CPAM locale. «C’est injuste et de mauvaise foi», estime Mme Girardeaux, qui dit avoir fait son possible mais assure que de nombreux médécins prescrivent des médicaments «non substituables». La pharmacienne a assuré ne pas être contre les génériques «mais pour délivrer des génériques de qualité». Elle a jugé qu’il y a actuellement «un retour de bâton, car on a +génériqué+ un peu tout et n’importe quoi, et on s’aperçoit qu’il y a des problèmes». L’assurance maladie tente d’enrayer la baisse de consommation des génériques, tendance qui a vu le taux de substitution des médicaments originaux (princeps) par des génériques stagner autour de 72% en avril, après avoir atteint 79% en 2010. L’Académie nationale de médecine a nourrit la controverse en février en soulignant que le générique n’était «pas la copie conforme» de l’original. http://www.leprogres.fr/france-monde/2012/08/31/un-pharmacien-sanctionne...
Portrait de KRIS3

Defintion du médicament générique par l'association de consommateurs bien connu ''Que choisir '' http://www.quechoisirmarseille.fr/medicament-generique.php La consommation des médicaments génériques repart à la hausse Vendredi 03 Août 2012 En frappant les consommateurs au porte-monnaie – ceux qui refusent la substitution des médicaments génériques au princeps se voient refuser l’accès au tiers payant et doivent donc effectuer l’avance de frais -, la chute de la consommation de génériques semble enrayée. L’objectif de 85 % de taux de substitution à la fin de l’année ne semble plus inatteignable. Le défi est d’importance pour les comptes de l’Assurance-maladie : vendus 60 % moins cher en moyenne que les médicaments de marque, les génériques auraient fait économiser plus de 7 milliards d’euros en dix ans selon le dernier rapport des comptes de la Sécurité sociale (juillet 2012). Sur la seule année 2011, les dépenses de médicaments ont été inférieures de 1,4 milliard à ce qu’elles auraient été sans les génériques. Coup de tonnerre C’est pourquoi la récente désaffection pour les génériques – pour la première fois depuis qu’ils existent, les ventes ont baissé en 2011 – a sonné comme un coup de tonnerre. Elle intervient en effet alors que la réduction des déficits sociaux est une des préoccupations majeures du gouvernement. Pour enrayer cette chute, un accord a été passé avec les syndicats de pharmaciens fixant un objectif de substitution de médicaments de marque par des génériques à 85 % d’ici à la fin de l’année. Les pharmaciens peuvent en effet proposer le changement aux patients sauf mention expresse NS (non substituable) portée sur l’ordonnance par le médecin qui a rédigé la prescription. Tiers payant contre générique Cet accord prévoit que les patients qui refusent qu’un pharmacien leur délivre une molécule moins chère effectuent l’avance de frais (le tiers payant n’est plus possible) et donc faire parvenir par courrier, pour se faire rembourser, une feuille de soins avec les vignettes décollées sur les boîtes de médicaments – à l’ancienne – ce qui, compte tenu du temps de traitement, demande un certain délai. La signature de cet accord – qui date d’avril dernier – n’a pas tardé à faire sentir ses effets. Au niveau national, le taux de substitution qui était tombé à 71,4 % à la fin 2011 a gagné déjà presque 3 points et certains départements ont connu une hausse spectaculaire (+ 18 points pour les Alpes-Maritimes où il est passé de 67 % à 85 % en quelques mois). Des sanctions pour les officines Il faut dire que l’accord prévoit pour les pharmacies récalcitrantes des sanctions dont la moindre n’est pas de se voir appliquer un déconventionnement temporaire, c’est-à-dire qu’elles ne pourraient plus du tout pratiquer le tiers payant avec les conséquences que l’on peut imaginer pour la clientèle. Ces chiffres sont une bonne nouvelle pour les comptes de la Sécurité sociale à laquelle le gouvernement a fixé un objectif de progression de dépenses limité à + 2,7 % pour l’année 2013.
Portrait de alsaco

je ne prends aucun générique c 'est un choix mais effectivement fo faire l 'avance . mais le pharmacien télécharge la feuille de soins donc aucun papier a faire contrairement a ce qui tu dis KRIS3 Le remboursement est effectué 4 ou 5 jours après par la Sécurité Sociale PETIT RAPPEL - il y a 90% de fiabilité avec les génériques - les excipients sont en effet tout autre dans la version générique et risque de dénaturer le médicament initial - la mention N.S. (non substituable) n 'existe + Les médicaments a LIBERATION PROLONGEE ne doivent pas être substitués - leur équivalent en générique ne libère rien du tout . dixit mon Cardiologue . Fo arreter de se prendre le chou et de culpabiliser quand au trou de la sécu . Il y a beaucoup d 'autres dépenses non justifiées . (vsl - cure - taxi etc)
Portrait de frabro

Alsaco, ce que tu dit est peut être vrai pour le coeur pour lequel les medocs n'existent peut être pas en version générique à libération prolongée. Par contre, les versions LP existe pour les anti douleur comme le "tramadol LP" par exemple, dont le générique fonctionne aussi bien que le princeps "Topalgic". Idem pour les génériques de 'Inexium" comme le Ezoméprazole. Jusqu'à maintenant, j'ai accepté tous les génériques proposés par ma pharmacie depuis qu'ils existent et n'en ai jamais eu de désagrément.
Portrait de alsaco

je ne parle que des trt cardio - vasculaires que je connais . pour les autres chacun son trip . bonne journée